Les interventions visant à prévenir la perte auditive induite par le bruit au travail

Quel est l'objectif de cette revue ?

L'objectif de cette revue Cochrane était de déterminer si la surdité (perte auditive) causée par le bruit au travail peut être évitée. Les chercheurs de Cochrane ont recueilli et analysé toutes les études pertinentes afin de répondre à cette question. Ceux-ci ont trouvé 29 études ayant étudié l'effet de mesures préventives.

Points clés

Une législation plus stricte pourrait réduire les niveaux sonores. Au niveau des individus, les protège-oreilles et les bouchons d'oreilles peuvent réduire l'exposition au bruit jusqu'à des niveaux sûrs. Cependant, des instructions indiquant comment placer les bouchons dans les oreilles sont nécessaires. Sans instructions les bouchons d'oreille n'offrent probablement pas une protection suffisante. Offrir un feedback aux travailleurs quant à l'exposition au bruit ne semble pas mener à une réduction du bruit. Des solutions provenant du domaine de l'ingénierie telles qu'un meilleur entretien des machines pourrait conduire à une réduction du bruit similaire à celle obtenue au moyen de protections auditives. De meilleures évaluations de ces solutions provenant du domaine de l'ingénierie sont nécessaires.

Les effets des programmes de prévention de la perte auditive (PPPA) ne sont pas clairs. Une meilleure utilisation des protections auditives dans le cadre d'un programme de prévention est probablement bénéfique mais n'offre pas une protection complète contre la perte auditive. Une amélioration de la mise en œuvre des programmes pourrait conférer une meilleure protection.

Qu'est-ce qui a été étudié dans la revue ?

Des millions de travailleurs sont exposés à des bruits pouvant conduire à des pertes auditives. Les auteurs de la revue se sont intéressés à l'effet de toute intervention visant à réduire les bruits ou la perte auditive sur les lieux de travail, telles que des solutions provenant du domaine de l'ingénierie, des protections auditives ou des programmes de prévention de la perte auditive.

Quels sont les résultats de la revue ?

Les effets sur l'exposition au bruit

Les solutions provenant du domaine de l'ingénierie

Nous avons trouvé une étude ayant montré que les niveaux sonores ont diminué d'environ 5 décibels (dB) après la mise en œuvre d'une législation plus stricte dans l'industrie minière. Bien que de nombreuses études de cas montrent que les améliorations techniques peuvent réduire les niveaux sonores sur des lieux de travail et parfois même mener à des réductions allant jusqu'à 20 dB en moins, il n'y avait aucune étude contrôlée en dehors d'un laboratoire permettant de corroborer ce possible effet.

Une protection auditive

Dans huit études comprenant 358 travailleurs, les protections auditives ont réduit l'exposition au bruit des travailleurs d'environ 20 dB(A). Cependant, pour les bouchons à oreille il y avait des preuves de qualité modérée issues de deux études randomisées indiquant que si les travailleurs n'avaient pas reçu des instructions suffisantes pour l'utilisation des bouchons à oreille, l'atténuation obtenue était réduite de 9 dB en moyenne. 

Les informations sur l'exposition au bruit

Fournir des informations sur l'exposition au bruit n'a pas modifié les niveaux sonores dans le secteur du bâtiment dans une étude.

Les effets sur la perte auditive

Nous avons trouvé 16 études comprenant 81 220 participants et portant sur les effets à long terme des protections auditives sur la perte auditive.

Une protection auditive

L'utilisation de dispositifs de protection auditive dans un PPPA bien mis en œuvre était associée à moins de pertes auditives. Pour d'autres éléments tels que des programmes de formation des travailleurs, l'audiométrie seule, la surveillance du niveau de bruit, ou l'offre d'informations sur l'exposition individuelle au bruit, il n'y avait aucun effet évident. Deux études comprenant 3242 travailleurs ont trouvé qu'il n'y avait aucune différence dans l'effet à long terme des protèges-oreilles par rapport aux bouchons à oreille sur la perte auditive.

Les programmes de prévention de la perte auditive

Quatre études ont fourni des preuves de très faible qualité indiquant que, par rapport à des travailleurs non exposés, en moyenne, les PPPA ne réduisent pas le risque de perte auditive en-deçà d'un niveau au moins équivalent à celui des travailleurs exposés à 85 dB(A). Deux études supplémentaires et comparables ont montré que le risque de perte auditive demeurait substantiel malgré la mise en œuvre d'un PPPA. Cependant, une étude de faible qualité a montré qu'un PPPA plus strict peut protéger les travailleurs contre la perte auditive.

L'absence de preuves concluantes ne doit pas être interprétée comme indiquant l'inefficacité des interventions. Cela signifie plutôt que d'autres recherches sont très susceptibles d'affecter nos conclusions. Des programmes de prévention de haute qualité, des études de meilleure qualité, en particulier dans le domaine des interventions provenant du domaine de l'ingénierie, et de la mise en œuvre des législations sont nécessaires pour prévenir la perte auditive induite par le bruit.

Cette revue est-elle à jour ?

Les auteurs de la revue ont recherché des études ayant été publiées jusqu'en octobre 2016

Conclusions des auteurs: 

Il existe des preuves de très faible qualité indiquant que la mise en œuvre d'une législation plus stricte peut réduire les niveaux sonores sur le lieu de travail. Des études contrôlées portant sur d'autres interventions provenant du domaine de l'ingénierie n'ont pas été réalisés. Il existe des preuves de qualité modérée indiquant que la formation sur l'insertion correcte des bouchons à oreille réduit significativement l'exposition au bruit lors du suivi à court terme, mais des suivis à long terme sont encore nécessaires.

Il existe des preuves de très faible qualité indiquant qu'une meilleure utilisation des dispositifs de protection auditive dans le cadre d'un PPPA réduit le risque de perte auditive, alors que pour d'autres composants des PPPA nous n'avons pas trouvé un tel effet. L'absence de preuves concluantes ne doit pas être interprétée comme une preuve de non-efficacité. Cela signifie plutôt que d'autres recherches sont très susceptibles d'avoir un impact important.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Cet article est la deuxième mise à jour d'une revue Cochrane publiée pour la première fois en 2009. Dans le monde entier, des millions de travailleurs sont exposés à des niveaux sonores augmentant le risque de troubles de l'audition. Il existe des incertitudes quant à l'efficacité des interventions de prévention de la perte auditive.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité des interventions non pharmacologiques visant à prévenir l'exposition au bruit au travail ou la perte auditive professionnelle par rapport à l'absence d'intervention ou à d'autres interventions.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans CENTRAL ; PubMed ; EMBASE ; CINAHL ; Web of Science ; BIOSIS Previews ; Cambridge Scientific Abstracts ; et OSH UPDATE jusqu'au 3 octobre 2016.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus les essais contrôlés randomisés (ECR), les études contrôlées avant-après (CAA) et les séries temporelles interrompues (STI) portant sur des interventions non cliniques dans des conditions réelles chez les travailleurs pour prévenir ou réduire l'exposition au bruit et la perte auditive. Nous avons également recueilli des études de cas non contrôlées portant sur des interventions provenant du domaine de l'ingénierie et mesurant leur effet sur l'exposition au bruit.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont indépendamment évalué l'éligibilité et le risque de biais et extrait les données. Nous avons classé les interventions dans les catégories suivantes : les interventions provenant du domaine de l'ingénierie, les interventions au niveau de l'administration, les dispositifs de protection auditive, et la surveillance de l'audition.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 29 études. Une étude évaluait une législation visant à réduire l'exposition au bruit dans une analyse de séries chronologiques sur 12 années, mais il n'y avait aucune étude contrôlée portant sur les interventions provenant du domaine de l'ingénierie visant l'exposition au bruit. Onze études portant sur 3725 participants ont évalué les effets des dispositifs personnels de protection auditive et 17 études portant sur 84 028 participants ont évalué les effets des programmes de prévention de la perte auditive (PPPA).

Les effets sur l'exposition au bruit

Les interventions provenant du domaine de l'ingénierie suite à des législations

Une étude de STI a trouvé qu'une nouvelle législation dans l'industrie minière a réduit la médiane de l'exposition individuelle au bruit dans des mines de charbon souterraines de 27,7 pourcents (intervalle de confiance à 95 % (IC) -36,1 à -19,3 pourcents) immédiatement après la mise en œuvre d'une législation plus stricte. Cela se traduit par une diminution du niveau sonore d'approximativement 4,5 dB(A). L'intervention était associée à une tendance favorable mais statistiquement non significative au niveau de la durée dans la dose de bruit de -2,1 pourcents par an (IC à 95 % -4,9 à 0,7, 4 an de suivi, preuves de très faible qualité).

Les études de cas d'intervention génie

Nous avons trouvé 12 études décrivant 107 études de cas non contrôlées portant sur les réductions immédiates des niveaux sonores de machines allant de 11,1 à 19,7 dB(A) comme résultat suite à l'achat d'un nouvel équipement, à l'isolement des sources de bruit ou à l'installation de panneaux ou de rideaux autour des sources. Cependant il y avait rarement un suivi à long terme dans les études et les mesures de la dose reçue par les travailleurs, et nous n'avons pas utilisé ces études dans nos conclusions.

Dispositifs de protection auditive

En général, les dispositifs de protection auditive ont réduit l'exposition au bruit d'environ 20 dB(A) en moyenne dans un ECR et dans trois études CAA (57 participants, preuves de faible qualité). Deux ECR ont montré que, avec des instructions pour l'insertion, l'atténuation du bruit obtenue avec les bouchons à oreille était de 8,59 dB supérieure (IC à 95 % de 6,92 dB à 10,25 dB) par rapport à l'absence d'instructions (2 ECR, 140 participants, preuves de qualité modérée).

Les interventions au niveau de l'administration : les feedbacks et l'offre d'informations quant à l'exposition au bruit

Des séances de formation sur place n'ont pas eu d'effet sur les niveaux personnels d'exposition au bruit par rapport à l'offre d'informations seulement dans un ECR en grappes après quatre mois de suivi (différence moyenne (DM) de 0,14 dB ; IC à 95 % -2,66 à 2,38). Un autre bras de la même étude a constaté que l'offre d'informations sur les niveaux individuels d'exposition au bruit n'ont eu aucun effet sur les niveaux de bruit (DM 0,30 dB (A), IC à 95 % -2,31 à 2,91) par rapport à l'absence d'offre de telles informations (176 participants, preuves de faible qualité).

Les effets sur la perte auditive

Dispositifs de protection auditive

Dans deux études, les auteurs ont comparé l'effet de différents dispositifs sur différents seuils temporaires lors d'un suivi à court terme, mais ceux-ci n'ont pas rapporté suffisamment de données pour nos analyses. Dans deux études CAA les auteurs n'ont trouvé aucune différence en termes de perte auditive à partir d'une exposition au bruit supérieure à 89 dB(A) entre les protections auditives et les bouchons à oreille lors du suivi à long terme (RC 0,8, IC à 95 % 0,63 à 1,03), preuves de très faible qualité). Les auteurs d'une autre étude CAA ont trouvé que le port plus fréquent d'une protection auditive a entrainé une réduction de la perte auditive lors du suivi à très long terme (preuves de très faible qualité).

Les interventions combinées : les programmes de prévention de la perte auditive

Un ECR en cluster n'a trouvé aucune différence en termes de perte auditive lors du suivi à trois ou 16 ans entre un PPPA intensif pour des étudiants en agriculture et l'audiométrie seule. Une étude CAA n'a trouvé aucune réduction du taux de perte auditive (DM de -0,82 dB par an (IC à 95 % -1,86 à 0,22) pour un PPPA ayant régulièrement fourni des informations sur l'exposition au bruit personnelle par rapport à un programme sans ces informations.

Il y avait des preuves dans quatre études à très long terme indiquant qu'une meilleure utilisation des dispositifs de protection auditive dans le cadre d'un PPPA a réduit le risque de perte auditive par rapport à des protections auditives moins bien utilisées dans un PPPA (RC 0,40, IC à 95 % 0,23 à 0,69). D'autres aspects des PPPA, tels que la formation et l'éducation des travailleurs ou les interventions provenant du domaine de l'ingénierie, n'ont pas démontré un effet similaire.

Dans trois études CAA à long terme, les travailleurs suivant un PPPA avaient des pertes auditives supérieures quoique statistiquement non significatives de 1,8 dB (IC à 95 % -0,6 à 4,2 ) à 4 kHz par rapport à des travailleurs non exposés et l'intervalle de confiance comprenait 4,2 dB, ce qui correspond au niveau de perte auditive résultant de 5 ans d'exposition à 85 dB(A). En outre, parmi trois autres études CAA n'ayant pas pu être incluses dans la méta-analyse, deux ont montré une augmentation du risque de perte auditive malgré la protection offerte par un PPPA par rapport aux travailleurs non exposés et une étude CAA n'a pas observé cela.

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Martin Vuillème

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.