Protection cérébrale par hypothermie en chirurgie du cerveau

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Il y a risque de faible débit sanguin cérébral durant différents types d'interventions neurochirurgicales, et cela peut avoir des conséquences dévastatrices. L'hypothermie induite est une baisse contrôlée de la température corporelle destinée à éviter les problèmes associés à un faible débit sanguin. La chirurgie du cerveau peut entraîner de graves complications en raison de facteurs tels que le traumatisme causé par la rétraction cérébrale, l'occlusion d'un vaisseau ou une hémorragie peropératoire. Beaucoup d'anesthésistes pensent qu'il convient d'utiliser l'hypothermie induite pour protéger le système nerveux central durant une intervention chirurgicale. Nous avons trouvé pour cette revue quatre études impliquant un total de 1219 participants. Il n'y avait aucune preuve de différences importantes entre les effets de la protection cérébrale par hypothermie et de la normothermie en chirurgie du cerveau.

Conclusions des auteurs: 

Bien qu'il existe certaines preuves que l'hypothermie légère soit sûre, il n'est pas clair qu'elle soit plus efficace que la normothermie. Il faudra effectuer plus d'essais cliniques afin d'établir les avantages éventuels de l'hypothermie pour la protection cérébrale en chirurgie du cerveau, avant de pouvoir recommander l'utilisation en routine de cette intervention.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Il y a risque d'ischémie cérébrale durant différents types d'interventions neurochirurgicales, et cela peut avoir des conséquences dévastatrices. L'hypothermie induite est une baisse contrôlée de la température corporelle à des fins thérapeutiques. Cela reste la pratique usuelle en neurochirurgie pour prévenir ou minimiser les lésions cérébrales ischémiques. La chirurgie du cerveau peut entraîner de graves complications en raison de facteurs tels que le besoin de rétraction cérébrale, l'occlusion d'un vaisseau ou une hémorragie peropératoire. Beaucoup d'anesthésistes pensent qu'il convient d'utiliser l'hypothermie induite pour protéger le système nerveux central durant une intervention chirurgicale. Bien que l'hypothermie soit souvent utilisée en chirurgie du cerveau, son efficacité clinique n'a pas encore été établie.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et l'innocuité de l'hypothermie induite, en comparaison avec la normothermie, pour la protection cérébrale des patients subissant une opération du cerveau.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué une recherche dans le Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) (The Cochrane Library 2010, numéro 10), sur MEDLINE, LILACS et EMBASE ainsi que dans le registre d'essais cliniques (des origines à novembre 2010), les listes de référence d'essais identifiés et les bibliographies de revues publiées. Nous avons également contacté des chercheurs dans le domaine. Il n'y avait aucune restriction concernant la langue.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés et quasi-randomisés portant sur l'hypothermie induite comparée à la normothermie pour la neuroprotection des patients subissant une opération du cerveau.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont, de manière indépendante, évalué la qualité des essais et extrait les données. Nous avons contacté les auteurs des études afin d'obtenir des informations complémentaires.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus quatre essais portant sur la protection cérébrale par hypothermie en chirurgie du cerveau, impliquant un total de 1219 patients. Nous n'avons trouvé aucune indication probante que la protection cérébrale par hypothermie des patients subissant une opération du cerveau soit plus efficace ou plus dangereuse que la normothermie.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.