Comparaison de la teicoplanine et de la vancomycine pour traiter une infection avérée ou supposée

Une des bactéries les plus communes responsable de maladies chez l'être humain est le Staphylococcus aureus. Elle cause principalement des infections cutanées, pulmonaires ou sanguines. Dans la plupart des cas, en particulier pour ce qui des infections acquises dans un hôpital, les antibiotiques ordinaires sont inefficaces et des médicaments plus puissants s'avèrent nécessaires. La teicoplanine et la vancomycine sont toutes deux efficaces contre cette bactérie ; cependant, la vancomycine pourrait être toxique, en particulier pour le rein. Cette revue a identifié 24 études rassemblant 2 610 patients et comparant la teicoplanine et la vancomycine chez les patients atteints d'une infection avérée ou supposée. La teicoplanine s'est avérée aussi efficace que la vancomycine pour traiter les infections causées par le Staphylococcus aureus , avec des résultats similaires pour la guérison cliniques, la guérison microbiologique et les décès. Cependant, moins d'événements indésirables se sont produits (éruption cutanée et érythrodermie) et les reins ont souffert considérablement moins de dégâts.

Conclusions des auteurs: 

La teicoplanine et la vancomycine sont toutes deux efficaces pour traiter les patients atteints d'une infection avérée ou supposée ; Cependant, l'incidence des effets indésirables comprenant la néphrotoxicité s'est avérée plus faible avec la teicoplanine. Aucun cas de LRA requérant une dialyse n'a été détecté. On ignore si l'effet différentiel sur la fonction rénale doit influencer quel antibiotique doit être prescrit, bien qu'il est raisonnable de considérer la teicoplanine pour les patients soumis à un risque plus élevé pour une LRA requérant une dialyse.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La vancomycine et la teicoplanine sont fréquemment utilisées pour traiter les infections Gram-positives, en particulier pour ce qui est des infections causées par le Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (SARM). On ignore les effets de la teicoplanine, par rapport à ceux de la vancomycine, sur la fonction rénale ; certaines études suggèrent que la teicoplanine et moins néphrotoxique que la vancomycine.

Objectifs: 

Examiner les effets et la sécurité de la vancomycine en les comparant à ceux de la teicoplanine chez des patients atteints d'une infection avérée ou supposée.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté le registre spécialisé de Cochrane Renal Group, CENTRAL, MEDLINE, EMBASE, les listes de référence des ouvrages néphrologiques, les articles de revues avec leurs études pertinentes et les lettres envoyées sollicitant des informations sur des études non publiées ou incomplètes à des investigateurs participant aux études précédentes.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés (ECR) sans restriction de langues qui comparent la teicoplanine avec la vancomycine chez des patients atteints d'une infection avérée ou supposée ont été examinés.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont indépendamment évalué la qualité méthodologique et extrait les données en utilisant des formulaires d'extraction de données. Les investigateurs des études ont été contactés pour leur solliciter des informations non disponibles dans les manuscrits originaux. Un modèle à effets aléatoires a été utilisé pour estimer le risque relatif (RR) combiné et l'intervalle de confiance à 95% (IC).

Résultats principaux: 

24 études (2 610 patients) ont été incluses dans cette revue. La teicoplanine a réduit le risque de néphrotoxicité par rapport à la vancomycine (RR de 0,66, IC à 95% entre 0,48 et 0,90). Les effets de la teicoplanine ou de la vancomycine étaient similaires pour la guérison clinique (RR de 1,03, IC à 95% entre 0,98 et 1,08), la guérison microbiologique (RR de 0,98, IC à 95% entre 0,93 et 1,03) et la mortalité (RR de 1,02, IC à 95% entre 0,79 et 1,30). Six études n'ont pas rapporté de cas de lésion rénale aiguë (LRA) requérant une dialyse. Les événements indésirables étaient moins fréquents avec la teicoplanine, y compris l'éruption cutanée (RR de 0,57, IC à 95% entre 0,35 et 0,92), l'érythrodermie (RR de 0,21, IC à 95% entre 0,08 et 0,59) et les événements indésirables totaux (RR de 0,73, IC à 95% entre 0,53 et 1,00). On a observé un risque plus faible de néphrotoxicité avec la teicoplanine chez les patients, que ce soit avec (RR de 0,51, IC à 95% entre 0,30 et 0,88) ou sans aminoglycosides (RR de 0,31, IC à 95% entre 0,07 et 1,50) et aussi lorsque la dose de vancomycine a été établie en fonction du taux de sérum (RR de 0,22, IC à 95% entre 0,10 et 0,52).

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.