Surveillance des cycles stimulés dans la procréation médicalement assistée impliquant la fécondation in vitro (FIV) et l'injection intracytoplasmique de sperme (IICS)

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Pour optimiser la stimulation folliculaire et prévenir l'apparition d'une hyperstimulation ovarienne dans les cycles ovariens stimulés contrôlés, la combinaison d'une échographie à des mesures de la concentration d'estradiol sérique était généralement acceptée comme protocole de surveillance standard de référence dans les procédures de FIV et IICS. Il a été suggéré de simplifier ce protocole de suivi par l'utilisation d'échographies seules. La présente revue n'a trouvé aucune preuve selon laquelle une surveillance combinée serait plus efficace qu'une surveillance échographique seule pour les résultats des taux de naissances vivantes et de grossesses. L'interprétation échographique implique un certain degré de variabilité inter-observateur. Tant que des essais futurs ne prouveront pas le contraire, la pratique consistant en une surveillance combinée des cycles stimulés doit être maintenue.

Conclusions des auteurs: 

Il n'existe aucune preuve dans les essais randomisés permettant de recommander la surveillance échographique des cycles avec de l'estradiol sérique comme étant une méthode plus efficace que la surveillance échographique seule des cycles pour les résultats relatifs aux taux de naissances vivantes et de grossesses. Un essai contrôlé randomisé de grande taille et correctement conçu doit être réalisé et doit rapporter les taux de naissances vivantes et de grossesses, avec une évaluation économique des frais engagés et les avis des femmes dont les cycles sont surveillés. Un essai randomisé avec une taille d'échantillon suffisamment grande pour tester les effets des différents protocoles de surveillance sur le SHO, une condition rare, représente un grand défi. Tant qu'un tel essai ne sera pas considéré comme faisable, la surveillance des cycles par échographie transvaginale avec de l'estradiol sérique devra être maintenue comme élément de bonne pratique préventive.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La surveillance standard de l'hyperstimulation ovarienne pendant le traitement par fécondation in vitro (FIV) inclut une ultrasonographie avec une concentration d'estradiol sérique afin de garantir la sûreté de cette pratique en réduisant l'incidence et la gravité du syndrome de l'hyperstimulation ovarienne (SHO). La nécessité d'une surveillance intensive lors de la stimulation ovarienne dans une FIV est contestée. Il a été suggéré qu'une surveillance étroite se révèle fastidieuse, onéreuse et peu pratique pour la patiente et que la simplification du traitement par FIV à l'aide d'une échographie seule doit être envisagée. La présente revue systématique a comparé les effets de la surveillance ovarienne par échographie seule à une échographie associée à une mesure de l'estradiol sérique dans les critères de jugement de la FIV et la survenue du SHO chez les femmes faisant l'objet de cycles stimulés dans le traitement par FIV et par injection intracytoplasmique de sperme (IICS).

Objectifs: 

Quantifier les effets de la surveillance de la stimulation ovarienne contrôlée dans les cycles de FIV et d'IICS avec une échographie associée à une concentration d'estradiol sérique par rapport à une échographie seule en termes de taux de naissances vivantes et de grossesses, mais aussi d'incidence du SHO.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre spécialisé des essais contrôlés du groupe Cochrane sur les troubles menstruels et de la fertilité, le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) dans le dernier numéro de The Cochrane Library, MEDLINE (de 1966 à mai 2007), EMBASE (de 1980 à mai 2007), CINAHL (de 1982 à mai 2007), le National Research Register et les bases de données des essais en ligne comme Current Controlled Trials. Il n'y avait aucune restriction concernant la langue. Toutes les bibliographies des essais identifiés et tous les articles de référence ont également été consultés. Les auteurs ont été contactés afin d'identifier des données pertinentes publiées et non publiées.

Critères de sélection: 

Seuls les essais contrôlés randomisés comparant la surveillance échographique avec une concentration d'estradiol sérique à une échographie seule chez des femmes faisant l'objet d'une hyperstimulation ovarienne dans un traitement par FIV et IICS étaient inclus.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment examiné les essais pertinents dans les résultats des recherches électroniques, extrait des données et évalué la qualité méthodologique des essais. Des discussions avec deux autres auteurs ont permis de résoudre tout désaccord. Les données de résultats ont été regroupées, le cas échéant, et des statistiques récapitulatives présentées lorsque des données limitées empêchaient toute méta-analyse.

Résultats principaux: 

Notre stratégie de recherche a identifié 1 119 rapports potentiellement éligibles, dont deux répondaient à nos critères d'inclusion. Ces derniers impliquaient 411 femmes dont la stimulation ovarienne contrôlée était surveillée. Notre critère de jugement principal concernant le taux de naissances vivantes n'était rapporté dans aucune étude. Un essai rapportait le taux de grossesses cliniques par femme (33 % contre 31 % ; RR 1,07, IC à 95 % 0,77 à 1,49), le deuxième essai rapportait le taux de grossesses cliniques par prélèvement d'ovocytes (22 % contre 25 %). Il n'y avait aucune différence significative entre le groupe de l'échographie avec estradiol et le groupe de l'échographie seule concernant le nombre moyen d'ovocytes prélevés (DMP - 0,55, IC à 95 % - 1,79 à 0,69) et l'incidence de l'hyperstimulation ovarienne (RR 0,73, IC à 95 % 0,30 à 1,78) dans les deux études.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.