Une revue des activités pour aider les professionnels de la santé à partager les décisions concernant les soins avec leurs patients

Quel est l’objectif de cette revue ?

Souvent, les professionnels de la santé n'impliquent pas leurs patients dans la prise de décision concernant leurs soins. Dans le cadre de la prise de décision partagée, les professionnels de la santé informent les patients de leurs choix et les invitent à choisir l'option qui reflète ce qui est important pour eux, y compris l'option de ne pas poursuivre le traitement. On dit de la prise de décision partagée qu’elle est souhaitable parce que la participation des patients est acceptée comme un droit et que les patients en général veulent plus d'information sur leur état de santé et préfèrent jouer un rôle actif dans les décisions concernant leur santé. L'objectif de cette revue était de déterminer si les activités visant à accroître la prise de décision partagée par les professionnels de la santé sont efficaces ou non. Des exemples de ces activités sont des programmes de formation, la distribution de dépliants ou des rappels par courriel. Les chercheurs de Cochrane ont recueilli et analysé toutes les études pertinentes pour répondre à cette question et ont trouvé 87 études.

Messages clés

Il existe une grande variété d'activités pour accroître l’adoption de la prise de décision partagée par les professionnels de la santé, mais nous ne pouvons pas savoir lesquelles de ces activités fonctionnent le mieux parce que la certitude (ou la confiance) des données probantes est évaluée comme étant très faible.

Ce qui a été étudié dans cette revue

Notre revue a porté sur les 87 études qui ont testé les types d'activités les plus efficaces pour aider les professionnels de la santé à faire participer davantage leurs patients à la prise de décisions concernant leurs soins. Nous avons également examiné l'effet de ces activités sur le regret de décision, la qualité de vie liée à la santé physique ou mentale, la durée de la consultation et le coût.

Les études étaient si différentes que ces activités étaient difficiles à comparer.

Tout d'abord, nous avons divisé les études en deux catégories : celles qui font appel à des observateurs externes pour mesurer la prise de décision partagée et celles qui font appel à des patients pour mesurer la prise de décision partagée.

Nous avons ensuite divisé les études en études portant sur les activités a) pour les professionnels de la santé seulement (p. ex. formation), b) pour les patients seulement (p. ex. leur donner une aide à la décision, qui est une brochure expliquant les options et les invitant à réfléchir à leurs valeurs et préférences), et c) pour les professionnels de la santé et les patients (p. ex. formation plus une aide à la décision).

Enfin, nous avons subdivisé chacune de ces trois catégories en études qui comparent l'activité avec les soins habituels et en études qui comparent l'activité avec une autre activité.

Nous avons également examiné dans quelle mesure les données probantes étaient certaines pour notre résultat principal (la mesure dans laquelle les professionnels de la santé impliquent davantage leurs patients dans la prise de décisions concernant leurs soins) et les résultats d’intérêt secondaires (regret de décision, qualité de vie liée à la santé physique ou mentale, durée de la consultation et coût).

Quels sont les principaux résultats de la revue ?

Quarante-quatre études portaient sur les activités pour les patients seulement, tandis que 28 études portaient sur les activités pour les professionnels de la santé et les patients, et 15 études portaient sur les activités pour les professionnels de la santé seulement.

Bien que les études dans les trois catégories aient testé de nombreuses activités différentes afin d'accroître la prise de décision partagée par les professionnels de la santé, dans l'ensemble, nous ne pouvons pas avoir confiance dans l'efficacité de ces activités parce que la certitude des données probantes était faible. C'est parce qu'il y avait de nombreuses sources d'erreur possibles (p. ex. ne pas s'assurer que les activités testées n'ont pas été fournies aux groupes témoins) et souvent un mauvais rapport des résultats (c.-à-d. ne pas fournir suffisamment d'information pour juger de la qualité des données probantes).

Bien qu'il ait été difficile de tirer des conclusions définitives, nous pouvons dire que, comparativement à l'absence d'activité, les activités des professionnels de la santé peuvent légèrement améliorer la qualité de vie liée à la santé mentale, mais ne font que peu ou pas de différence dans la qualité de vie liée à la santé physique (deux études). On peut aussi dire que les activités ciblant à la fois les professionnels de la santé et les patients peuvent faire peu ou pas de différence dans les regrets de décision (une étude).

Cette revue est-elle à jour ?

Nous avons recherché les études publiées jusqu'en juin 2017.

Conclusions des auteurs: 

Il n'est pas certain que les interventions visant à accroître l'utilisation de la PDP par les professionnels de la santé soient efficaces parce que la certitude des données probantes est faible ou très faible.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La prise de décision partagée (PDP) est un processus par lequel un choix en matière de soins de santé est fait par le patient, des proches ou les deux avec un ou plusieurs professionnels de la santé. Toutefois, elle n'a pas encore été largement adopté dans la pratique. Il s'agit de la deuxième mise à jour de cette revue Cochrane.

Objectifs: 

Déterminer l'efficacité des interventions pour accroître l'utilisation de la PDP par les professionnels de la santé. Nous avons considéré les interventions ciblant les patients, les interventions ciblant les professionnels de la santé et les interventions ciblant les deux.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans les bases de données CENTRAL, MEDLINE, Embase et cinq autres bases de données le 15 juin 2017. Nous avons également effectué des recherches dans deux registres d'essais cliniques et dans les actes de conférences pertinentes. Nous avons vérifié les listes de références et contacté les auteurs de l'étude.

Critères de sélection: 

Essais randomisés et non randomisés, études contrôlées avant/après et études de séries chronologiques interrompues évaluant les interventions en vue d'accroître l'utilisation de la PDP, dont les principaux résultats ont été évalués à l'aide de mesures fondées sur l'observation ou déclarées par les patients.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons utilisé les procédures méthodologiques standard attendues par Cochrane.

Nous avons utilisé GRADE pour évaluer la certitude de la preuve.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 87 études (45 641 patients et 3113 professionnels de la santé) menées principalement aux États-Unis, en Allemagne, au Canada et aux Pays-Bas. Le risque de biais était élevé ou peu clair pour la protection contre la contamination, faible pour les différences dans les caractéristiques de base des patients et peu clair pour les autres domaines.

Quarante-quatre études ont évalué les interventions ciblant les patients. Ils comprenaient des aides à la décision, l'activation des patients, des listes de questions et des formations pour les patients, entre autres, et ont été administrés seuls (intervention unique) ou en combinaison (intervention multiforme). La certitude de la preuve était très faible. Il n'est pas certain que les interventions ciblant les patients lorsqu'elles sont comparées aux soins habituels augmentent les PDP, qu'elles soient mesurées par observation (différence moyenne normalisée (DMS) 0,54, intervalle de confiance à 95 % (IC) -0,13 à 1,22 ; 4 études ; N = 424) ou déclarées par les patients (DMS 0,32, IC à 95 % 0,16 à 0,48 ; 9 études ; N = 1386 ; différence de risque (DR) -0,09, IC à 95 % -0,19 à 0.01 ; 6 études ; N = 754), réduire les regrets de décision (DMS -0,10, IC à 95 % -0,39 à 0,19 ; 1 étude ; N = 212), améliorer la qualité de vie physique (DMS 0,00, IC à 95 % -0,36 à 0,36 ; 1 étude ; N = 116) ou mentale (DMS 0.10, IC à 95 % -0,26 à 0,46 ; 1 étude ; N = 116), affectent la durée de la consultation (DMS 0,10, IC à 95 % -0,39 à 0,58 ; 2 études ; N = 224) ou le coût (DMS 0,82, IC à 95 % 0,42 à 1,22 ; 1 étude ; N = 105).

Il n'est pas certain que les interventions ciblant les patients lorsqu'on les compare aux interventions du même type augmentent les PDP, qu'elles soient mesurées par observation (DMS 0,88, IC à 95 %, 0,39 à 1,37 ; 3 études ; N = 271) ou déclarées par les patients (DMS 0.03, IC à 95 % -0,18 à 0,24 ; 11 études ; N = 1906) ; (RD 0,03, IC à 95 % -0,02 à 0,08 ; 10 études ; N = 2272) ; influent sur la durée de la consultation (DMS -0,65, IC à 95 % -1,29 à -0,00 ; 1 étude ; N = 39) ou les coûts. Aucune donnée n'a été rapportée pour les regrets de décision, la qualité de vie liée à la santé physique ou mentale.

Quinze études ont évalué les interventions ciblant les professionnels de la santé. Il s'agissait notamment de réunions éducatives, de matériel pédagogique, de visites de sensibilisation et de rappels. La certitude des preuves est très faible. Il n'est pas certain que ces interventions comparées aux soins habituels augmentent la PDP, qu'elles soient mesurées par observation (DMS 0,70, IC à 95 %, 0,21 à 1,19 ; 6 études ; N = 479) ou déclarées par les patients (DMS 0,03, IC à 95 %, -0,15 à 0,20 ; 5 études ; N = 5772) ; (DR 0,01, 95 %C : -0,03 à 0,03.06 ; 2 études ; N = 6303) ; réduire le regret de décision (DMS 0,29, IC à 95 % 0,07 à 0,51 ; 1 étude ; N = 326), affecter la durée de la consultation (DMS 0,51, IC à 95 % 0,21 à 0,81 ; 1 étude, N = 175), le coût (aucune donnée disponible) ou la qualité de vie liée à la santé physique (DMS 0,16, IC à 95 % -0,05 à 0,36 ; 1 étude ; N = 359). La qualité de vie liée à la santé mentale peut s'améliorer légèrement (DMS 0,28, IC à 95 %, 0,07 à 0,49 ; 1 étude, N = 359 ; preuve peu certaine).

Il n'est pas certain que les interventions ciblant les professionnels de la santé comparativement aux interventions du même type augmentent la PDP, qu'elles soient mesurées par observation (DMS -0,30, IC à 95 % -1,19 à 0,59 ; 1 étude ; N = 20) ou déclarées par les patients (DMS 0,24, IC à 95 % -0,10 à 0,58 ; 2 études ; N = 1459), car la certitude des données probantes est très faible. L'information était insuffisante pour déterminer l'effet sur le regret de décision, la qualité de vie liée à la santé physique ou mentale, la durée des consultations ou les coûts.

Vingt-huit études ont ciblé à la fois les patients et les professionnels de la santé. Les interventions ont utilisé une combinaison d'interventions menées par le patient et d'interventions dirigées par un professionnel de la santé. D'après des données peu fiables, il n'est pas certain que ces interventions, lorsqu'on les compare aux soins habituels, augmentent la PDP, qu'elles soient mesurées par observation (DMS 1,10, IC à 95 % 0,42 à 1,79 ; 6 études ; N = 1270) ou déclarées par les patients (DMS 0,13, IC à 95 % -0,02 à 0,28 ; 7 études ; N = 1479) ; (DR -0,01, IC à 95 % -0,20 à 0,19 ; 2 études ; N = 266) ; améliorer l'état physique (DMS 0,08, -0,37 à 0,54 ; 1 étude ; N = 75) ou la qualité de vie liée à la santé mentale (DMS 0,01, -0,44 à 0,46 ; 1 étude ; N = 75), la durée de la consultation (DMS 3,72, IC à 95 % 3,44 à 4,01 ; 1 étude ; N = 36) ou les coûts (aucune donnée disponible) et peuvent faire peu ou pas de différence au regret de décision (DMS 0,13, IC à 95 % -0,08 à 0,33 ; 1 étude ; faible certitude des preuves).

Il n'est pas certain que les interventions ciblant à la fois les patients et les professionnels de la santé par rapport aux interventions du même type augmentent la PDP, qu'elles soient mesurées par observation (DMS -0,29, IC à 95 % -1,17 à 0,60 ; 1 étude ; N = 20) ; (DR -0,04, IC à 95 % -0,13 à 0,04 ; 1 étude ; N = 134) ou déclarées par les patients (DMS 0,00, IC à 95 % -0,32 à 0,32 ; 1 étude ; N = 150 ), car la certitude des données probantes était très faible. Il n'y avait pas suffisamment d'information pour déterminer les effets sur le regret de décision, la qualité de vie liée à la santé physique ou mentale, la durée ou les coûts de la consultation.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.