Interventions pour rétablir la perméabilité d'une lumière de cathéter veineux central obstruée

Un cathéter veineux central est un petit tuyau creux qui est inséré dans une grosse veine, dans la poitrine, le cou ou l'aine. Les cathéters veineux centraux permettent au personnel médical d'administrer des médicaments et des liquides directement dans le flux sanguin, afin de traiter les patients gravement malades ou les patients atteints d'une affection à long terme. Dans certaines affections chroniques, les patients ou leurs soignants peuvent aussi être impliqués dans l'administration de traitements via le cathéter veineux central.

La lumière du cathéter est parfois obstruée par un caillot de sang ou par un produit de traitement qui s'est solidifié dans le tuyau, ou en raison de la position du tuyau à l'intérieur de la veine. Si le cathéter se bouche, le patient peut avoir à subir une nouvelle intervention chirurgicale pour l'enlever et le remplacer.

Aucune étude n'a été trouvée concernant l'efficacité et l'innocuité des interventions chirurgicales (remplacement de brosse, d'anse ou de fil de guidage) ou des interventions chimiques (acide chlorhydrique, bicarbonate de sodium, solution d'éthanol à 70 %) destinées à déboucher le cathéter.

Notre recherche a identifié sept études (huit articles) totalisant 632 participants, qui avaient examiné différentes comparaisons de médicaments ou avaient comparé différentes puissances de thérapies médicamenteuses pour le traitement de cathéters totalement ou partiellement obstrués par un caillot de sang.

Cette revue a trouvé des preuves de faible à très faible qualité suggérant que les médicaments thrombolytiques (urokinase et altéplase) pourraient être efficaces dans le débouchage de lumières de cathéters veineux centraux obstrués par des caillots de sang. Toutefois, le nombre total de participants inclus dans ces essais était petit et les résultats de l'analyse pourraient bien être exagérés. Il y avait aussi des problèmes avec la façon dont les études avaient été menées qui pourraient avoir induit des biais.

En conclusion, des recherches supplémentaires seront nécessaires pour déterminer l'efficacité et l'innocuité de différentes interventions de traitement utilisées pour déboucher les lumières obstruées de cathéters veineux centraux. Il y a, en particulier, un besoin d'études consacrées exclusivement aux enfants.

Conclusions des auteurs: 

Il n'y a pas suffisamment de données probantes pour tirer des conclusions solides sur l'efficacité ou l'innocuité des interventions médicamenteuses incluses dans cette revue. Les résultats de faible qualité de la méta-analyse de deux études sur l'urokinase (puissances diverses) ainsi que certains résultats de très faible qualité de deux études distinctes portant sur l'altéplase 2 mg / 2 ml laissent penser que ces deux interventions médicamenteuses pourraient être efficaces pour traiter le retrait ou l'obstruction totale d'une lumière de CVC causée par une thrombose. De nouvelles recherches de haute qualité et de puissance suffisante sont encore nécessaires afin d'examiner l'efficacité et l'innocuité de l'urokinase, de l'altéplase et d'autres interventions chimiques, chirurgicales et médicamenteuses pour le traitement des lumières de CVC obstruées. Il conviendrait tout particulièrement d'effectuer des recherches portant exclusivement sur des enfants.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les cathéters veineux centraux (CVC) facilitent l'administration par voie intraveineuse de médicaments, de liquides, de produits sanguins et d'alimentation parentérale aux patients souffrant d'une pathologie chronique ou d'une maladie grave. Malgré son rôle pivot dans la prise en charge médicale, une complication est fréquemment associée à l'utilisation des CVC : l'obstruction de la lumière des CVC. L'obstruction d'un CVC peut interrompre et retarder sérieusement l'administration des interventions thérapeutiques.

Objectifs: 

L'objectif principal de cette revue était d'évaluer l'efficacité et l'innocuité de différentes interventions destinées à restaurer la perméabilité des lumières de CVC obstruées, chez l'adulte et chez l'enfant.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons identifié des essais en effectuant une recherche dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (The Cochrane Library  2011, numéro 9), OvidSP MEDLINE (de 1950 à septembre 2011), OvidSP EMBASE (de 1980 à septembre 2011) et NHS Evidence CINAHL (de 1982 à septembre 2011). Afin d'identifier des essais, nous avons également recherché dans des registres d'essais cliniques, passé au crible des références bibliographiques, contacté des compagnies pharmaceutiques et les auteurs de publications répondant aux critères d'inclusion.

Critères de sélection: 

Nous avons sélectionné des essais contrôlés randomisés ayant étudié l'efficacité d'une intervention (chimique, chirurgicale ou médicamenteuse) utilisée pour restaurer la perméabilité d'une lumière de CVC obstruée, chez l'adulte ou l'enfant.

Recueil et analyse des données: 

Trois auteurs ont, de manière indépendante, évalué les études qui remplissaient les critères de qualité pour inclusion et extrait les données pertinentes à l'aide d'un formulaire standard.

Résultats principaux: 

Aucune étude n'a été trouvée concernant l'efficacité et l'innocuité d'interventions chimiques ou chirurgicales.

Sept études (huit articles) totalisant 632 participants ont été identifiées au cours de la recherche. Elles avaient examiné différentes comparaisons et puissances de médicaments thrombolytiques ou anticoagulants pour le traitement des obstructions de lumière de CVC supposées être causées par un thrombus.

Les résultats de faible qualité d'une méta-analyse de deux études laissent penser que l'urokinase (puissances diverses) était plus efficace qu'un placebo pour restaurer la perméabilité de lumières obstruées de CVC chez les adultes et les enfants atteints d'affections sous-jacentes (risque relatif (RR) 2,09 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % 1,47 à 2,95), avec un nombre de sujets à traiter de 4 (IC à 95 % 2 à 8). Il n'y avait pas suffisamment de données probantes pour tirer des conclusions sur l'innocuité de l'urokinase.

La qualité globale des données fournies par ces études était faible ou très faible car un ou plusieurs domaines avaient été évalués comme étant à « risque incertain de biais » ou à « risque élevé de biais ». En outre, le nombre total de participants à ces études était faible ce qui peut conduire à des résultats erronés.

Notes de traduction: 

Translated by: French Cochrane Centre

Translation supported by: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.