La transmission du VIH de la mère à l'enfant (TME) est la première cause d'infection par le VIH chez l'enfant. Chaque jour, plus de 2 000 enfants sont infectés de la sorte partout dans le monde.

La césarienne pratiquée avant le travail et la rupture des membranes (également connue sous le nom de césarienne planifiée ou CP) est une intervention introduite dans le but de prévenir la TME du VIH. Les objectifs de cette revue étaient d'évaluer l'efficacité (prévention de la TME du VIH) et la sécurité de la CP chez les femmes infectées par le VIH.

Les auteurs ont constaté que la CP était une intervention efficace pour prévenir la TME chez les femmes infectées par le VIH non traitées aux antirétroviraux (ARV) ou ne prenant que de la zidovudine. On ne connaît pas précisément le risque de TME du VIH associé aux différents modes d'accouchement chez les femmes infectées par le VIH présentant de faibles charges virales (soit parce que la maladie n'est pas avancée, soit parce qu'elle est bien contrôlée sous ARV). Par conséquent, il est important de réaliser une ou plusieurs études à grande échelle afin d'évaluer l'efficacité de la CP pour prévenir la TME du VIH chez les femmes infectées par le VIH sans charges virales détectables, qu'elles soient ou non sous traitement ARV hautement actif (HAART).

Conclusions des auteurs: 

La CP est une intervention efficace pour prévenir la TME chez les femmes infectées par le VIH-1 non traitées aux ARV ou ne prenant que de la zidovudine. Le risque de MPP associé à la CP est supérieur à celui de l'accouchement par voie basse, mais inférieur à celui de la césarienne non planifiée. Chez les femmes infectées par le VIH-1, une maladie plus avancée au moment de la grossesse et des problèmes médicaux concomitants (tels que le diabète) constituent des facteurs de risque de MPP indépendants. On ne connaît pas précisément le risque de TME du VIH-1 associé aux différents modes d'accouchement chez les femmes infectées par le VIH-1 présentant de faibles charges virales (soit parce que la maladie n'est pas avancée, soit parce qu'elle est bien contrôlée sous ARV). Il est donc important de réaliser une ou plusieurs études à grande échelle (études individuelles ou méta-analyse sur données individuelles combinant les données de plusieurs études) afin d'évaluer l'efficacité de la CP dans la prévention de la TME du VIH-1 chez les femmes infectées par le VIH-1 sans charges virales détectables (qu'elles soient ou non sous traitement ARV hautement actif (HAART)).

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La césarienne pratiquée avant le travail et la rupture des membranes (césarienne planifiée ou CP) est une intervention introduite dans le but de prévenir la transmission du VIH-1 de la mère à l'enfant (TME). Le rôle du mode d'accouchement dans la prise en charge des femmes infectées par le VIH-1 devrait être évalué en tenant compte des risques et des bénéfices, car les femmes enceintes infectées par le VIH-1 doivent disposer des informations disponibles afin de pouvoir prendre des décisions éclairées concernant la césarienne et les autres options existantes pour éviter de transmettre l'infection à leur enfant.

Objectifs: 

Notre objectif était d'évaluer l'efficacité (prévention de la TME du VIH-1) et la sécurité de la CP chez les femmes infectées par le VIH-1.

Stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches électroniques dans MEDLINE et d'autres bases de données. Nous avons effectué des recherches manuelles dans les références bibliographiques des revues et études identifiées, ainsi que les résumés de congrès pertinents. Des experts de ce domaine ont été contactés afin d'identifier d'autres études. La stratégie de recherche documentaire était itérative.

Critères de sélection: 

Les essais cliniques randomisés évaluant l'efficacité et la sécurité de la CP dans la prévention de la TME du VIH-1 ont été inclus dans l'analyse, de même que les études observationnelles apportant des données pertinentes.

Recueil et analyse des données: 

Les données relatives au statut de l'infection par le VIH-1 des nourrissons nés de femmes infectées par le VIH-1 en fonction du mode d'accouchement ont été extraites des rapports d'étude. Les données relatives à la morbidité post-partum (MPP) (y compris les morbidités mineures (ex. : morbidité fébrile, infection urinaire) et majeures (ex : endométrite, thromboembolie)) des femmes infectées par le VIH-1 et à la morbidité des nouveau-nés en fonction du mode d'accouchement, ont également été extraites.

Résultats principaux: 

Un essai clinique randomisé examinant l'efficacité de la CP dans la prévention de la TME du VIH-1 a été identifié. Aucune donnée n'était disponible concernant la morbidité des nouveau-nés en fonction du mode d'accouchement pratiqué chez les mères infectées par le VIH-1. Des données relatives à la MPP en fonction du mode d'accouchement étaient disponibles dans cet essai clinique, ainsi que dans cinq études observationnelles. Chez les femmes infectées par le VIH-1 ne recevant pas de traitement antirétroviral (TAR) pendant la grossesse ou prenant uniquement de la zidovudine, la CP s'avérait efficace pour prévenir la TME du VIH-1. La MPP est généralement plus élevée chez les femmes infectées par le VIH-1 subissant une césarienne que chez les femmes accouchant par voie basse, et le risque associé à la CP se situe entre celui de l'accouchement par voie basse et celui de la césarienne non planifiée (y compris les procédures d'urgence). Les autres facteurs associés à un risque de MPP chez les femmes infectées par le VIH-1 incluent le stade de la maladie (une maladie avancée sur la base de numérations de CD4 plus faibles et de charges virales plus élevées étant associée à un risque accru de MPP), et les comorbidités (telles que le diabète).

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.