L'évaluation gériatrique standardisée pour les personnes âgées admises à l'hôpital

Quel est l'objectif de cette revue ?

L'objectif de cette revue Cochrane était de déterminer si les soins spécialisés, organisés et coordonnés (connus sous le nom d'évaluation gériatrique standardisée ou d'EGS) peuvent améliorer les soins fournis aux personnes âgées admises à l'hôpital. Des chercheurs de Cochrane ont recueilli et analysé toutes les études pertinentes afin de répondre à cette question et ceux-ci ont inclus 29 essais dans la revue.

Messages clés

Offrir aux personnes âgées admises à l'hôpital un accès à des services d'évaluation gériatrique standardisée (EGS) lors de l'admission à l'hôpital augmente les chances que ceux-ci soient encore en vie et qu'ils vivent à domicile lors du suivi.

Qu'est-ce qui a été étudié dans la revue ?

Les personnes âgées admises à l'hôpital peuvent avoir des problèmes multiples, complexes, et se chevauchant. Celles-ci sont plus susceptibles de perdre rapidement leur indépendance lorsqu'elles sont affectées par une maladie aiguë, ce qui peut potentiellement les conduire à être admises dans un établissement pour personnes âgées. Une part de ce déclin pourrait être évitée si les besoins en soins sont identifiés de façon appropriée et si le traitement est coordonné et bien organisé. Les soins spécialisés coordonnés (connus sous le nom d'évaluation gériatrique standardisée ou d'EGS) ont été développés pour répondre aux besoins médicaux, sociaux, de santé mentale et physiques au moyen d'une équipe pluridisciplinaire qualifiée. L'objectif est de favoriser le rétablissement des patients et la reprise des précédents niveaux de fonction lorsque cela est possible. À l'hôpital, les EGS sont réalisées dans un service de gériatrie, ou dans une unité de soins médicaux généraux au travers d'une visite par une équipe spécialisée en soins gériatriques.

Quels sont les principaux résultats de la revue ?

Les auteurs de la revue ont identifié 29 essais pertinents issus de neuf pays ayant recruté 13 766 personnes. Ces études ont comparé les EGS aux soins de routine pour les patients de plus de 65 ans admis à l'hôpital. La plupart des essais ont évalué les EGS ayant été fournies dans un service hospitalier spécialisé ou dans plusieurs services par une équipe mobile. La revue montre que les personnes âgées recevant une EGS plutôt que les soins médicaux de routine après l'admission à l'hôpital sont plus susceptibles d'être en vie et à domicile et que celles-ci sont moins susceptibles d'être admises dans un établissement pour personnes âgées lors du suivi jusqu'à un an après l'admission à l'hôpital.

Nous n'avons trouvé aucune preuve indiquant que les EGS réduisent le risque de décès au cours de la période de suivi jusqu'à un an après l'admission, et nous avons noté que les EGS semblaient n'avoir que peu ou pas d'effet sur la dépendance (si les patients ont besoin d'aide pour les activités quotidiennes, telles que l'alimentation et la marche).

Nous avons identifié de trop larges variations dans les résultats concernant les fonctions cognitives et les durées de séjour à l'hôpital pour pouvoir en tirer des conclusions. Les incertitudes concernant les analyses du rapport coût-efficacité suggèrent que des recherches supplémentaires sont nécessaires.

Cette revue est-elle à jour ?

Les auteurs de la revue ont recherché des études ayant été publiées jusqu'au 5 octobre 2016.

Conclusions des auteurs: 

Les patients âgés sont plus susceptibles d'être en vie et à leur domicile lors du suivi lorsque ceux-ci avaient obtenu une EGS lors de l'admission à l'hôpital. Nous ne savons pas si les données montrent une différence en termes d'effet entre les services et les équipes, car la puissance statistique était trop faible pour cette analyse. Les EGS pourraient conduire à une légère augmentation des coûts, et les preuves concernant le rapport coût-efficacité sont de faible certitude en raison de l'imprécision et du manque de cohérence entre les résultats des études. Davantage de recherches rapportant des estimations des rapports coûts-efficacité spécifiques dans différents contextes de soins sont nécessaires.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'évaluation gériatrique standardisée (EGS) est un processus diagnostique et thérapeutique pluridimensionnel et pluridisciplinaire réalisé afin d'identifier les problèmes médicaux, de santé mentale et fonctionnels des personnes âgées ayant des facteurs de fragilité de manière à ce qu'un programme de traitement coordonné et intégré ainsi qu'un suivi puissent être développés. Cet article est une mise à jour d'une revue Cochrane précédemment publiée.

Objectifs: 

Nous avons cherché à évaluer et à résumer de manière critique les preuves actuelles portant sur l'efficacité des EGS et sur l'utilisation des ressources associées pour les personnes âgées admises à l'hôpital, et nous voulions utiliser ces données pour estimer le rapport coût-efficacité de cette intervention.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans CENTRAL, MEDLINE, Embase, dans trois autres bases de données, et dans deux registres d'essais cliniques le 5 octobre 2016 ; nous avons également vérifié les références bibliographiques et contacté les auteurs des études.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus les essais randomisés ayant comparé les EGS en contexte hospitalier (fournies dans des unités gériatriques ou par des équipes mobiles) par rapport aux soins habituels dans un service de médecine générale ou dans un service pour les personnes âgées, généralement admises à l'hôpital pour des soins aigus ou pour une rééducation en milieu hospitalier après une admission pour des problèmes aigus.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons suivi les procédures méthodologiques standard prévues par Cochrane et EPOC (Effective Practice and Organisation of Care). Nous avons utilisé l'approche GRADE pour évaluer la certitude des preuves pour les résultats les plus importants. Pour cette mise à jour, nous avons sollicité les données individuelles des patients (DIP) auprès des investigateurs et nous avons interrogé les investigateurs pour obtenir des détails concernant la réalisation des EGS. Nous avons calculé les risques relatifs (RR), les différences moyennes (DM) ou les différences moyennes standardisées (DMS), et nous avons combiné les données à l'aide d'une méta-analyse à effets fixes. Nous avons estimé le rapport coût-efficacité en comparant les EGS en milieu hospitalier par rapport à l'admission à l'hôpital sans EGS en termes de coût par année de vie pondérée par la qualité (AVPQ) gagnée, de coût par année de vie (AV) gagnée, et de coût par année de vie au domicile (AVD) gagnée.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 29 essais portant sur 13 766 participants répartis dans neufs pays à revenu principalement élevé. Les EGS augmentent la probabilité que les patients soient en vie et à leur domicile au bout de 3 à 12 mois de suivi (risque relatif (RR) 1,06, intervalle de confiance à 95 % (IC) 1,01 à 1,10 ; 16 essais, 6799 participants ; preuves de haute certitude), ceux-ci mènent à des différences faibles à insignifiantes au niveau de la mortalité au bout de 3 à 12 mois de suivi (RR 1,00, IC à 95 % 0,93 à 1,07 ; 21 essais, 10 023 participants ; preuves de haute certitude), ceux-ci diminuent la probabilité que les patients soient admis dans un établissement pour personnes âgées au bout de 3 à 12 mois de suivi (RR 0,80, IC à 95 % 0,72 à 0,89 ; 14 essais, 6285 participants ; preuves de haute certitude) et ceux-ci mènent à des différences faibles à insignifiantes au niveau de la dépendance (RR 0,97, IC à 95 % 0,89 à 1,04 ; 14 essais, 6551 participants ; preuves de haute certitude). Les EGS pourraient n'avoir que peu ou pas d'effet sur les fonctions cognitives (DMS allant de -0,22 à 0,35 (5 essais, 3534 participants ; preuves de faible certitude)). La durée moyenne du séjour variait de 1,63 jours à 40,7 jours dans le groupe intervention et de 1,8 jours à 42,8 jours dans le groupe de comparaison. Les coûts des soins de santé par participant dans le groupe recevant les EGS étaient en moyenne de 234 GBP (IC à 95 % de -144 GBP à 605 GBP) plus élevés par rapport au groupe recevant les soins habituels (17 essais, 5303 participants ; preuves de faible certitude). Les EGS pourraient conduire à une légère augmentation de 0,012 AVPQ (IC à 95 % -0,024 à 0,048), avec 19 802 GBP par AVPQ gagnée (3 essais ; preuves de faible certitude), à une légère augmentation de 0,037 AV (IC à 95 % de 0,001 à 0,073), avec 6305 GBP par AV gagnée (4 essais ; preuves low-certainty), et à une légère augmentation de 0,019 AVD (IC à 95 % -0,019 à 0,155), avec 12 568 GBP par AVD gagnée (2 essais ; preuves de faible certitude). La probabilité que les EGS soient rentables à un ratio plafond de 20 000 GBP par AVPQ, AV et AVD était de 0,50, 0,89 et 0,47, respectivement (17 essais, 5303 participants ; preuves de faible certitude).

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Martin Vuillème

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.