Anesthésie neuraxiale pour la correction chirurgicale d'une obstruction vasculaire artérielle dans les membres inférieurs

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Le pontage d'une obstruction vasculaire artérielle dans les jambes est une procédure chirurgicale au cours de laquelle le flux sanguin est amélioré de manière à diminuer les douleurs dans les jambes et parfois également améliorer la fonction des membres inférieurs. Généralement, la procédure est réalisée sur un patient inconscient sous anesthésie générale ou sur un patient éveillé mais avec les jambes insensibilisées par l'injection d'un anesthésique local autour de la moelle épinière au niveau du dos (anesthésie spinale) ou autour de la moelle épinière dans la zone où les nerfs des jambes se rejoignent (anesthésie épidurale). L'association d'une anesthésie générale et neuraxiale peut également être utilisée. Les autres types d'anesthésie qui insensibilisent les membres inférieurs sont utilisés moins couramment. Cette revue systématique a évalué le risque des critères de jugement importants après une revascularisation des membres inférieurs soit sous anesthésie neuraxiale, sois sous anesthésie générale. Le nombre total de participants des quatre études incluses était de 696, dont 417 ont eu une anesthésie neuraxiale et 279 une anesthésie générale. Il n'a été constaté aucune différence dans les risques postopératoires de mortalité, d'infarctus du myocarde ou d'amputation de la jambe entre les deux types d'anesthésie. Le risque de pneumonie était moindre après une anesthésie neuraxiale dans les études qui ont mentionné ce critère de jugement.

Cette revue systématique montre que l'anesthésie neuraxiale peut réduire le risque de pneumonie après une revascularisation des membres inférieurs mais les preuves existantes sont insuffisantes pour soutenir d'autres bénéfices ou préjudices.

Conclusions des auteurs: 

Il n'existe pas suffisamment de preuves disponibles issues des essais inclus qui comparaient l'anesthésie neuraxiale à l'anesthésie générale pour exclure des différences importantes en termes cliniques pour la plupart des critères de jugement cliniques. L'anesthésie neuraxiale peut réduire la pneumonie. Aucune conclusion ne peut être tirée en ce qui concerne la mortalité, l'infarctus du myocarde et le taux d'amputation des membres inférieurs, ou les critères de jugement moins courants.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La chirurgie de revascularisation des membres inférieurs est utilisée pour réduire la douleur et parfois améliorer la fonction des membres inférieurs. Cette revue a été publiée à l'origine en 2010 et a été mise à jour en 2011.

Objectifs: 

Déterminer les taux de mortalité et les complications majeures avec l'anesthésie spinale et épidurale par rapport aux autres types d'anesthésie pour la revascularisation des membres inférieurs.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans CENTRAL (The Cochrane Library 2011, Numéro 2); MEDLINE (de 1960 à février 2011); EMBASE (de 1982 à février 2011); LILACS (de 1982 à février 2011); CINAHL (de 1982 à février 2011) et ISI Web of Science (de 1900 à février 2011). La recherche originale a été réalisée en juin 2008.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés qui évaluaient l'effet du type d'anesthésie sur les adultes de 18 ans et plus subissant une chirurgie de revascularisation des membres inférieurs.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont indépendamment extrait les données. Les principaux critères de jugement étaient la mortalité, l'AVC, l'infarctus du myocarde, le dysfonctionnement nerveux et le taux d'amputation postopératoire des membres inférieurs. Le critère de jugement secondaire était la pneumonie. Nous avons jugé le risque de biais en fonction des méthodes de randomisation et de secret d'attribution, de la mise en aveugle de l'évaluation et de la réalisation du suivi. La statistique I2 a été utilisée pour évaluer l'hétérogénéité. Nous avons résumé les données dichotomiques en rapport des cotes (OR) avec un intervalle de confiance (IC) à 95% utilisant un modèle à effets aléatoires.

Résultats principaux: 

Dans cette version mise à jour, nous n'avons trouvé aucune étude qui répondait aux critères d'inclusion. Dans cette revue, nous avons inclus quatre études qui comparaient l'anesthésie neuraxiale à l'anesthésie générale. Le nombre total de participants était de 696, dont 417 appartenaient au groupe avec anesthésie neuraxiale et 279 au groupe avec anesthésie générale Les participants assignés au groupe avec anesthésie neuraxiale avaient 67 ans en moyenne et 59 % étaient des hommes. Les participants assignés au groupe avec anesthésie générale avaient 67 ans en moyenne et 66% étaient des hommes. Aucune différence n'a été constatée entre les participants avec anesthésie neuraxiale ou anesthésie générale dans : le taux de mortalité (OR 0,89, IC à 95 % 0,38 à 2,07 ; 696 participants, quatre essais) ; l'infarctus du myocarde (OR 1,23, IC à 95 % 0,56 à 2,70 ; 696 participants, quatre essais) et le taux d'amputation des membres inférieurs (OR 0,84, IC à 95 % 0,38 à 1,84 ; 465 participants, trois essais). Le pneumonie était moins courante après une anesthésie neuraxiale qu'après une anesthésie générale (OR 0,37, IC à 95 % 0,15 à 0,89 ; 201 participants, deux essais).

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.