Les médicaments antiviraux pour le traitement de la perte soudaine de l'audition (sans cause connue)

La surdité de perception idiopathique d'apparition soudaine (ISSHL) est une perte soudaine de l'audition dans laquelle l'évaluation clinique n'a pas réussi à en révéler la cause. Les patients peuvent aussi souffrir de symptômes supplémentaires tels que les acouphènes (un tintement de fond), associés à des vertiges et une sensation de plénitude dans l'oreille. Une étude rapide est essentielle pour identifier et traiter les troubles de l'audition. Chez une grande proportion de patients, cependant, aucune cause n'a été découverte.

Les médicaments antiviraux sont souvent utilisés, généralement en conjonction avec des corticoïdes, pour traiter la perte soudaine de l'audition dont on ne connait pas la cause, d'après la théorie selon laquelle la surdité est causée par une infection virale. Nous avons cherché des essais contrôlés randomisés (ECR) comparant le traitement de la perte soudaine de l'audition par des médicaments antiviraux (soit seuls soit combinés avec un autre traitement) à un placebo ou à l'absence de traitement antiviral, chez des patients de tout âge. Nous avons trouvé quatre ECR (257 patients). Le risque de biais global des études était faible. Les quatre essais ont tous comparé un traitement à base de corticoïdes (soit seuls soit avec en plus un médicament placebo) à des corticoïdes plus un traitement antiviral. Aucun des essais n'a trouvé de différence statistiquement significative entre les groupes. Aucun essai n'a documenté des événements indésirables graves liés à l'utilisation de traitements antiviraux. Une étude a rendu compte de nausées légères à modérées de façon égale dans les groupes sous aciclovir et sous placebo (un patient dans chaque groupe), les deux cas étant attribuables au traitement à base de corticoïdes. Une autre a rendu compte d'une insomnie, d'une nervosité et d'une prise de poids avec le valaciclovir (nombre non précisé).

L'efficacité des médicaments antiviraux dans le traitement de la perte soudaine de l'audition dont on ne connait pas la cause est contestable. Assurément, la présente revue des essais cliniques n'a pas identifié de preuves substantielles permettant de soutenir leur utilisation. Il est impératif d'effectuer d'autres études ayant des effectifs de patients plus importants et utilisant des critères d'inclusion, des régimes posologiques d'antiviraux et des mesures de critères de jugement standardisés.

Conclusions des auteurs: 

Il n'existe actuellement aucune preuve permettant de soutenir l'utilisation des médicaments antiviraux dans le traitement de la surdité de perception idiopathique d'apparition soudaine (ISSHL). Les quatre essais inclus dans la présente revue étaient, néanmoins, de petite taille et présentaient un faible risque de biais. D'autres essais contrôlés randomisés avec des populations de patients plus importantes, utilisant des critères d'inclusion, des régimes posologiques d'antiviraux et des mesures de critères de jugement standardisés, sont nécessaires afin de réaliser une méta-analyse adéquate pour parvenir à des conclusions définitives. Une définition uniforme de la surdité de perception idiopathique d'apparition soudaine (ISSHL) doit également être établie, ainsi que les critères définissant une récupération complète.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La surdité de perception idiopathique d'apparition soudaine (ISSHL) est caractérisée par une perte soudaine de l'audition d'origine cochléaire ou rétro-cochléaire sans aucune cause identifiable. Les antiviraux sont souvent prescrits, mais il n'existe aucun consensus sur le schéma posologique ou leur efficacité.

Objectifs: 

Déterminer l'efficacité et le profil d'effets secondaires des antiviraux dans le traitement de la surdité de perception idiopathique d'apparition soudaine (ISSHL).

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches systématiques dans le registre des essais du groupe Cochrane sur l'otorhinolaryngologie ; le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (The Cochrane Library 2012, numéro 5) ; PubMed ; EMBASE ; CINAHL et d'autres bases de données jusqu'au 12 juin 2012. Nous avons également passé au crible les listes bibliographiques des études identifiées pour trouver d'autres essais.

Critères de sélection: 

Des essais contrôlés randomisés comparant différents antiviraux à un placebo (aussi bien avec que sans l'addition d'un autre traitement).

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont indépendamment extrait des données, se sont réunis pour résoudre les désaccords et ont contacté les auteurs des études pour obtenir des informations supplémentaires. Nous avons évalué les risques de biais des études de manière indépendante. Nous avons considéré qu'une méta-analyse était inappropriée et qu'elle n'était finalement pas possible en raison des protocoles de traitement selon une posologie et pendant une durée variables qui différaient, ainsi que des critères d'inclusion et des mesures de critères de jugement qui différaient entre les études. Les résultats de chaque étude sont présentés individuellement.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus quatre essais randomisés (257 participants). Le risque de biais global dans les études incluses était faible. Deux essais ont comparé l'addition d'aciclovir par voie intraveineuse à un corticoïde (prednisolone). L'un d'eux incluait 43 participants et l'autre 70 patients. Aucun des deux n'a démontré une quelconque amélioration de l'audition avec la surdité de perception idiopathique d'apparition soudaine (ISSHL). Un autre (84 patients) n'a mis en évidence aucune différence statistiquement significative entre les groupes avec l'addition de valaciclovir à la prednisolone (comparativement aux corticoïdes plus le placebo) en ce qui concerne les variations de l'audiogramme tonal. Dans la comparaison de l'addition d'aciclovir par voie intraveineuse à l'hydrocortisone avec l'hydrocortisone seule, l'essai final n'a mis en évidence aucune différence statistiquement significative entre les groupes (60 patients). Aucun essai n'a documenté des événements indésirables graves liés à l'utilisation du traitement antiviral. Une étude a rendu compte de nausées légères à modérées de façon égale dans les groupes sous aciclovir et sous placebo (un patient dans chaque groupe). Une autre a rendu compte d'une insomnie, d'une nervosité et d'une prise de poids avec le valaciclovir (nombre non précisé). Même s'il n'a pas été possible de réaliser la méta-analyse, les données issues des quatre ECR n'ont démontré aucun avantage statistiquement significatif de l'utilisation des antiviraux dans le traitement de la surdité de perception idiopathique d'apparition soudaine (ISSHL).

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.