Auto-assistance pour le traitement des troubles anxieux

Les troubles anxieux sont courants. Ils interfèrent avec les activités normales, et ils ont tendance à ne pas disparaître sans traitement. Des traitements efficaces sont disponibles, notamment la thérapie cognitivo-comportementale. Ces traitements sont connus pour fonctionner lorsqu' ils sont administrés en direct, mais de nombreuses personnes ne peuvent pas avoir accès au traitement en face à face. Cette revue a examiné 101 essais cliniques d'auto-assistance et a analysé statistiquement 92 d'entre eux. Dans ces essais, 8403 personnes ont reçu l'auto-assistance ou ont été assignés à un groupe de contrôle. 

Globalement, l'auto-assistance accompagnée d'une certaine forme d'aide par un professionnel apparaît plus efficace que l'absence de traitement. Seule la moitié des personnes ayant utilisé l'auto-assistance étaient mieux à la fin du traitement, mais l'auto-assistance peut encore être considérée comme efficace, car les personnes souffrant d'anxiété ont tendance à ne pas être améliorées sans traitement. L'auto-assistance pourrait être moins efficace que le traitement normal en face à face. Certains résultats étaient difficiles à interpréter car les effets des traitements étaient variables et le risque de surestimation des résultats était sérieux en raison de limitations dans les méthodes d'étude. Nous avons conclu que l'auto-assistance est probablement meilleure que l'absence de traitement, mais de nombreuses personnes souffrant d'un trouble anxieux auraient de meilleurs résultats avec un traitement fourni par un psychologue qualifié. En outre, la plupart des documents d'auto-assistance utilisés dans ces études sont conçus pour la recherche et ne sont pas disponibles pour le public, de sorte que les résultats rapportés ici peuvent ne pas s'appliquer aux produits disponibles dans le commerce.

Conclusions des auteurs: 

L'auto-assistance peut être utile pour les personnes qui ne sont pas en mesure ou ne sont pas disposées à utiliser d'autres services destinés aux patients atteints de troubles anxieux; pour les personnes qui peuvent y avoir accès la thérapie cognitivo-comportementale en face à face, est probablement cliniquement supérieure. Les analyses économiques n'étaient pas dans le champ de cette revue.

Une importante hétérogénéité entre les essais a été observée. De récentes interventions pour des problèmes spécifiques qui incorporent une aide de cliniciens sont peut être plus efficaces que les interventions "transdiagnostiques" ( comme par exemple les interventions pour plusieurs troubles ) fournies sans recommandations, mais ces questions sont irrésolues dans les essais disponibles.

Bien que de nombreux essais de petite taille ont été réalisés, la possibilité de généraliser leurs résultats est limitée. La plupart des interventions testées ne sont pas disponibles pour les consommateurs. L'auto-assistance a été recommandée comme la première étape dans le traitement de certains troubles anxieux, mais l'efficacité à court terme et à long terme des interventions par média n'a pas été établie. De grands essais pragmatiques sont nécessaires pour évaluer et optimiser les bénéfices des interventions d'auto-assistance.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les troubles anxieux sont les problèmes de santé mentale les plus courants. Ils sont chroniques et incessants. Des traitements efficaces sont disponibles, mais l'accès aux services est limité. La thérapie cognitivo-comportementale et la thérapie comportementale par media (auto-assistées) visent à administrer le traitement avec moins de participation des professionnels par rapport aux traitements conventionnels.

Objectifs: 

Évaluer les effets des thérapies cognitivo-comportementale et comportementale par media (auto-assistées) pour les troubles anxieux chez les adultes.

La stratégie de recherche documentaire: 

Les études publiées et non publiées ont été prises en compte sans restriction de langue ou de date. Le Cochrane Depression, Anxiety and Neurosis Review Group's Specialized Register(CCDANCTR) a fait l'objet de recherches dans toutes les années jusqu' au 1er janvier 2013. Le CCDANCTR comprend des essais contrôlés randomisés pertinents issus des bases de données bibliographiques suivantes: La Bibliothèque Cochrane (toutes les années), EMBASE (de 1974 à la date indiquée), MEDLINE (de 1950 à la date indiquée) et PsycINFO (1967 à la date indiquée). Des recherches complémentaires ont été effectuées dans Ovid MEDLINE (de 1950 jusqu' au 23 février 2013) et PsycINFO (de 1987 à février, la semaine 2, 2013), ainsi que dans les registres d'essais internationaux(portail des essais de l'Organisation Mondiale de la Santé (ICTRP) and ClinicalTrials.gov).. Les listes de références bibliographiques des méta-analyses précédentes et les rapports d'essais contrôlés randomisés ont été examinés, et les auteurs ont été contactés pour obtenir des données non publiées.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés de thérapie comportementale ou cognitivo-comportementale par media chez les adultes atteints de troubles anxieux (autres que le trouble de stress post-traumatique) par rapport à l'absence d'intervention (y compris les contrôles en attention/relaxation) ou par rapport à un traitement en face à face.

Recueil et analyse des données: 

Les deux auteurs de la revue ont indépendamment passé au crible les titres et résumés. Les caractéristiques des études et les résultats ont fait l'objet d'une double extraction. Les résultats ont été combinés en utilisant des modèles à effets aléatoires, et des tests d'hétérogénéité et de biais pour études de petite taille ont été réalisés. Nous avons examiné les différences en sous-groupes par type de trouble, par type d'intervention fournie, par type de média, et par méthode de recrutement utilisée.

Résultats principaux: 

Cent et une études totalisant 8403 participants ont été inclues; 92 études ont été incluses dans la synthèse quantitative. Ces essais comparaient différents types d'interventions par media (avec différents niveaux de soutien) avec l'absence de traitement et avec des interventions en face à face. L'hétérogénéité et le risque de biais réduisent notre confiance dans les résultats globaux. Pour le critère de jugement principal relatif aux symptômes d'anxiété, des preuves de qualité modérée ont montré des effets moyens par rapport à l'absence d'intervention (différence moyenne standardisée (DMS) 0,67, intervalle de confiance (IC) à 95% 0,55 à 0,80; 72 études, 4537 participants), et des preuves de médiocre qualité de petits effets en faveur de la thérapie en face à face (DMS -0,23, IC à 95% -0,36 à -0,09; 24 études, 1360 participants). L'intervention était associée à une réponse plus grande que celle observée avec l'absence de traitement (risque relatif (RR) 2,34, IC à 95% 1,81 à 3,03; 21 études, 1547 participants) et n'était pas significativement inférieure à un traitement en face à face dans ces études (RR 0,78, IC à 95% 0,56 à 1,09; 10 études, a participants), mais cette dernière comparaison incluait des versions de traitements qui n'étaient pas aussi exhaustives que celles dispensées dans la pratique clinique courante. Des preuves suggéraient un bénéfice pour les critères de jugement secondaires (dépression, incapacités liées à la santé mentale, qualité de vie et sortie d'étude), mais ces preuves étaient de qualité faible à modérée. Les preuves concernant les effets délétères étaient absentes.

Notes de traduction: 
Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.