Examens pendant la grossesse en cas de mauvaise croissance du bébé

Le bébé est susceptible de ne pas croître au rythme prévu pendant la grossesse et de naître avec un poids inférieur à la normale. Cela peut entraîner des problèmes tant pour la mère que pour le bébé. Lorsqu'une mauvaise croissance du bébé est soupçonnée pendant la grossesse, un ensemble d'examens est effectué à intervalles réguliers, dans le cadre des soins prénataux, pour évaluer la santé du bébé en formation. La connaissance des changements progressifs permet de détecter toute détérioration de l'état du bébé et de programmer la naissance au moment optimal pour que le bébé soit dans le meilleur état possible. La combinaison d'examens et leur fréquence dépend des politiques locales et personnelles. Les examens peuvent inclure la surveillance des mouvements fœtaux, le rythme cardiaque fœtal, l'analyse de croissance, l'échographie Doppler pour mesurer le débit sanguin et les changements du rythme cardiaque fœtal avec le mouvement pour vérifier le risque de mortinaissance.

Les auteurs de la revue n'ont identifié qu'un seul essai contrôlé, réalisé en Nouvelle-Zélande. Cet essai avait randomisé 167 femmes qui étaient entre 24 et 36 semaines de grossesse et chez qui l'échographie montrait que le bébé était petit pour l'âge gestationnel. Elles avaient bénéficié d'une certaine combinaison d'examens, soit deux fois par semaine soit tous les 15 jours. Lorsque les contrôles étaient plus fréquents, les femmes étaient 25 % plus susceptibles d'avoir un accouchement provoqué. Dans l'ensemble, leurs bébés étaient nés quatre jours plus tôt que dans le groupe de surveillance bimensuelle dans lequel l'accouchement était plus susceptible de se produire spontanément. L'âge gestationnel moyen à la naissance était légèrement inférieur à 38 semaines dans le groupe bi-hebdomadaire et légèrement supérieur à 38 semaines dans le groupe bi-mensuel, ce qui était peu susceptible d'avoir un impact sur ​​la santé du nouveau-né. Le nombre de césariennes, pour cause de détresse fœtale ou d'échec de l'induction, ne différait pas. Aucune information n'était disponible sur la durée d'hospitalisation prénatale ou sur les accouchements vaginaux opératoires, et les nourrissons n'étaient pas suivis du point de vue du développement neurologique et de la paralysie cérébrale. Cette étude avait exclu les grossesses ayant des résultats Doppler anormaux ou des troubles du liquide amniotique. Des études supplémentaires sont nécessaires et il est également important de recueillir l'opinion des femmes sur les examens.

Conclusions des auteurs: 

Il n'y a que des données limitées issues d'essais contrôlés randomisés pour guider de meilleures pratiques au niveau des régimes de surveillance fœtale pour les femmes dont la grossesse est affectée par un retard de croissance fœtale. D'autres études seront nécessaires pour évaluer les effets des régimes de surveillance fœtale actuellement utilisés en cas de retard de croissance fœtale.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les politiques et les protocoles de surveillance du fœtus durant la grossesse en cas de soupçon de retard de croissance fœtale varient considérablement, avec de nombreuses combinaisons de différentes méthodes de surveillance.

Objectifs: 

Évaluer les effets des régimes de surveillance fœtale prénatale sur les critères de résultat périnataux et maternels importants.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (29 février 2012).

Critères de sélection: 

Des essais randomisés et quasi-randomisés comparant les effets de régimes décrits de surveillance fœtale.

Recueil et analyse des données: 

Les auteurs de la revue R Grivell et L Wong ont, indépendamment, évalué l'éligibilité et la qualité des essais cliniques et extrait les données.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus un essai portant sur 167 femmes et leurs bébés. Cet essai était une étude pilote recrutant en parallèle avec une autre étude, c'est pourquoi il n'a pas été calculé de taille d'échantillon séparée. L'essai comparait un régime de surveillance bi-hebdomadaire (profil biophysique, examen de réactivité fœtale, Doppler de l'artère ombilicale et de l'artère cérébrale moyenne et Doppler de l'artère utérine) avec le même régime appliqué toutes les deux semaines (dans les deux groupes la croissance était évaluée toutes les deux semaines). Il n'y avait pas suffisamment de données pour évaluer le principal critère de jugement fixé par cette revue pour le nourrisson qui était une combinaison de mortalité périnatale et de morbidité grave (bien qu'il y ait eu aucun décès périnatal) et aucune différence n'avait été observée dans le principal critère de jugement pour la mère qu'était la césarienne en urgence pour souffrance fœtale (risque relatif (RR) 0,96 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,35 à 2,63). L'âge gestationnel moyen à la naissance dans le groupe de surveillance bi-hebdomadaire était inférieur de quatre jours à celui du groupe de surveillance bimensuelle (différence moyenne (DM) -4,00 ; IC à 95 % -7,79 à -0,21). Les femmes du groupe de surveillance bi-hebdomadaire étaient 25 % plus susceptibles d'avoir un accouchement provoqué que celles du groupe de surveillance bi-mensuelle (RR 1,25 ; IC à 95 % 1,04 à 1,50).

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.