La télémédecine pour le soutien des parents de nouveau-nés à haut risque

La télémédecine utilise les technologies de l'information pour permettre aux médecins ou aux infirmières de communiquer avec leurs patients ne se trouvant pas dans la même pièce. Les parents d'enfants malades qui sont traités dans les unités néonatales de soins intensifs ont besoin de beaucoup de soutien lorsque leur enfant est malade et quand ils prennent leur bébé à la maison. La télémédecine pourrait aider les médecins et les infirmières à améliorer le soutien fourni aux parents. Cette revue a identifié un essai clinique qui n'avait pas démontré que la télémédecine modifie la durée d'hospitalisation de ces nourrissons. Les données publiées dans cette étude présentaient cependant une certaine imprécision qui rend difficile de formuler des recommandations fermes concernant la télémédecine.

Conclusions des auteurs: 

Les résultats disponibles ne suffisent pas pour étayer ou réfuter l'utilisation des technologies de télémédecine pour le soutien des parents de nouveau-nés à haut risque hospitalisés en soins intensifs. Des essais cliniques sont nécessaires pour évaluer l'application de la télémédecine au soutien des parents et des familles des nourrissons en UNSI, avec pour critères de jugement principaux la durée d'hospitalisation et la perception des soins en UNSI.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La télémédecine consiste en l'utilisation des technologies électroniques de communication pour soigner des patients situés à distance du praticien. Étant donné que les parents et les familles d'enfants admis en USIN nécessitent un soutien important de la part du personnel médical en termes d'information et de temps, la télémédecine devrait permettre d'accroître ce soutien.

Objectifs: 

Évaluer si l'utilisation des technologies de télémédecine pour soutenir les familles de nouveau-nés hospitalisés en soins intensifs influe sur la durée d'hospitalisation et sur la satisfaction des parents / familles.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans les bases de données suivantes : Le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL, The Cochrane Library, 2011, numéro 8), MEDLINE (de 1966 à septembre 2011) et EMBASE (de 1980 à septembre 2011). Nous avons également cherché dans les sites Internet ClinicalTrials.gov (http://www.clinicaltrials.gov) et EudraCT (http://eudract.emea.eu.int). Nous avons passé au crible les actes de conférences de la Société canadienne de télésanté, de l'American Telemedicine Association, de la Société internationale de télémédecine, du congrès annuel de l'International e-Health Association, de l'American Medical Informatics Association et de Medinfo.

Critères de sélection: 

Nous avons tenté d'identifier des essais contrôlés randomisés ayant évalué l'utilisation d'une télémédecine conçue pour soutenir les parents de nourrissons soignés dans une unité néonatale de soins intensifs (UNSI​​), en comparaison avec les mesures de soutien standard. Notre principal critère de jugement était la durée d'hospitalisation, et les critères secondaires incluaient la satisfaction des parents et du personnel, les visites aux urgences après la libération de l'hôpital et l'utilisation par la famille de ressources liées à la santé du nourrisson.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont, de manière indépendante, passé les études au crible, extrait les données et évalué le risque de biais de la seule étude incluse au moyen des méthodes standard du groupe thématique Cochrane sur la néonatologie. Nous avions prévu d'exprimer les effets du traitement sous la forme du risque relatif (RR), de la différence de risque (DR), du nombre de sujets à traiter (NST) et de la différence moyenne (DM) lorsque cela était approprié, à l'aide d'un modèle à effet fixe.

Résultats principaux: 

Une seule étude a été incluse pour analyse dans cette revue. Cette étude avait comparé l'utilisation de la télémédecine (Baby Carelink) pour parents et familles de nourrissons en UNSI à un groupe témoin n'ayant pas accès à ce programme, et elle avait évalué la durée d'hospitalisation des enfants et la satisfaction de la famille vis-à-vis de plusieurs composantes des soins prodigués aux nourrissons. L'étude ne montre aucune différence dans la durée d'hospitalisation (durée moyenne : groupe télémédecine : 68,5 jours (écart-type 28,3 jours), groupe de contrôle : 70,6 jours (écart-type 35,6 jours), DM -2,10 jours (intervalle de confiance à 95 % : -18,85 à 14,65 jours). Il n'y avait pas suffisamment d'informations pour une analyse plus approfondie des mesures de la satisfaction des familles.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.