Utilisation de dispositifs vibratoires pour aider les personnes atteintes de mucoviscidose à dégager le mucus présent dans les voies respiratoires

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Question de la revue

Nous avons examiné les preuves sur l'effet des dispositifs vibratoires (par exemple, Flutter, Acapella, Cornet, Quake®, la ventilation à percussions intrapulmonaires, les oscillateurs haute fréquence de la paroi thoracique (par exemple, Vest), VibraLung et MetaNeb) pour aider les personnes atteintes de mucoviscidose à dégager le mucus de leurs voies respiratoires.

Contexte

Les personnes atteintes de mucoviscidose ont trop de mucus collant dans les poumons, ce qui peut conduire à l'infection et à l'inflammation constantes. Cela endommage les voies respiratoires et la fonction pulmonaire s'aggrave au fil du temps. Les personnes atteintes de mucoviscidose utilisent la kinésithérapie respiratoire pour dégager le mucus de leurs poumons. Elles peuvent utiliser différentes méthodes, seules ou en association - des techniques manuelles, des techniques de respiration et des dispositifs mécaniques. Les dispositifs vibratoires (parfois aussi appelés oscillateurs) utilisent la pression générée à l'intérieur ou à l'extérieur du corps pour dégager le mucus.

Date de recherche

Nous avons effectué la dernière recherche de preuves le 13 janvier 2014.

Caractéristiques des études

Cette revue inclut 35 études portant sur un total de 1 050 personnes atteintes de mucoviscidose âgées de 4 à 63 ans. Les études ont comparé différents traitements de kinésithérapie et les gens ont été sélectionnés pour un traitement ou l'autre de manière aléatoire. Rares étaient les études ayant examiné les mêmes types de kinésithérapie au cours de la même période de temps ; la durée des études variait de 2 jours à 13 mois.

Principaux résultats

Compte tenu des différences dans la conception des études, il était difficile de combiner les résultats de ces études de façon efficace.

Nous n'avons trouvé aucune preuve claire que les dispositifs vibratoires aient été meilleurs qu'un des autres types de kinésithérapie auxquels ils ont été comparés dans ces études, ou qu'un dispositif ait été meilleur qu'un autre. Une étude a observé que les patients utilisant un dispositif vibratoire nécessitaient des antibiotiques supplémentaires pour une infection pulmonaire plus souvent que ceux utilisant la pression expiratoire positive. En recommandant la méthode la plus appropriée de dégagement des voies respiratoires, les kinésithérapeutes doivent tenir compte des besoins des personnes qu'ils soignent.

Dans l'avenir, des essais plus importants et plus longs sont nécessaires pour mesurer la fréquence des infections pulmonaires ainsi que la préférence, l'observance et la satisfaction générale des patients vis-à-vis du traitement. Nous pensons que l'observance du traitement est important, parce que si les personnes atteintes de mucoviscidose sont prêtes à adhérer à leur régime de kinésithérapie, cela peut entraîner des améliorations dans d'autres résultats comme la tolérance à l'exercice et la fonction respiratoire.

Qualité des preuves

Dans l'ensemble, nous avons trouvé que la plupart des études avaient des problèmes de conception qui pourraient affecter notre confiance dans quelques-uns des résultats. Dans environ un quart des études, il était à craindre que tous les résultats n'aient pas été consignés clairement, et dans environ un tiers des études, les raisons pour lesquelles des personnes avaient arrêté l'essai n'étaient pas clairement expliquées. Dans les comparaisons de différents types de kinésithérapie, le patient et son kinésithérapeute savent toujours quel traitement est utilisé. Cela peut affecter leurs réponses à certaines questions, comme celles sur le traitement qui les aide plus. Cependant, nous avons pensé que cela posait problème dans quelques études seulement.

Conclusions des auteurs: 

Il n'y avait aucune preuve probante selon laquelle l'oscillation est une intervention globalement plus ou moins efficace que les autres formes de kinésithérapie. De plus, aucune preuve n'indiquait la supériorité d'un dispositif par rapport à un autre. Les résultats d'une étude montrant une augmentation de la fréquence des exacerbations nécessitant des antibiotiques lors de l'utilisation d'un dispositif oscillant en comparaison avec la pression expiratoire positive peuvent avoir des répercussions importantes sur les ressources. D'autres essais contrôlés randomisés à long terme et d'une puissance statistique adéquate sont nécessaires, et les critères mesurés devraient inclure la fréquence des exacerbations, la préférence du patient, l'observance du traitement et la satisfaction générale avec le traitement. Une meilleure observance du traitement peut alors entraîner des améliorations dans d'autres paramètres, tels que la tolérance à l'exercice et la fonction respiratoire. Des preuves supplémentaires sont nécessaires pour évaluer si les dispositifs oscillatoires combinés avec d'autres formes de dégagement des voies respiratoires sont efficaces chez les personnes atteintes de mucoviscidose.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La kinésithérapie respiratoire est couramment prescrite pour aider à dégager des sécrétions présentes dans les voies respiratoires des personnes atteintes de mucoviscidose. Les dispositifs oscillants génèrent des oscillations intra- ou extra-thoraciques par voie orale ou externe dans la paroi thoracique. En interne, elles créent des résistances variables dans les voies respiratoires, en générant une pression positive oscillante contrôlée qui déplace le mucus. Les oscillations extra-thoraciques sont générées par des forces externes au système respiratoire, par exemple, une oscillation à haute fréquence de la paroi thoracique.

Objectifs: 

Déterminer si les dispositifs oscillants, par voie orale ou la paroi thoracique, sont efficaces pour la clairance mucociliaire et s'ils sont équivalents ou supérieurs à d'autres types de dégagement des voies respiratoires dans la gestion efficace des sécrétions chez les personnes atteintes de mucoviscidose.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre d'essais du groupe Cochrane sur la mucoviscidose et les autres maladies génétiques, composé de références identifiées lors de recherches exhaustives dans les bases de données électroniques, ainsi que des recherches manuelles de revues pertinentes et de résumés d'actes de conférence.Dernières recherches effectuées dans le registre des essais cliniques sur la mucoviscidose: 13 janvier 2014.

Critères de sélection: 

Etudes contrôlées randomisées et études cliniques contrôlées comparant des dispositifs oscillants à n'importe quelle autre forme de kinésithérapie chez les personnes atteintes de mucoviscidose. Les interventions portant sur des traitements uniques (technique thérapeutique utilisée une seule fois dans la comparaison) ont été exclues.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont indépendamment appliqué les critères d'inclusion aux publications et évalué la qualité méthodologique des études incluses.

Résultats principaux: 

Les recherches ont identifié 68 études avec un total de 288 références ; 35 études (total de 1 050 participants) répondaient aux critères d'inclusion. La durée des études variait de une semaine à un an ; 20 de ces études avaient un plan croisé. Les études varient également en termes de type d'intervention et de résultats mesurés. En outre, les données n'étaient pas publiées de façon suffisamment détaillée dans la plupart de ces études, ce qui a limité la méta-analyse. Peu d'études ont été considérées comme étant à faible risque de biais dans tous les domaines. Le masquage des participants et des cliniciens à des interventions de kinésithérapie est impossible, mais 10 études avaient mis en aveugle les évaluateurs des résultats.

Le volume expiratoire maximal en une seconde était le critère de jugement le plus fréquemment évalué. Une étude réalisée à long terme (sept mois) comparait les dispositifs oscillants à une kinésithérapie standard ou à des techniques respiratoires et a trouvé des différences statistiquement significatives dans certains paramètres de la fonction pulmonaire favorisant les dispositifs oscillants. Une étude a identifié une augmentation de la fréquence des exacerbations nécessitant des antibiotiques lors de l'utilisation de l'oscillation haute fréquence de la paroi thoracique en comparaison avec la pression expiratoire positive. Il y avait des modifications légères, mais significatives, concernant les variables des critères de jugement secondaires, comme le volume ou le poids des expectorations, qui n'étaient toutefois pas totalement en faveur des dispositifs oscillants. La satisfaction des participants était rapportée dans 15 études, mais elle ne favorisait pas particulièrement un dispositif oscillant, car certains participants préféraient les techniques respiratoires ou celles utilisées avant les interventions réalisées dans l'étude. Les résultats des critères de jugement restants n'étaient pas examinés ou rapportés de façon suffisamment détaillée pour fournir des preuves de qualité élevée.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Cochrane France

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.