Effet de l'utilisation du partogramme sur les résultats chez les femmes en phase de travail spontané à terme

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Un partogramme est généralement est une représentation graphique, décrivant les diverses étapes de la progression du travail et servant d'alarme pour les professionnels de santé pour tous les problèmes chez la mère ou le bébé. On ne savait pas si un partogramme devait être utilisé et, dans ce cas, quelle conception de partogramme est meilleure pour les femmes et les bébés. Les auteurs de la revue ont identifié six essais contrôlés randomisés portant sur un total de 7 706 femmes en phase de travail spontané à terme. Deux études, soit 1 590 femmes, ont évalué l'introduction de l'utilisation d'un partogramme par rapport aux soins de routine sans partogramme. Quatre études, portant sur 6 116 femmes, ont comparé différents types de partogrammes. Dans l'ensemble, il n'y avait aucune preuve issue de cette revue que l'utilisation d'un partogramme avait réduit ou augmenté les taux de césarienne ou avait un quelconque effet sur d'autres aspects des soins pendant le travail. Lorsque des types différents de partogramme ont été comparés, aucune conception ne semblait être supérieure aux autres. Toutefois, une étude mono-centre, menée en Inde, comparant un partogramme ayant une phase latente (composite) et un n'en ayant pas, a démontré davantage de résultats favorables pour la mère et le bébé quand la représentation graphique modifiée a été utilisée. Il est possible que les partogrammes s'avèrent utiles dans des contextes où l'accès aux ressources de santé est très réduit, comme des études menées au Mexique et en Afrique ont également montré une certaine réduction des taux de césarienne avec l'utilisation du partogramme et une intervention précoce pour une progression du travail ralentie.

Conclusions des auteurs: 

Sur la base des résultats de cette revue, nous ne sommes pas en mesure de recommander l'utilisation en routine du partogramme dans le cadre de la prise en charge et des soins standard du travail. Étant donné que l'utilisation du partogramme est actuellement répandue et généralement acceptée, il semble raisonnable, jusqu'à obtention de preuves plus solides, de considérer que l'utilisation du partogramme devrait être déterminée au niveau local. Des preuves supplémentaires issues d'essais sont nécessaires pour établir l'efficacité de l'utilisation du partogramme.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le partogramme (parfois appelé partographe) est généralement une représentation graphique sur papier des observations relatives au travail enregistrées. La fonction du partogramme est de fournir une représentation graphique de la progression du travail, de servir de système d'alarme pour les sages-femmes et les obstétriciens en cas d'anomalies dans le bien-être de la mère et du fœtus, et de la progression du travail. Les représentations graphiques contiennent souvent des formulaires d'alarme pré-imprimés et des lignes d'actions. Une ligne d'alarme représente les 10 % de cas les plus lents de progression du travail de femmes primigestes. Une ligne d'action est inscrite plusieurs heures après la ligne d'alarme (généralement deux ou quatre heures) afin de provoquer la prise en charge efficace de la progression lente du travail.

Objectifs: 

Déterminer l'effet de l'utilisation d'un partogramme sur la morbidité et la mortalité périnatales et maternelles.
Déterminer l'effet d'une conception de partogramme sur la morbidité et la mortalité périnatales et maternelles.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre des essais cliniques du groupe Cochrane sur la grossesse et la naissance (31 mai 2012).

Critères de sélection: 

Des essais contrôlés randomisés et quasi-randomisés portant sur une comparaison de l'utilisation d'un partogramme avec l'absence de partogramme, ou une comparaison entre les différentes conceptions de partogramme.

Recueil et analyse des données: 

Trois auteurs de la revue ont évalué l'éligibilité, la qualité des essais et extrait les données de manière indépendante. Lorsqu'un auteur de la revue était également l'auteur d'un essai, les deux auteurs restants évaluaient les études de manière indépendante.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus six études portant sur 7 706 femmes dans la présente revue ; deux études ont évalué l'utilisation d'un partogramme par rapport à l'absence de partogramme et les autres ont évalué différentes conceptions de partogramme. Il n'y avait aucune preuve d'une quelconque différence entre l'utilisation d'un partogramme et l'absence de partogramme pour les césariennes (risque relatif (RR) 0,64, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,24 à 1,70) ; l'accouchement instrumental par césarienne (RR 1,00, IC à 95 % 0,85 à 1,17) ou le score Apgar à cinq minutes inférieur à sept (RR 0,77, IC à 95 % 0,29 à 2,06) entre les groupes. Comparativement à une ligne d'action de quatre heures, les femmes dans le groupe de la ligne d'action de deux heures avaient davantage de chances de nécessiter une augmentation d'ocytocine (RR 1,14, IC à 95 % 1,05 à 1,22). Lorsque les groupes de la ligne d'action de trois heures et de la ligne d'action de quatre heures ont été comparés, le taux de césarienne était le plus bas dans le groupe de la ligne d'action de quatre heures et cette différence était statistiquement significative (RR 1,70, IC à 95 % 1,07 à 2,70, n = 613, un essai). Lorsqu'un partogramme ayant une phase latente (composite) et un n'en ayant pas (modifié) ont été comparés, le taux de césarienne était plus faible avec le partographe n'ayant pas de phase latente (RR 2,45, IC à 95 % 1,72 à 3,50, n = 743, un essai).

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.