Corticostéroïdes pour l'induction d'une rémission dans la maladie de Crohn

Les corticostéroïdes sont utilisés depuis des décennies dans le traitement de la maladie de Crohn active. Les études cliniques contrôlées évaluant les effets des corticostéroïdes systémiques pour l'induction d'une rémission dans la maladie de Crohn ont été examinées. Pour être incluses dans l'analyse, les études devaient comparer toute forme de corticostéroïde à absorption systémique (ex. : prednisone, prednisolone, 6-méthylprednisolone ou hydrocortisone) à un placebo (médicament inactif) ou des 5-aminosalicylates (ex. : mésalazine, mésalamine ou sulfasalazine). Les corticostéroïdes s'avéraient plus efficaces que le placebo et les 5-aminosalicylates pour induire une rémission dans la maladie de Crohn. Les corticostéroïdes étaient associés à des effets secondaires plus fréquents que le placebo et les 5-aminosalicylates, mais ces effets n'étaient pas suffisamment graves pour entraîner un arrêt prématuré dans les études examinées. En résumé, les corticostéroïdes sont efficaces pour induire une rémission chez les patients atteints de maladie de Crohn. Bien qu'ils entraînent des effets secondaires fréquents, ces effets étaient relativement mineurs dans les études examinées, dont certaines suivaient les patients au cours d'une période allant jusqu'à 24 semaines.

Conclusions des auteurs: 

Les corticostéroïdes sont efficaces pour induire une rémission chez les patients atteints de MC, en particulier lorsqu'ils sont administrés pendant plus de 15 semaines. Bien que les corticostéroïdes entraînent davantage d'événements indésirables que le placebo ou le 5-ASA à faible dose, ces événements n'entraînaient pas d'augmentation des arrêts prématurés dans les études incluses. Des informations supplémentaires sont nécessaires afin de déterminer la durée optimale du traitement et le protocole de réduction progressive des doses pour maximiser l'efficacité de la corticothérapie. De plus, une étude supplémentaire est nécessaire afin de déterminer si les corticostéroïdes sont plus efficaces chez des patients présentant certains phénotypes ou en administration intraveineuse.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Historiquement, les corticostéroïdes sont les médicaments les plus utilisés pour l'induction d'une rémission dans la maladie de Crohn (MC). Les corticostéroïdes régulent la production de cytokines inflammatoires et interfèrent avec la production de NF-κB pour limiter la réponse inflammatoire.

Objectifs: 

Le principal objectif de cette revue systématique était d'évaluer l'efficacité et l'innocuité des corticostéroïdes traditionnels (administrés par voie orale ou intraveineuse) pour induire une rémission dans la MC.

La stratégie de recherche documentaire: 

Les bases de données électroniques suivantes ont été consultées : MEDLINE, EMBASE, le registre Cochrane central des essais contrôlés, le registre spécialisé des essais du groupe Cochrane sur les maladies inflammatoires de l'intestin et les troubles fonctionnels intestinaux (MII/TFI) et ClinicalTrials.gov. Aucune restriction de langue n'a été appliquée. Les références bibliographiques des essais et articles de revue ainsi que les actes récents des principales conférences de gastro-entérologie ont fait l'objet d'une recherche manuelle.

Critères de sélection: 

Les essais cliniques comparatifs randomisés examinant des corticostéroïdes systémiques traditionnels pour l'induction d'une rémission dans la MC active ont été inclus dans cette revue. Les patients des groupes témoins recevaient un placebo ou des 5-aminosalicylates (5-ASA). La population étudiée se composait de patients de tous âges atteints de MC active (telle que définie par les auteurs des études ou sur la base d'indices d'activité clinique validés) et recevant toute formulation de corticostéroïdes à absorption systémique par n'importe quelle voie d'administration orale ou parentérale. Le critère de jugement principal était l'induction d'une rémission de la MC. Les critères de jugement secondaires comprenaient la réponse clinique, le changement du score CDAI moyen, les événements indésirables et le nombre de patients arrêtant les études de manière prématurée pour cause d'événements indésirables.

Recueil et analyse des données: 

Deux évaluateurs indépendants ont sélectionné les études éligibles, extrait les données et évalué la qualité des études à l'aide des critères de Jadad. Un modèle à effets fixes ou aléatoires a été choisi en fonction de l'évaluation de l'hétérogénéité, et les études ont été pondérées à l'aide de la méthode de DerSimonian & Laird ou de Mantel-Haenszel, selon le cas. Une méta-analyse a été effectuée à l'aide du logiciel RevMan 4.2.10.

Résultats principaux: 

Deux études comparaient des corticostéroïdes à un placebo, et six études comparaient des corticostéroïdes à des 5-ASA. Les corticostéroïdes s'avéraient significativement plus efficaces que le placebo pour induire une rémission dans la MC (RR de 1,99 ; IC à 95 %, entre 1,51 et 2,64 ; P = 0,00001). Les corticostéroïdes s'avéraient plus efficaces que le 5-ASA pour induire une rémission dans les études présentant un suivi à long terme ( > 15 semaines ; RR = 1,65 ; IC à 95 %, entre 1,33 et 2,03 ; P = 0,00001). Les corticostéroïdes entraînaient des événements indésirables chez davantage de patients que le placebo (RR de 4,89 ; IC à 95 %, entre 1,98 et 12,07 ; P = 0,0006) ou que le 5-ASA à faible dose (RR de 2,38 ; IC à 95 %, entre 1,34 et 4,25 ; P = 0,003). Aucune différence n'était observée entre les stéroïdes et le 5-ASA à dose élevée en termes de nombre de patients présentant des événements indésirables. Les stéroïdes n'entraînaient pas plus d'arrêts prématurés pour cause d'événements indésirables que le placebo ou le 5-ASA.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.