L'orthophonie pour les enfants ayant une dysarthrie acquise avant l'âge de trois ans

Question de la revue

Cette revue visait à étudier si la thérapie est généralement efficace pour les enfants ayant une dysarthrie acquise tôt dans la vie, et si certains types de thérapies pourraient être plus efficaces que d'autres.

Contexte

La dysarthrie est un trouble de la parole lié à des difficultés à contrôler les muscles nécessaires pour parler. Les enfants ayant une dysarthrie ont souvent une respiration peu profonde et irrégulière qui crée des difficultés à générer une inspiration suffisante pour permettre la parole. Ceux-ci ont une voix grave, soufflée ou rauque, une élocution nasale, et une très mauvaise prononciation. Une fois combinées, ces difficultés rendent le discours de l'enfant difficile à comprendre. La dysarthrie provient de troubles neurologiques et peut survenir tôt dans la vie des enfants, à partir de lésions neurologiques causées avant, pendant ou après la naissance, telle qu'une paralysie cérébrale, ou lors de la petite enfance au travers d'une lésion cérébrale traumatique ou d'une maladie neurologique. Les difficultés de communication ont un impact profond sur le développement des enfants. Elles réduisent la qualité de vie des enfants ayant une paralysie cérébrale et augmentent le risque d'exclusion sociale, d'échec éducatif et de chômage plus tard dans la vie. L'orthophonie vise à aider les enfants à contrôler les mouvements permettant la respiration et la parole et à ainsi devenir plus intelligible.

Caractéristiques de l'étude

Nous n'avons pas trouvé d'essais contrôlés randomisés ou d'études ayant un groupe de comparaison étudiant les effets de l'orthophonie pour améliorer la voix d'enfants ayant une dysarthrie acquise avant l'âge de trois ans.

Principaux résultats

De petites études observationnelles ont suggéré que, pour certains enfants, la thérapie pourrait avoir été associée à des changements positifs au niveau de l'intelligibilité et de la clarté de la voix. De nouvelles recherches rigoureuses, au moyen d'essais contrôlés randomisés, sont nécessaires pour évaluer si la thérapie peut aider les enfants à améliorer l'intelligibilité de leur discours et si une intelligibilité améliorée augmente la participation des enfants aux activités sociales et éducatives ainsi que leur qualité de vie.

Conclusions des auteurs: 

Cette revue n'a trouvé aucune preuve issue d'essais randomisés portant sur l'efficacité des interventions de thérapie orthophonique pour améliorer la voix des enfants ayant une dysarthrie acquise de manière précoce. Des essais contrôlés randomisés rigoureux et de puissance adéquate sont nécessaires pour étudier si les changements positifs observés au niveau de l'élocution des enfants dans des études de phase I et II sont généralisables à la population d'enfants ayant une dysarthrie acquise de manière précoce et ayant accès à une thérapie orthophonique. Les recherches devraient examiner les changements au niveau de la production de la parole et de l'intelligibilité du discours de l'enfant. Il faut également étudier la participation aux activités sociales et éducatives, ainsi que la qualité de vie des enfants, de même que les coûts et l'acceptabilité des interventions.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les enfants ayant des déficits moteurs ont souvent un trouble de la parole appelé dysarthrie, une affection qui affecte le ton, la force et la coordination d'un ou de plusieurs muscles utilisés pour parler. Les difficultés d'élocution en résultant peuvent être de gravité légère, avec une prononciation légèrement pâteuse et une voix soufflée, ou de gravité plus avancée avec une incapacité à produire des mots identifiables. Les enfants ayant une dysarthrie reçoivent souvent des prescriptions pour obtenir des outils d'aide à la communication leur permettant de complémenter leurs stratégies naturelles de communication. Cependant, il existe des variations dans la pratique concernant l'offre d'une thérapie portant sur la production de la voix et de la parole. Des études descriptives ont suggéré qu'une thérapie pourrait améliorer l'élocution, mais son efficacité n'a pas été évaluée.

Objectifs: 

Évaluer si n'importe quelle intervention orthophonique visant à améliorer l'élocution d'enfants ayant une dysarthrie est plus efficace pour augmenter l'intelligibilité du discours des enfants ou la participation à la communication que l'absence d'intervention, et comparer l'efficacité des différents types de thérapie orthophonique dans l'amélioration de l'intelligibilité du discours ou la participation à la communication des enfants ayant une dysarthrie.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL ; 2015 Numéro 7, ), MEDLINE, EMBASE, CINAHL, LLBA, ERIC, PsychInfo, Web of Science, Scopus, UK National Research Register and Dissertation Abstracts jusqu'en juillet 2015, ainsi que des recherches manuelles dans les revues publiées entre 1980 et juillet 2015, et nous avons consulté les actes de congrès pertinents datant de 1996 à 2015. Nous n'avons placé aucune restriction concernant la langue ou le contexte de l'étude. Une précédente version de cette revue a pris en compte les études publiées jusqu'en avril 2009. Dans cette mise à jour, nous avons recherché des études publiées depuis avril 2009 jusqu'à juillet 2015.

Critères de sélection: 

Nous avons pris en compte les essais contrôlés randomisés et les études de conception quasi-expérimentale dans lesquelles des enfants ont été assignés aux groupes en utilisant des méthodes non-aléatoires.

Recueil et analyse des données: 

Un auteur (LP) a effectué des recherches dans toutes les bases de données, journaux et rapports de conférence. Toutes les recherches ont inclus un contrôle de fiabilité dans lequel un deuxième auteur de la revue a vérifié indépendamment un échantillon aléatoire comprenant 15 % de tous les rapports identifiés. Nous avions prévu que deux auteurs de la revue évaluent indépendamment la qualité et extraient les données issues des études éligibles.

Résultats principaux: 

Aucun essai contrôlé randomisé ou étude portant sur des groupes n'a été identifié.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Martin Vuillème et révisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.