Interventions après transfert d'embryons pour les femmes subissant une fécondation in vitro (FIV) et une injection de sperme intracytoplasmique

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Ces dernières années, la procréation assistée s'est basée davantage sur des preuves dans le but de déterminer les techniques qui fonctionnent réellement par rapport à celles qui ne fonctionnent pas. Cela a conduit à d'importants changements dans la manière dont les embryons sont transférés et dans le choix des traitements qui sont administrés aux femmes avant et après le transfert. Cependant, il n'a pas encore été déterminé s'il existe ou non des manières de réduire le mouvement ou l'expulsion des embryons de l'utérus après le transfert. En raison de ce manque d'informations, ainsi que de la nécessité d'améliorer nettement les critères d'évaluation en réduisant le risque de perte des embryons après le transfert, nous avons décidé de localiser et d'examiner les meilleures preuves disponibles concernant les interventions après transfert d'embryons (TE) pour les femmes subissant une FIV et une injection de sperme intracytoplasmique (ISIC). Après des recherches méticuleuses dans les principales bases de données et dans des actes de conférence, nous avons pu localiser quatre essais. Tous étaient des essais contrôlés randomisés prospectifs comparant deux interventions post-TE concurrentes ou une intervention versus l'absence de traitement concernant les critères d'évaluation cliniques chez des femmes subissant une FIV et une ISIC.

Notre critère d'évaluation principal, le taux de naissances vivantes, n'a été rapporté dans aucun des essais inclus. De plus, le taux de grossesses en cours et/ou le taux de naissances vivantes n'ont été rapportés que dans un essai qui comparait l'ambulation immédiate à 30 minutes d'alitement après un transfert d'embryons, sans qu'aucune différence nette ne soit notifiée. Le taux de grossesses cliniques a été rapporté dans les 4 essais. Il n'a pas été affecté clairement par différentes quantités d'alitement (plus ou moins long) après le transfert d'embryons et il n'y a pas eu non plus de différence significative entre l'utilisation d'une colle de fibrine et l'absence d'intervention. La fermeture forcée du col de l'utérus a donné une chance de grossesse significativement plus grande comparé à l'absence d'intervention. La notification d'une bonne méthode de randomisation et d'une bonne assignation secrète a été démontrée dans la majorité des essais, tandis qu'un seul essai a rapporté l'utilisation de la mise en aveugle. En conclusion, les preuves sont insuffisantes pour recommander une certaine durée pendant laquelle les femmes doivent rester en position horizontale, le cas échéant, après un transfert d'embryons. Les preuves sont également insuffisantes pour recommander l'ajout de colles de fibrine aux milieux de transfert d'embryons. Enfin, il existe peu de preuves permettant de recommander l'utilisation de la pression mécanique pour fermer le canal cervical après un transfert d'embryons. Des études supplémentaires, bien conçues et d'une puissance adéquate, doivent être réalisées pour déterminer l'effet réel, le cas échéant, des interventions post-TE sur les femmes subissant une FIV et une ISIC.

Conclusions des auteurs: 

Les preuves sont insuffisantes pour recommander une certaine durée pendant laquelle les femmes doivent rester en position horizontale après un TE ou pour recommander l'utilisation de colles de fibrine. Enfin, il existe peu de preuves permettant de recommander l'utilisation de la fermeture mécanique du canal cervical après un TE. Des études supplémentaires, bien conçues et d'une puissance adéquate, doivent être réalisées pour déterminer l'effet réel, le cas échéant, de ces interventions post-TE, ainsi que d'autres, pour les femmes subissant une FIV et une ISIC.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Des techniques de transfert d'embryons (TE) sont en cours de développement, d'optimisation et de standardisation pour offrir les meilleurs critères de jugement. Cela comprend des méthodes pour réduire le risque de perte d'embryons après le TE.

Objectifs: 

Localiser, analyser et examiner systématiquement les meilleures preuves disponibles concernant l'efficacité des techniques post-TE pour les femmes subissant une fécondation in vitro (FIV) et une injection de sperme intracytoplasmique (ISIC).

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans les bases de données électroniques, les bibliographies des études primaires, des articles de revue et des publications pertinentes, ainsi que dans les actes de conférences. Aucune restriction de langue n'a été appliquée.

Critères de sélection: 

Un passage au crible et une sélection de 2 436 références bibliographiques d'articles possibles ont été effectués indépendamment par deux auteurs de la revue. Quatre véritables essais randomisés, prospectifs, ont répondu aux critères d'inclusion. Les essais comparaient deux interventions post-TE concurrentes ou une intervention versus l'absence de traitement chez des femmes subissant une FIV et une ISIC.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont, indépendamment, recueilli des données et évalué le risque de biais au moyen d'un formulaire d'extraction de données standardisé. Les données des critères de jugement individuels ont été extraites pour étayer une analyse en intention de traiter.

Résultats principaux: 

Le critère de jugement principal, le taux de naissances vivantes, n'a été rapporté dans aucun des essais inclus. Le taux de grossesses en cours n'était disponible que pour un essai qui comparait l'ambulation immédiate à 30 minutes d'alitement, sans aucune preuve d'un effet pour l'alitement (RC 1,00 ; IC à 95 % 0,54 à 1,85).

Les critères de jugement secondaires ont été rapportés de façon sporadique, à l'exception du taux de grossesses cliniques qui a été rapporté dans tous les essais inclus. Il n'y a eu aucune différence significative entre l'alitement plus court et l'alitement prolongé (RC 1,13 ; IC à 95 % 0,77 à 1,67). Il n'y a pas eu non plus de différence significative entre l'utilisation d'une colle de fibrine et un témoin (RC 0,98 ; IC à 95 % 0,54 à 1,78). Cependant, on a observé une probabilité de grossesse significativement supérieure après une fermeture mécanique du col de l'utérus comparé à l'absence d'intervention (RC 1,92 ; IC à 95 % 1,40 à 2,63).

Le risque de biais des études incluses était variable. La notification d'une bonne méthode de randomisation et d'une bonne assignation secrète a été démontrée dans la majorité des essais, tandis qu'un seul essai a été rapporté comme étant en aveugle.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.