La contrepulsion externe exaltée améliore-t-elle les symptômes de l'angine de poitrine chronique et réfractaire ?

L'angine de poitrine est une forme de maladie cardio-vasculaire. Les symptômes incluent une oppression épisodique de la poitrine accompagnée de douleurs dans la mâchoire, le dos, les épaules ou les bras, qui durent généralement de 1 à 5 minutes. L'angine est classifiée en fonction de sa gravité et peut être traitée à l'aide de médicaments, en modifiant l'hygiène de vie ou au moyen d'une formation et de conseils. L'angine réfractaire est une forme d'angine qui répond mal aux traitements standard et qui limite la capacité des patients à entreprendre des activités physiques.

La contrepulsion externe exaltée est un traitement qui consiste à placer des brassards autour des jambes du patient. On gonfle les brassards pour aider le sang à remonter vers le cœur, puis on les dégonfle pour permettre aux vaisseaux sanguins de revenir à leur état normal. On pense que ce traitement pourrait soulager certains symptômes de l'angine. Le traitement est administré dans un environnement supervisé par des médecins et consiste en une séance quotidienne d'une heure au cours d'une période allant jusqu'à sept semaines.

Cette revue étudiait l'efficacité et l'innocuité de la contrepulsion externe exaltée pour améliorer les résultats cliniques des patients âgés d'au moins 18 ans atteints d'angine chronique stable et réfractaire (angine de classe III à IV selon la Canadian Cardiovascular Society). Cette revue comparait les résultats des patients traités par contrepulsion externe exaltée à ceux de patients recevant un traitement simulé. Les recherches ont permis d'identifier plus de 300 études potentiellement éligibles, mais une seule remplissait la plupart des critères d'inclusion. L'étude incluse dans la revue portait sur 139 participants aux États-Unis. Les participants de cette étude suivaient des séances d'une heure (une ou deux fois par jour) de contrepulsion externe exaltée active ou de contrepulsion externe exaltée inactive (simulée). Des données limitées étaient disponibles concernant les résultats cliniques des patients participant à cette étude ; les résultats de la qualité de vie liée à la santé étaient cependant supérieurs chez les patients recevant la contrepulsion externe exaltée par rapport aux patients recevant le traitement inactif (simulé) ; mais cette amélioration n'était significative que pour trois paramètres sur neuf. Le niveau de douleur associée à l'angine diminuait chez les patients recevant la contrepulsion externe exaltée, et ce résultat était statistiquement significatif.

55 % des patients recevant ce traitement rapportaient des événements indésirables, contre 26 % dans le groupe témoin, et environ la moitié de ces événements étaient considérés comme attribuables au dispositif utilisé. Les événements indésirables rapportés incluaient des douleurs dans les jambes et le dos et une abrasion de la peau.

Cette revue a observé qu'il n'existait pas de preuves fiables et concluantes de l'efficacité de la contrepulsion externe exaltée pour améliorer les symptômes de l'angine chez les patients atteints d'angine chronique stable ou réfractaire.

Conclusions des auteurs: 

Nous avons identifié un essai pertinent qui ne présentait pas les caractéristiques requises en termes de gravité de l'angine pour les participants de cette revue. Les participants présentant les symptômes d'angine les plus sévères étaient exclus et les résultats de cette étude ne représentent donc qu'une partie de la population atteinte de cette maladie, ne sont pas généralisables et apportent des preuves non concluantes de l'efficacité du traitement par contrepulsion externe exaltée dans l'angine de poitrine chronique.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La maladie cardio-vasculaire est une cause majeure de mortalité dans les pays développés et en voie de développement. L'angine de poitrine stable réfractaire répond généralement mal au traitement médical conventionnel.

La contrepulsion externe exaltée est un traitement non invasif pour les patients atteints d'angine réfractaire qui consiste à placer des brassards compressibles autour des mollets et en haut et en bas des cuisses. Ces brassards sont gonflés séquentiellement afin de renvoyer le sang vers le cœur au début de la diastole, puis dégonflés à la fin de la diastole pour permettre aux vaisseaux sanguins de revenir à leur état normal. Il a été affirmé que la contrepulsion externe exaltée pourrait permettre de réduire l'impédance aortique et de soulager certains des symptômes de l'angine.

Objectifs: 

Évaluer les effets du traitement par contrepulsion externe exaltée sur les résultats cliniques des patients atteints d'angine de poitrine chronique stable ou réfractaire.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) dans la Bibliothèque Cochrane (2008, numéro 1), MEDLINE (1966 à février 2008), EMBASE (1980 à février 2008), LILACS via BIREME (jusqu'en février 2008) et ISI Science Citation Index on Web of Science (jusqu'en février 2008). Aucune restriction de langue n'a été appliquée.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés et les essais randomisés en cluster comparant un traitement par contrepulsion externe exaltée à un traitement simulé chez des adultes âgés de plus de 18 ans atteints d'une angine de poitrine chronique stable et réfractaire de classe III à IV selon la Canadian Cardiovascular Society à l'inclusion.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont sélectionné les articles, extrait les données et évalué le risque de biais de manière indépendante.

Résultats principaux: 

Un essai (139 participants) a été inclus dans cette revue. La faible qualité méthodologique en termes de plan d'étude et de mise en œuvre, la description incomplète du critère de jugement principal de la revue, le suivi limité des critères de jugement secondaires et les défauts subséquents de l'analyse statistique compromettent la fiabilité des données rapportées.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.