L'immunothérapie pour le traitement de l'amyotrophie diabétique

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Seuls des résultats d'essais cliniques pourront montrer si les corticoïdes, l'immunoglobuline ou d'autres traitements qui agissent sur ​​le système immunitaire sont bénéfiques contre l'amyotrophie diabétique.

L'amyotrophie diabétique ou plexopathie lombo-sacrée diabétique est un trouble rare des nerfs périphériques associé au diabète sucré. Elle entraine douleurs et faiblesse dans les membres inférieurs. Certains chercheurs ont trouvé des cellules inflammatoires à proximité de vaisseaux sanguins et ont envisagé que celles-ci interrompaient l'approvisionnement en sang des nerfs. Ils suggèrent qu'il pourrait être utile de donner des médicaments qui réduisent les cellules inflammatoires. Nous n'avons trouvé qu'un seul essai terminé, mais les résultats n'ont pas été entièrement publiés et n'étaient pas disponibles pour analyse. Les recherches ont été mises à jour en 2012 et n'ont pas identifié d'essais supplémentaires. Il n'y a pas actuellement de données issues d'un quelconque essai clinique montrant si les immunothérapies peuvent bénéficier aux personnes souffrant de cette affection.

Conclusions des auteurs: 

Il n'y a pas actuellement de données issues d'essais randomisés qui permettent d'étayer des recommandations d'utilisation d'un traitement immunothérapique contre l'amyotrophie diabétique.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les personnes atteintes de diabète sucré souffrent parfois de douleurs et de faiblesse aiguës ou subaiguës, progressives et asymétriques dans les muscles proximaux des membres inférieurs. Cette affection porte différents noms, notamment amyotrophie diabétique et plexopathie lombo-sacrée diabétique. Certaines études suggèrent que cela pourrait être dû à une micro-vascularité inflammatoire immunologique provoquant une lésion ischémique des nerfs. On pourrait donc s'attendre à ce que les immunothérapies soient bénéfiques. Ceci est une mise à jour d'une revue publiée pour la première fois en 2009.

Objectifs: 

Notre but était de passer en revue les données provenant d'essais randomisés portant sur l'efficacité de toute forme d'immunothérapie dans le traitement de l'amyotrophie diabétique.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les affections neuro-musculaires (7 février 2012), CENTRAL (2012 numéro 1), MEDLINE (de janvier 1966 à janvier 2012) et EMBASE (de janvier 1980 à janvier 2012), et nous avons contacté les auteurs de publications pertinentes et d'autres experts afin de trouver des références supplémentaires, des essais non publiés ou des essais en cours.

Critères de sélection: 

Nous avions l'intention d'inclure tout essai randomisé ou quasi-randomisé portant sur une quelconque immunothérapie et dont les participants rempliraient toutes les conditions suivantes : diabète sucré tel que défini par des critères internationalement reconnus, accès aigus ou subaigus de douleur et de faiblesse du neurone moteur inférieur impliquant principalement les muscles proximaux des membres inférieurs, faiblesse non confinée à un seul nerf ou à un seul groupe de nerfs, à l'exclusion de toute autre cause de plexopathie et de radiculopathies lombo-sacrées.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont indépendamment examiné toutes les références obtenues par la recherche pour sélectionner celles répondant aux critères d'inclusion.

Résultats principaux: 

Nous n'avons trouvé qu'un seul essai contrôlé achevé portant sur la méthylprednisolone intraveineuse dans l'amyotrophie diabétique (Dyck 2006). Les résultats n'ont pas été entièrement publiés et n'étaient pas disponibles pour les analyses. Nous n'avons pas trouvé d'essais supplémentaires lors de la mise à jour des recherches en 2012.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.