Amélioration du retour au travail d'adultes souffrant de symptômes de détresse

Les troubles de l'adaptation, qui se caractérisent par des symptômes de détresse et des troubles émotionnels suite à un bouleversement du style de vie ou à un événement stressant de la vie, sont une cause courante de congé maladie chez les employés. Hormis les conséquences négatives pour l'employé, le congé maladie pèse lourdement sur la société en raison de la perte de productivité de l'employé et des demandes de pension d'invalidité professionnelle. Différents traitements ont été développés pour aider ces employés à retourner au travail. Notre étude a évalué dans quelle mesure ces traitements sont efficaces pour qu'un employé en congé maladie retourne travailler à temps partiel ou complet. Nous avons effectué des recherches dans des bases de données contenant des articles issus de différents journaux scientifiques et nous avons recherché des études examinant si un certain type de traitement aidait un employé à retourner au travail pendant son congé maladie pour troubles de l'adaptation. Nous avons trouvé neuf études pertinentes. Au total, 10 traitements psychologiques ont été évalués, ainsi qu'un traitement combiné composé d'un traitement psychologique et de techniques de relaxation. Nous n'avons trouvé aucune étude concernant des interventions pharmacologiques, des programmes d'exercices ou des programmes d'aide aux employés. Les neuf études incluses dans cette revue totalisaient 1 546 participants. Sur les 10 traitements psychologiques, cinq consistaient en une thérapie comportementale et cinq en une thérapie de résolution des problèmes. Il s'agit de types de traitements couramment utilisés chez les patients souffrant de troubles mentaux. Nos résultats ont montré que les employés en congé maladie pour troubles de l'adaptation peuvent bénéficier d'une aide pour faire leurs premiers pas vers un retour au travail (à savoir, un retour partiel au travail) à l'aide d'une thérapie de résolution des problèmes. En moyenne, les employés suivant cette thérapie retournent partiellement au travail 17 jours plus tôt que ceux ne suivant aucun traitement ou un traitement habituel prescrit par leur médecin du travail ou leur généraliste. Toutefois, nous avons également constaté qu'une thérapie comportementale cognitive ou une thérapie de résolution des problèmes n'aide pas un employé à retourner travailler à temps complet plus rapidement que les employés ne bénéficiant d'aucun traitement ou d'un traitement habituel prescrit par leur médecin du travail ou leur généraliste. Ces résultats se basent sur des preuves de qualité moyenne, ce qui implique que des recherches supplémentaires auront probablement un impact significatif sur notre confiance dans les résultats et pourraient les modifier.

Conclusions des auteurs: 

Nous avons trouvé des preuves de qualité moyenne selon lesquelles une TCC ne réduisait pas significativement le délai jusqu'à une RAT partielle et des preuves de qualité médiocre selon lesquelles une TCC de réduisait pas de façon significative le délai jusqu'à un RAT complet par rapport à l'absence de traitement. Des preuves de qualité moyenne ont montré qu'une TRP améliorait de façon significative un RAT partiel au bout d'un an de suivi par rapport à des soins non conformes aux directives, mais qu'elle n'améliorait pas significativement le délai jusqu'à un RAT complet au bout d'un an de suivi. Une limitation importante était le nombre réduit d'études incluses dans les méta-analyses et le nombre réduit de participants, ce qui diminuait la puissance statistique des analyses.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les troubles de l'adaptation sont une cause courante de congé maladie et plusieurs interventions ont été développées pour accélérer le retour au travail (RAT) d'employés en congé maladie pour troubles de l'adaptation.

Objectifs: 

Évaluer les effets des interventions facilitant le RAT d'employés souffrant de troubles de l'adaptation aigus ou chroniques.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur la dépression, l'anxiété et la névrose (CCDANCTR) jusqu'en octobre 2011 ; le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) jusqu'au numéro 4, 2011 ; MEDLINE, EMBASE, PsycINFO et ISI Web of Science, toutes les années jusqu'en février 2011 ; le portail des essais de l'OMS (ICTRP) et ClinicalTrials.gov en mars 2011. Nous avons également analysé les listes bibliographiques des études incluses et les revues pertinentes.

Critères de sélection: 

Nous avons sélectionné des essais contrôlés randomisés (ECR) évaluant l'efficacité des interventions permettant de faciliter le RAT d'employés souffrant de troubles de l'adaptation par rapport à l'absence de traitement ou à un autre traitement. Les interventions éligibles étaient des interventions pharmacologiques, psychologiques (comme une thérapie comportementale cognitive (TCC) et une thérapie de résolution des problèmes), des techniques de relaxation, des programmes d'exercices, des programmes d'aide aux employés ou des combinaisons de ces interventions). Le critère de jugement principal était le délai nécessaire à un RAT partiel et complet et les critères de jugement secondaires étaient la gravité des symptômes des troubles de l'adaptation, le comportement au travail, l'état fonctionnel général (à savoir, les capacités fonctionnelles globales d'une personne, comme le fonctionnement physique, la fonction sociale, la santé mentale générale) et la qualité de vie.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont indépendamment sélectionné les études, évalué leurs risques de biais et extrait des données. Nous avons regroupé les études que nous avons jugées comme étant suffisamment homogènes au niveau clinique dans différents groupes de comparaison et nous avons évalué la qualité globale des preuves à l'aide de l'approche GRADE.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus neuf études relatant 10 interventions psychologiques et une intervention combinée. Les études incluaient 1 546 participants. Aucun ECR n'a été trouvé concernant des interventions pharmacologiques, des programmes d'exercices ou des programmes d'aide aux employés. Nous avons considéré que sept études présentaient de faibles risques de biais et que les études regroupées pouvaient être comparées. Pour les personnes n'ayant bénéficié d'aucun traitement, par rapport à une TCC, le délai supposé pour un RAT partiel et complet était de 88 et 252 jours, respectivement. D'après deux études totalisant 159 participants, des preuves de qualité modérée ont montré qu'une TCC présentait des résultats similaires en termes de délai (en jours) jusqu'à un RAT partiel par rapport à l'absence de traitement après un an de suivi (différence moyenne (DM) - 8,78, intervalle de confiance (IC) à 95 % - 23,26 à 5,71). Nous avons trouvé des preuves de qualité médiocre de résultats similaires concernant une TCC et l'absence de traitement sur la baisse du nombre de jours jusqu'à un RAT complet après un suivi d'un an (DM - 35,73, IC à 95 % - 113,15 à 41,69) (inclusions d'une étude de 105 participants dans l'analyse). D'après des preuves de qualité moyenne, une thérapie de résolution des problèmes (TRP) réduisait de façon significative le délai jusqu'à un RAT partiel après un an de suivi par rapport à des soins non conformes aux directives (DM - 17,00, IC à 95 % - 26,48 à - 7,52) (inclusion d'une étude composée de 192 participants regroupés parmi 33 fournisseurs de traitement dans cette analyse), mais nous avons trouvé des preuves de qualité moyenne concernant l'absence d'effets significatifs sur la diminution du nombre de jours jusqu'à un RAT complet au bout d'un an de suivi (DM - 17,73, IC à 95 % - 37,35 à 1,90) (inclusion de deux études composées de 342 participants dans l'analyse).

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.