Neurostimulation transcutanée (TENS) pour la douleur fantôme et la douleur du moignon suite à une amputation chez l'adulte

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

La douleur de l'amputé peut se manifester au niveau du membre qui a été amputé (douleur fantôme) et/ou à l'endroit de l'amputation (douleur du moignon). La douleur fantôme et la douleur du moignon sont des troubles complexes qui affectent jusqu'à 80 % des amputés. Les causes sous-jacentes ne sont pas entièrement connues. La pharmacothérapie est le traitement le plus fréquent mais la prise en charge de ce trouble reste cependant insuffisante. La nécessité d'interventions non médicamenteuses est désormais reconnue et la TENS pourrait avoir un rôle important à jouer. La TENS est une technique analgésique peu chère, sûre et facile à utiliser. Il s'agit d'un appareil portable fonctionnant sur batterie qui génère des courants électriques qui traversent la surface intacte de la peau pour activer les nerfs sous-jacents. Après avoir effectué une recherche dans plusieurs bases de données, nous n'avons identifié aucune étude conforme aux critères d'inclusion de cette revue, ce qui ne nous permet pas de nous prononcer concernant l'efficacité de la TENS pour la douleur fantôme et la douleur du moignon. Un essai contrôlé randomisé multicentrique de grande envergure est nécessaire.

Conclusions des auteurs: 

Aucun ECR ne permettait d'évaluer l'efficacité de la TENS pour la prise en charge de la douleur fantôme et de la douleur du moignon. La littérature existante concernant la TENS utilisée pour la douleur fantôme et la douleur du moignon ne présente pas la rigueur méthodologique et la qualité de notification nécessaires pour évaluer son efficacité de manière fiable. D'autres preuves issues d'ECR sont nécessaires avant de pouvoir tirer des conclusions.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La douleur de l'amputé peut se manifester au niveau du membre qui a été amputé (douleur fantôme) et/ou à l'endroit de l'amputation (douleur du moignon). La douleur fantôme et la douleur du moignon sont des troubles complexes et multidimensionnels dont la physiopathologie sous-jacente reste méconnue. Les traitements de la douleur fantôme et de la douleur du moignon sont principalement pharmacologiques. Ces troubles sont extrêmement handicapants pour les personnes affectées. La nécessité d'interventions non médicamenteuses est de plus en plus reconnue et la neurostimulation transcutanée (TENS) pourrait avoir un rôle important à jouer. La TENS est parfois recommandée pour le traitement de la douleur fantôme et de la douleur du moignon. À ce jour, il n'existe aucune revue systématique des preuves disponibles et l'efficacité de la TENS pour la douleur fantôme et la douleur du moignon n'a pas été établie.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité analgésique de la TENS pour le traitement de la douleur fantôme et de la douleur du moignon suite à une amputation chez l'adulte.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté MEDLINE, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), EMBASE, PsycINFO, AMED, CINAHL, PEDRO et SPORTDiscus (février 2010).

Critères de sélection: 

Seuls les essais contrôlés randomisés (ECR) étudiant l'utilisation de la TENS pour la prise en charge de la douleur fantôme et de la douleur du moignon suite à une amputation chez l'adulte ont été inclus.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de revue ont évalué la qualité des essais et extrait les données de manière indépendante. Dans la mesure du possible, notre intention était de combiner les données des mesures de résultats et de les présenter sous forme d'estimation globale de l'efficacité de la TENS.

Résultats principaux: 

Aucun ECR étudiant l'efficacité de la TENS pour le traitement de la douleur fantôme et de la douleur du moignon chez l'adulte n'a été identifié lors des recherches.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.