Traitement de la sclérose latérale amyotrophique familiale

La sclérose latérale amyotrophique (SLA), également connue sous le nom de maladie des motoneurones (MMN) ou de maladie de Charcot, est une maladie rare qui se caractérise par une dégénérescence des nerfs moteurs entraînant une atrophie et un affaiblissement progressifs des muscles. Dans la plupart des cas, la cause de la SLA est inconnue. Dans un petit nombre de cas, il existe des antécédents familiaux de SLA/MMN et, encore plus rarement, la maladie est due à la variation d'un gène tel que le SOD1, le TDP-43 et le FUS. La compréhension de la base génétique de l'une des formes familiales de la SLA/MMN a permis le développement d'un modèle animal (la souris SOD1) qui est largement utilisé pour étudier les agents thérapeutiques potentiels dans la maladie humaine. Aucun médicament efficace chez la souris ne produit de bénéfices thérapeutiques chez les humains atteints de SLA/MMN. Ces résultats peuvent avoir plusieurs explications, notamment le fait que les personnes atteintes de SLA familiale et sporadique pourraient répondre différemment au même traitement, et que la souris SOD1 pourrait être un modèle mieux adapté à la SLA familiale (ou tout du moins à la SLA familiale due à des mutations du gène SOD1) qu'à la SLA sporadique. Pour essayer de répondre à cette question, cette revue a été entreprise afin de déterminer si la réponse des patients atteints de la forme familiale de la maladie différait de celle des patients atteints de la forme sporadique (ou non familiale) de la SLA/MMN.

Nous avons identifié tous les essais contrôlés randomisés portant sur la SLA/MMN et avons contacté les auteurs afin de solliciter les données nécessaires à cette revue. Beaucoup d'autres études étaient éligibles, mais cinq auteurs seulement étaient disposés et en mesure de partager les données issues de leurs essais contrôlés randomisés. Sur la base de l'analyse de ces données, nous n'avons identifié aucune preuve suggérant une différence statistiquement significative entre les patients atteints des formes familiale et sporadique de la SLA/MMN en termes de réponse au traitement.

Conclusions des auteurs: 

Sur la base des données disponibles, peu de preuves indiquent une réponse différentielle au traitement entre les patients atteints de SLA/MMN familiale et ceux atteints de la forme sporadique de la maladie. Les futurs essais contrôlés randomisés devront indiquer si des patients atteints de SLA/MMN familiale sont inclus et documenter la présence ou l'absence de mutation d'un gène de prédisposition à la SLA chez les patients atteints de SLA/MMN familiale.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La sclérose latérale amyotrophique (SLA), également connue sous le nom de maladie des motoneurones (MMN), est une maladie neurodégénérative rare. Environ 5 à 7 % des patients atteints de SLA/MMN ont un parent affecté par la même maladie. Des mutations du gène de la superoxyde dismutase-1 sont responsables d'environ 20 % des cas familiaux. On ignore la cause de la maladie chez les patients atteints de SLA/MMN non familiale (sporadique). On ignore également si les patients atteints de SLA/MMN familiale et sporadique répondent différemment au traitement.

Objectifs: 

Effectuer une revue systématique de la littérature et répondre spécifiquement à la question suivante : Les patients atteints des formes de SLA sporadique et familiale répondent-ils différemment au traitement ?

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les affections neuromusculaires, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE et EMBASE afin d'identifier des essais contrôlés randomisés (ECR). Deux auteurs de revue ont lu les titres et résumés de tous les articles et examiné le texte intégral de tous les articles potentiellement pertinents. Nous avons examiné les références bibliographiques de tous les essais inclus afin d'identifier d'autres articles pertinents. Nous avons contacté les auteurs de tous les essais éligibles dans la revue afin de solliciter les données brutes nécessaires.

Critères de sélection: 

Les études devraient remplir deux critères : (a) présenter un plan contrôlé randomisé et (b) inclure des participants atteints de SLA/MMN familiale et sporadique.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons tenté de contacter les auteurs de tous les essais qui remplissaient les critères d'inclusion. Nous avons obtenu des données concernant le type de SLA/MMN (sporadique versus familiale), le traitement assigné (actif versus placebo), la survie et les scores sur l'échelle d'évaluation fonctionnelle de la SLA (ALSFRS) pour les ECR inclus.

Résultats principaux: 

Cinq ECR portant sur 895 participants atteints de SLA/MMN sporadique et 52 atteints de SLA/MMN familiale ont été inclus. Aucune preuve statistique ne suggérait de différence entre les participants atteints de SLA/MMN familiale et ceux atteints de SLA/MMN sporadique en termes de réponse au traitement. L'estimation combinée du hazard ratio pour le terme d'interaction (traitement x SLA familiale) suggérait une réponse plus bénéfique en termes de survie chez les participants atteints de SLA/MMN familiale, mais ce résultat n'était pas statistiquement significatif. Les estimations combinées du taux de déclin sur l'échelle ALSFRS suggéraient une réponse globale au traitement légèrement supérieure chez les patients atteints de SLA/MMN familiale, mais ce résultat n'était pas statistiquement significatif.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.