Vaccination pour la prévention de la névralgie post-herpétique

La névralgie post-herpétique est une pathologie douloureuse qui affecte les patients après une récidive du virus du zona (zona). La douleur peut persister pendant des années et est souvent difficile à traiter. La vaccination contre le virus du zona est une nouvelle approche potentielle pour prévenir le zona et la névralgie post-herpétique. Nous avons identifié un seul essai de haute qualité portant sur un total de 38 546 participants et comparant une vaccination à un placebo. Il rapportait une réduction significative du zona mais n'apportait pas suffisamment de preuves directes pour conclure à l'efficacité du vaccin pour prévenir la névralgie post-herpétique, au-delà de ses effets sur la réduction du zona. Les événements indésirables bénins étaient plus courants chez les personnes vaccinées que chez les patients recevant un placebo, mais les événements indésirables graves étaient rares. D'autres essais bien planifiés et examinant spécifiquement la vaccination dans la prévention de la névralgie post-herpétique sont nécessaires.

Conclusions des auteurs: 

Les preuves directes issues d'essais spécialisés sont insuffisantes pour établir l'efficacité du vaccin pour prévenir la névralgie post-herpétique au-delà de ses effets sur la réduction du zona, mais la vaccination pourrait être efficace et sûre pour prévenir le zona et réduire ainsi l'incidence de la névralgie post-herpétique chez des adultes âgés de 60 ans ou plus.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le vaccin contre le virus du zona a été recommandé pour prévenir le zona et ses séquelles par l'Advisory Committee on Immunization Practices (ACIP) en 2006. À ce jour, l'efficacité et l'innocuité de la vaccination dans la prévention de la névralgie post-herpétique, la complication la plus courante du zona, n'ont pas été examinées de manière systématique.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et l'innocuité de la vaccination dans la prévention de la névralgie post-herpétique.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les affections neuromusculaires (10 janvier 2011), le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL, numéro 4, 2010, dans la Bibliothèque Cochrane), MEDLINE (janvier 1966 à décembre 2010), EMBASE (janvier 1980 à janvier 2011), LILACS (janvier 1982 à décembre 2010) et le Chinese Biomedical Retrieval System (janvier 1978 à décembre 2010). Nous avons également examiné les références bibliographiques des études publiées afin d'identifier des essais supplémentaires.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus tous les essais contrôlés randomisés comparant une vaccination contre le virus de la varicelle et du zona à un placebo, une absence de vaccination ou une autre intervention, sans restriction de langue ni de statut de publication.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont évalué la qualité des essais et ont extrait et analysé de manière indépendante les données des essais qui remplissaient les critères d'inclusion. Dans les essais, nous avons recueilli des informations relatives aux effets indésirables.

Résultats principaux: 

Un essai portant sur 38 546 sujets et comparant une vaccination à un placebo remplissait nos critères d'inclusion. Cette étude était de haute qualité. Néanmoins, les participants étaient tous âgés de 60 ans ou plus et étaient de race blanche pour la plupart, ce qui pourrait signifier que les résultats ne sont pas applicables à toutes les populations. Le vaccin était efficace pour réduire l'incidence du zona, mais aucune preuve n'indiquait qu'il était efficace pour réduire l'incidence de la névralgie post-herpétique, au-delà de ses effets sur le zona. Les événements indésirables au point d'injection étaient plus courants chez les patients vaccinés que chez ceux qui recevaient un placebo, mais ils étaient légers et disparaissaient au bout de quelques jours. Les événements indésirables graves étaient rares.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.