Aminophylline dans un arrêt cardiaque

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Des médicaments permettent de réanimer des patients suite à un arrêt cardiaque. L'aminophylline est un médicament permettant de réanimer des patients suite à un arrêt cardiaque en cas de ralentissement ou d'arrêt de l'activité électrique. L'aminophylline peut rétablir le flux sanguin cardiaque, améliorer l'activité électrique et l'efficacité d'autres médicaments administrés lors de la réanimation. Nous avons trouvé cinq études totalisant 1 254 patients qui ont été victimes de ce type d'arrêt cardiaque en milieu préhospitalier. Quatre de ces cinq études (1 186 patients) étaient correctement conçues et présentaient de faibles risques de biais. Bien qu'aucun événement indésirable n'ait été signalé, l'aminophylline, ajoutée à la pratique de réanimation standard des services de secours, ne montrait aucun effet bénéfique par rapport à un placebo chez ces patients. Nous ignorons si l'administration anticipée d'aminophylline serait efficace.

Conclusions des auteurs: 

L'administration préhospitalière d'aminophylline lors d'un arrêt bradyasystolique n'est pas liée à un rétablissement amélioré de la circulation, de la survie jusqu'à l'admission ou de la survie jusqu'à la sortie de l'hôpital. Les effets bénéfiques de l'aminophylline administrée de façon précoce lors d'efforts de réanimation sont inconnus.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Dans une ischémie cardiaque, l'accumulation d'adénosine peut entraîner ou aggraver une bradyasystolie et diminuer l'efficacité des catécholamines administrées pendant la réanimation. L'aminophylline est un antagoniste compétitif de l'adénosine. Des études de cas suggèrent que l'aminophylline peut être efficace en cas d'arrêt bradyasystolique résistant à l'atropine.

Objectifs: 

Déterminer les effets de l'aminophylline dans le traitement de patients victimes d'un arrêt cardiaque bradyasystolique, principalement la survie jusqu'à la sortie de l'hôpital. Nous avons également pris en compte la survie jusqu'à l'admission, le rétablissement d'une circulation spontanée, des résultats neurologiques et des événements indésirables.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL ; The Cochrane Library, numéro 4, 2009), MEDLINE, EMBASE, CINAHL, LILACS, ClinicalTrials.gov et le système d'enregistrement international des essais cliniques de l'OMS. Nous avons consulté les listes bibliographiques des articles extraits, passé en revue les actes de congrès, contacté des experts et effectué d'autres recherches à l'aide de Google. La stratégie de recherche a été mise à jour en mars 2012.

Critères de sélection: 

Tous les essais contrôlés randomisés comparant l'administration d'aminophylline par voie intraveineuse à un placebo chez des adultes victimes d'un arrêt cardiaque bradyasystolique normothermique non traumatique et placés sous assistance cardiaque avancée (ACLS).

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment examiné les études et extrait les données incluses. Nous avons contacté les auteurs des études chaque fois que cela était nécessaire. Le risque relatif (RR) groupé était évalué pour chaque résultat d'étude. Une analyse en sous-groupes a été prédéfinie conformément au moment de l'administration d'aminophylline.

Résultats principaux: 

Cinq essais sont inclus dans cette analyse, tous ont été réalisés en milieu préhospitalier. Les risques de biais étaient faibles dans quatre de ces études (n = 1 186). Les essais totalisaient 1 254 participants. L'aminophylline s'est révélée inefficace au niveau de la survie jusqu'à la sortie de l'hôpital (RR 0,58, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,12 à 2,74) ou du critère de jugement secondaire de survie (survie jusqu'à l'admission en hôpital : RR 0,92 ; IC à 95 % 0,61 à 1,39 ; rétablissement de la circulation spontanée : RR 1,15 ; IC à 95 % 0,89 à 1,49). Les cas de survie étaient rares (6/1 254), ce qui limitait les données concernant des résultats neurologiques et des événements indésirables. L'analyse en sous-groupes planifiée concernant une administration anticipée d'aminophylline incluait 37 participants. Aucun participant d'un sous-groupe n'a survécu jusqu'à la sortie de l'hôpital.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.