Lunettes pour prévenir le mauvais alignement des yeux (strabisme) chez les enfants hypermétropes

Quel est l’objectif de cette revue ?
Savoir si le port de lunettes par des enfants hypermétropes permettra d’éviter le strabisme et les symptômes associés de se développer.

Principaux messages
Les données probantes ne permettent pas actuellement de conclure que les lunettes préviennent le strabisme chez les enfants hypermétropes, ou que le port de lunettes prévienne la paresse des yeux (amblyopie) Ces données probantes ont été limitées en raison du fait que certaines parties des études n'ont pas été réalisées aussi bien qu'elles le pouvaient et du petit nombre de participants à l'étude.

Qu'étudie cette revue ?
Les nourrissons naissent généralement avec une vision de loin, ce qui signifie qu'ils n'ont une vision claire qu'à distance. En grandissant, les yeux des enfants se développent également jusqu'à ce qu'ils puissent voir clairement, de près comme de loin. Environ 9 % des enfants restent très hypermétropes. Être hypermétrope signifie que pour voir de près l’enfant doit déployer beaucoup d’efforts. Cet effort peut provoquer des symptômes, tels que des maux de tête, une vision double et une fatigue oculaire, ainsi que des difficultés à faire des choses de près, comme lire. Les enfants qui restent hypermétropes sont plus susceptibles que les enfants ayant une vision normale de développer un strabisme, ce qui peut se produire chez 3,5 à 5,7 % des enfants, ou chez 10 à 20 % des enfants présentant un niveau élevé d'hypermétropie. Le strabisme rend difficile le travail de coordination des deux yeux. On pense qu'environ 50 % des enfants atteints de strabisme développent une amblyopie, ce qui signifie qu'un enfant ne peut pas avoir une vision claire même en utilisant des lunettes. La perception de la profondeur, ou la façon dont deux choses sont distantes l’une de l’autre dans l’espace, est souvent aussi affectée. Les médecins prescrivent souvent des lunettes pour prévenir le développement du strabisme et des autres symptômes qui y sont associés chez les enfants hypermétropes, mais il n’est pas certain que les lunettes elles-même ne gênent pas le développement normal des yeux.

Quels ont été les principaux résultats de la revue ?
Nous avons identifié les résultats de quatre essais contrôlés randomisés (études cliniques où les personnes sont placées au hasard dans un ou plusieurs groupes de traitement pour déterminer si les lunettes réussissaient à prévenir le strabisme chez les enfants hypermétropes par rapport à l’absence de lunettes. Les essais ont concerné des nourrissons âgés de 6 mois à moins de 36 mois et a évalué les résultats entre l’âge de trois et quatre ans. Les quatre essais ont concerné 985 nourrissons. Nous avons trouvé des données probantes peu claires indiquant une différence entre les deux groupes concernant la fréquence de la survenue du strabisme au cours de la période de suivi. Nous avons également trouvé des données probantes peu claires indiquant que la prescription de lunettes modifiait la perception de la profondeur ou empêchait les yeux de se développer naturellement pour avoir une vision claire. Nous avons peu confiance dans ces résultats car certaines parties des études n'ont pas été bien réalisées et à cause du faible nombre d’enfants inclus dans l´étude.

Cette revue est-elle à jour ?
Cette revue est à jour au mois de décembre 2018.

Conclusions des auteurs: 

L'effet des verres correcteurs pour prévenir le strabisme n’est toujours pas clair. En outre, l'utilisation de lunettes sur le risque d'une acuité visuelle inférieure à 20/30, d'amblyopie et d'emmétropisation insuffisante n'est pas claire non plus. Il pourrait y avoir un effet bénéfique pour la prévention de la stéréo-acuité. Toutefois, ces effets pourraient être le fruit du hasard ou d’une partialité.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'hypermétropie de la petite enfance exige un effort d'adaptation pour mettre les images au point. Un effort d'adaptation prolongé a été associé à un risque accru de strabisme. Le strabisme peut entraîner une asthénopie et une diplopie intermittente, et rend le travail de près difficile à accomplir. On pense que des lunettes pour corriger l'erreur de réfraction hypertrophique empêchent le développement du strabisme.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité des verres correcteurs par rapport à l’absence d’intervention pour la prévision du strabisme chez les nourrissons et les enfants hypermétropes.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans CENTRAL (2018, numéro 12 ; qui contient le registre des essais du groupe Cochrane sur l’ophtalmologie) ; Ovid MEDLINE ; Embase.com ; trois autres bases de données ; et deux registres d'essais. Nous n'avons utilisé aucune restriction de date ou de langue dans la recherche électronique des essais. La dernière recherche dans les bases de données électroniques a eu lieu le 4 décembre 2018.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés et des essais quasi-randomisés portant sur la prescription ou non de lunettes chez les enfants hypermétropes. Nous avons exigé que l'hypermétropie soit au moins supérieure à +2,00 dioptries (D).

Recueil et analyse des données: 

Nous avons utilisé les procédures méthodologiques standards de Cochrane. Le critère de jugement principal a été la proportion d’enfants avec un strabisme avéré, tel que défini par les chercheurs de l’étude. Parmi les autres résultats, citons l'amblyopie, la stéréo acuité et l'effet du port de lunettes correctrices sur le strabisme et l’acuité visuelle. Nous avons également recueilli des informations sur la variation de l'erreur de réfraction en tant que mesure de l'interférence de l'emmétropisation.

Résultats principaux: 

Nous avons identifié quatre essais contrôlés randomisés (985 enfants inscrits, âgés de six mois à moins de 36 mois) dans cette étude. Trois essais ont eu lieu au Royaume-Uni avec des périodes de suivi allant de un à trois ans et demi et un aux États-Unis avec un suivi de trois ans.

Les enquêteurs ont fait état à la fois de l'incidence et du statut final concernant le strabisme. Les données probantes de l'incidence du strabisme, mesurée chez 804 enfants sur trois ou quatre ans dans quatre essais, étaient incertaines, bien que suggérant un bénéfice avec l'utilisation de lunettes (rapport de risque (RR) 0,65, intervalle de confiance (IC) à 95% 0,41 à 1,02). Nous avons une très faible confiance dans ces résultats en raison du risque élevé de biais, d'incohérence et d'imprécision. Lorsque nous avons évalué la proportion d'enfants atteints de strabisme à la fin d'un suivi de trois ans, nous avons trouvé un niveau de résultat identique pour l’effet des lunettes sur le strabisme tel que rapporté dans une étude (RR 1.00, 95% CI 0.31 to 3.25; 106 enfants). Nous avons une très faible confiance dans ces résultats en raison de la faible taille de l'échantillon et du risque de partialité.

Un essai a fait état du risque de développer une amblyopie et une stéréo-acuité après trois ans chez 106 enfants. Il n'y avait pas de données probantes claires indiquant une diminution du risque de développer une amblyopie (RR 0,78, IC 95% 0,31 à 1,93), et peu de données probantes indiquant un bénéfice des lunettes pour la prévention d'une stéréo-acuité inadéquate (RR 0,38, IC 95% 0,16 à 0,88). Nous avons une très faible confiance dans ces résultats en raison de leur imprécision et du risque de partialité.

Le risque de ne pas développer l'emmétropisation n'est pas clair. Un essai a indiqué la proportion d’enfants n’ayant pas terminé l’emmétropisation après trois ans de suivi (RR 0.75, 95% CI 0.18 à 3.19). Un essai a suggéré que les lunettes entravent l'emmétropisation, et un autre essai n'a rapporté aucune différence. Ces deux essais n'ont pas pu être fusionnés du fait de méthodes d’évaluation de l’emmétropisation différentes. Compte tenu du risque élevé de partialité et d'incohérence, le niveau de confiance dans les données probantes d'un risque d’empêcher ou de favoriser l’emmétropisation est très faible.

D'après une méta-analyse de quatre essais (770 enfants), le risque d'avoir une acuité visuelle inférieure à 20/30 mesurée jusqu'à l'âge de trois ans ou à la fin des trois années de suivi n’était pas concluant entre des enfants porteurs de verres correcteurs et ceux n’en portant pas (RR 0.87, 95% CI 0.64 à 1.18; données probantes de faible niveau de confiance en raison du risque de biais et d’imprécision).

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Françoise Perault et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.