Chimiothérapie et soins palliatifs versus soins palliatifs seuls pour le cancer bronchique non à petites cellules avancé

Le cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) est le type de cancer du poumon le plus courant. Si la tumeur s'est propagée du poumon à d'autres parties du corps (avancé), elle ne peut en général pas être soignée. Les médecins utilisent différents traitements pour prévenir ou soulager les symptômes et maintenir les patients en bonne santé plus longtemps. Cette sorte de traitement est parfois appelée meilleurs soins palliatifs.

En 1995, nous avons réalisé une revue systématique et une méta-analyse de données individuelles de patients concernant l'ajout de chimiothérapie (traitement médicamenteux) aux meilleurs soins palliatifs. Cette analyse rassemblait les informations issues de tous les patients ayant participé à des essais similaires. Ces essais comparaient l'effet chez des personnes atteintes de CBNPC se soumettant à de la chimiothérapie et recevant les meilleurs soins palliatifs et celles qui ne recevaient que les meilleurs soins palliatifs.Nous avons découvert que la chimiothérapie permettait aux patients atteints de CBNPC avancé de vivre plus longtemps.

Depuis que cette étude a été publiée, de nombreux nouveaux essais ont été réalisés. Nous avons donc effectué une nouvelle revue systématique et méta-analyse de données individuelles de patients incluant tous les essais, les anciens et les nouveaux. Cette étude visait à déterminer dans quelle mesure  la chimiothérapie et les meilleurs soins palliatifs aidaient les patients à vivre plus longtemps. Elle a également cherché à savoir si de nouveaux médicaments étaient plus ou moins bénéfiques que les anciens et si la chimiothérapie était favorable à tous les patients.

Nous avons découvert que les personnes atteintes de CBNPC avancé ayant reçu de la chimiothérapie et les meilleurs soins palliatifs vivaient plus longtemps que celles qui n'avaient reçu que les meilleurs soins palliatifs. À 12 mois, 29 patients sur 100 ayant reçu de la chimiothérapie et les meilleurs palliatifs étaient en vie, contre 20 patients sur 100 n'ayant reçu que les meilleurs soins palliatifs.

Certains patients et médecins peuvent être préoccupés par le fait que les effets secondaires de la chimiothérapie sont plus importants que les bénéfices de ce traitement. Dans ce projet, nous n'avons pas pu évaluer cette question en détail. Cependant, trois des essais inclus dans ce projet ont rapporté que pour les patients ayant reçu de la chimiothérapie, la qualité de vie était la même ou meilleure que pour les patients n'ayant pas reçu de chimiothérapie.

Cette étude a montré que la chimiothérapie associée à des soins palliatifs a permis à certains patients de vivre plus longtemps, même lorsqu'ils avaient un âge avancé et que leur état de santé était moins bon.

Cette revue a été mise à jour en 2012. 

Conclusions des auteurs: 

Tous les essais présentaient une bonne qualité méthodologique, sans risque de biais. Cette méta-analyse de la chimiothérapie dans un cadre de soins palliatifs démontre que la chimiothérapie améliore la survie générale chez tous les patients atteints de CBNPC avancé. La chimiothérapie devrait être proposée aux patients dont l'était de santé est suffisamment bon et qui souhaitent s'y soumettre.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Depuis notre méta-analyse de données individuelles de patients (DIP) sur les soins palliatifs et la chimiothérapie pour le cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC), publiée en 1995, de nombreux essais ont été réalisés.Nous avons réalisé une nouvelle méta-analyse des DIP pour étudier de nouveaux régimes et déterminer définitivement l'effet de la chimiothérapie. Cette revue a été mise à jour en 2012

Objectifs: 

Évaluer l'effet sur la survie des soins palliatifs et de la chimiothérapie versus les soins palliatifs seuls en cas de CBNPC  avancé.

La stratégie de recherche documentaire: 

Tous les essais contrôlés randomisés (ECR) publiés ou non publiés.Nous avons consulté des bases de données bibliographiques, des registres d'essais, des compte-rendus de conférences et des listes de références d'essais pertinents. Les recherches ont été terminées en août 2012.

Critères de sélection: 

Les essais devaient avoir commencé le 1er janvier 1965 ou après et devaient inclure des patients atteints de CBNPC ayant reçu soit de la chimiothérapie et des soins palliatifs, soit seulement des soins palliatifs. Les patients ne devaient pas avoir reçu de chimiothérapie ou avoir eu de tumeur maligne précédemment.

Recueil et analyse des données: 

Pour les essais inclus en 1995, nous avons cherché des suivis mis à jour. Pour les nouveaux essais, nous avons cherché les caractéristiques de survie et de conditions à l'inclusion pour tous les patients.Nous avons combiné les résultats des ECR pour calculer les hazard ratios (HR) individuels et combinés.

Résultats principaux: 

Nous avons obtenu des données sur 2 714 patients, dans 16 ECR. Aucun nouvel essai n'a été identifié en 2012. Il y a eu 1 293 décès parmi les 1 399 patients assignés aux soins palliatifs et à la chimiothérapie et 1 240 parmi les 1 315 assignés aux soins palliatifs seuls.Les résultats ont montré un bénéfice significatif de la chimiothérapie (HR = 0,77 ; IC à 95% entre 0,71 et 0,83, P < 0,0001), ce qui équivaut à une augmentation relative de la survie de 23%, à une amélioration absolue de la survie de 9% à 12 mois, à une augmentation de la survie de 20% à 29% ou à une augmentation absolue de la survie médiane de 1,5 mois (de 4,5 mois à six mois). Ils n'a pas été clairement démontré que cet effet ait été influencé par les médicaments employés (P = 0,63) ni par le fait qu'ils aient été utilisés en monothérapie ou en polythérapie (P = 0,40). Malgré les modifications des données démographiques des patients, l'effet de la chimiothérapie dans les essais récents n'a pas été différent de celui des essais inclus précédemment (P = 0,77). Il n'y a pas eu de preuve évidente d'une différence de l'effet relatif de la chimiothérapie parmi les sous-groupes de patients. La qualité de vie n'a pas pu être formellement évaluée.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.