Suivi des cycles stimulés dans le cadre d'un traitement de fertilité impliquant une fécondation in vitro (FIV) et une injection intra-cytoplasmique de spermatozoïdes (IICS)

Problématique de la revue : l'échographie seule peut-elle être utilisée en toute sécurité sans ajouter de mesures de l'œstradiol dans le sang pour surveiller les femmes soumises à une hyperstimulation ovarienne contrôlée pendant la FIV et l'IICS ? Nous avons examiné les données probantes sur la surveillance des femmes bénéficiant d’une hyperstimulation ovarienne contrôlée dans le cadre d'une FIV ou d'une IICS par échographie transvaginale (ETV) seule par rapport à la surveillance traditionnelle combinée (ETV) et taux d'hormones sanguines (estradiol).

Contexte : Les techniques de procréation assistée telles que la FIV et l'IICS impliquent un processus appelé stimulation ovarienne contrôlée. Les ovaires sont stimulés artificiellement pour produire des follicules, puis l'ovulation (libération d'un ovule ou d'un œuf mature) est provoquée afin que les œufs puissent être récupérés pour être utilisés dans une FIV ou une IICS pour produire des embryons en laboratoire. Traditionnellement, les femmes bénéficiant d’une hyperstimulation ovarienne contrôlée avant l'induction de l'ovulation sont surveillées par ETV et par la mesure du taux d'estradiol dans le sang. L'objectif de la surveillance est de détecter le moment optimal pour induire l'ovulation (par l'administration de gonadotrophine chorionique humaine ou d'hormone lutéinisante) et de déterminer une réponse adéquate à l'hyperstimulation ovarienne pour permettre la récupération des ovules, mais aussi, et c'est important, d'identifier les femmes à risque de souffrir du syndrome d'hyperstimulation ovarienne (SHO), une maladie rare potentiellement grave. Il a été suggéré qu'un protocole simplifié de surveillance par ETV seule pourrait réduire l'anxiété inutile et les coûts opérationnels pendant la FIV et l'IICS.

Caractéristiques des études : nous avons inclus six essais contrôlés randomisés menés au Royaume-Uni, en France, en Espagne, en Israël et aux États-Unis, incluant 781 femmes. Ils ont comparé la surveillance par ETV seule par rapport à l’ETV plus concentration sérique d'œstradiol chez les femmes bénéficiant d’une hyperstimulation ovarienne pour un traitement de FIV et d'IICS. Les données probantes sont à jour jusqu'en mars 2020.

Principaux résultats : aucune des six études n'a rapporté notre critère de jugement principal, le taux de naissances vivantes. Seules quatre des six études ont rapporté le taux de grossesse par femme ; nous ne sommes pas certains de l'effet de la surveillance par ETV seule par rapport à l’ETV combinée avec la mesure de l'estradiol sur le taux de grossesse clinique par femme. Nos résultats suggèrent que chez les femmes ayant 36 % de chances de grossesse clinique en utilisant la surveillance par ETV combinée avec l’œstradiol sérique, le taux de grossesse clinique sous surveillance par ETV seule serait entre 31 % et 46 %.

Nous ne sommes pas certains d'un quelconque effet sur le nombre moyen d'ovocytes prélevés par femme.

Nous ne savons pas si la surveillance par ETV seule ou par ETV plus mesure de l'œstradiol affecte l'incidence du SHO. Les données probantes suggèrent que chez les femmes ayant un risque de SHO de 4 % sous surveillance par ETV combinée avec l’œstradiol sérique, le taux de SHO sous surveillance par ETV seule serait entre 2 % et 8 %. Le taux d'annulation de cycle était similaire dans les deux bras de deux études rapportant ce critère de jugement.

Qualité des données probantes : les données probantes étaient de faible qualité. Les limites comprenaient l'imprécision et le biais potentiel dus à une description pas claire des méthodes de randomisation, de l'assignation secrète et de la mise en aveugle, ainsi que des différences dans les protocoles de traitement. L'évaluation de la qualité a été entravée par un manque de descriptions méthodologiques dans plusieurs études. Deux études ont rapporté un financement par des sociétés pharmaceutiques, tandis que les quatre autres études n'ont pas indiqué leurs sources de financement.

Conclusions des auteurs: 

Cette mise à jour de la revue n'a trouvé aucun nouvel essai randomisé. Les données probantes issues des six études identifiées précédemment ne suggèrent pas que la surveillance combinée par échographie transvaginale et œstradiol sérique soit plus efficace que la surveillance par échographie transvaginale seule en ce qui concerne les taux de grossesse clinique et l'incidence du syndrome d'hyperstimulation ovarienne. Le nombre d'ovocytes prélevés semble similaire pour les deux protocoles de surveillance. Les données suggèrent que ces deux méthodes de surveillance sont sûres et fiables. Cependant, ces résultats doivent être interprétés avec prudence car la qualité globale des données probantes était faible. Les résultats ont été compromis par l'imprécision et la mauvaise présentation de la méthodologie des études. Le choix de l'une ou l'autre méthode pourrait dépendre de la commodité de son utilisation et des coûts associés. Une évaluation économique des coûts liés aux deux méthodes et de l'avis des femmes soumises à la surveillance du cycle serait la bienvenue.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le suivi de la fécondation in vitro (FIV) et de l'injection intra-cytoplasmique de spermatozoïdes (IICS) est nécessaire pour détecter et réduire l'incidence et la gravité du syndrome d'hyperstimulation ovarienne (SHO) tout en obtenant la réponse ovarienne optimale nécessaire au traitement de procréation assistée. La surveillance traditionnelle de l'hyperstimulation ovarienne au cours de la fécondation in vitro (FIV) et de l'IICS comprend l'échographie transvaginale (ETV) et les taux sériques d'œstradiol. La nécessité d'une surveillance combinée (à l'aide de l'ETV et de l'œstradiol sérique) pendant la stimulation ovarienne dans la reproduction assistée est controversée. Il a été suggéré que la surveillance combinée prend du temps, est coûteuse et peu pratique pour les femmes et que la simplification du traitement de FIV et d'IICS en utilisant uniquement l'ETV devrait être envisagée.

Objectifs: 

Évaluer l'effet de la surveillance de l'hyperstimulation ovarienne contrôlée (HOC) dans les cycles de FIV et d'IICS chez les couples hypofertiles avec l'ETV seule ou l'ETV combinées avec la concentration sérique d'estradiol, en ce qui concerne les taux de naissance vivante, de grossesse et de SHO.

Stratégie de recherche documentaire: 

Dans le cadre de cette mise à jour effectuée en mars 2020, deux auteurs de la revue ont effectué des recherches dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur la gynécologie et la fertilité, CENTRAL, MEDLINE, Embase, CINAHL, PsycINFO, le National Research Register et les registres d'essais en ligne. Aucune restriction de langue n'a été appliquée. Toutes les références bibliographiques des essais et des documents de référence identifiés ont été vérifiées et les auteurs ont été contactés pour identifier les données pertinentes publiées et non publiées.

Critères de sélection: 

Seuls les essais contrôlés randomisés comparant la surveillance par ETV seule à celle par ETV combinée aves des concentrations sériques d'œstradiol chez les femmes bénéficiant d’une HOC pour un traitement de FIV et d'IICS ont été inclus.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs (IK, AW) ont indépendamment sélectionné les études, extrait les données et évalué le risque de biais. Nous avons résolu les désaccords par la discussion. Les données sur les critères de jugement ont été regroupées et des statistiques sommaires ont été présentées lorsque cela était approprié. La qualité des données probantes a été évaluée en utilisant les méthodes GRADE.

Résultats principaux: 

Nous n'avons pas identifié de nouvelles études éligibles dans cette mise à jour en 2020. Les données probantes basées sur les six essais identifiés en 2014 sont restées inchangées. Ils incluaient 781 femmes soumises à une surveillance de l'HOC par ETV seule ou par une combinaison de l’ETV avec des concentrations sériques d'œstradiol pendant un traitement de FIV ou d'IICS.

Aucune des six études n'a rapporté notre critère de jugement principal, le taux de naissances vivantes. Deux études ont présenté le taux de grossesse par cycle initié et par transfert d'embryon, respectivement. Quatre études ont rapporté le taux de grossesse par femme avec des données regroupées ; nous ne sommes pas certains de l'effet de la surveillance par ETV seule par rapport à la surveillance combinée sur le taux de grossesse clinique par femme (rapport des cotes (RC) 1,10 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,79 à 1,54 ; quatre études ; N = 617 ; I² = 5 % ; données probantes de faible qualité). Ceci suggère que chez les femmes ayant 36 % de chances de grossesse clinique en utilisant la surveillance par ETV combinée avec l’œstradiol sérique, le taux de grossesse clinique en utilisant l’ETV seule serait entre 31 % et 46 %.

Nous ne sommes pas certains de l'existence d'un effet sur le nombre moyen d'ovocytes prélevés par femme (différence moyenne (DM) 0,32 ; IC à 95 % -0,60 à 1,24 ; cinq études ; N = 596 ; I² = 17 % ; données probantes de faible qualité).

Nous ne sommes pas certains que la surveillance par ETV seule par rapport à la surveillance combinée affecte l'incidence du SHO (RC 1,03 ; IC à 95 % 0,48 à 2,20 ; six études ; N = 781 ; I² = 0 % ; données probantes de faible qualité), ce qui suggère que chez les femmes ayant un risque de SHO de 4 % en utilisant la surveillance par ETV combinée avec l’œstradiol sérique, le taux de SHO sous surveillance par ETV seule serait compris entre 2 % et 8 %.

Le taux d'annulation de cycle était similaire dans les deux bras de deux études (0/34 versus 1/31, 1/25 versus 1/25 ; RC 0,57 ; IC à 95 % 0,07 à 4,39 ; N = 115 ; I² = 0 % ; données probantes de faible qualité).

Les données probantes étaient de faible qualité pour toutes les comparaisons. Les limites comprenaient l'imprécision et le biais potentiel dus à des méthodes de randomisation pas claires, à l’assignation secrète et à la mise en aveugle, ainsi qu'à des différences dans les protocoles de traitement. L'évaluation de la qualité a été entravée par l'absence de descriptions méthodologiques dans plusieurs études.

Notes de traduction: 

Post-édition effectuée par Carole Lescure et Cochrane France. Une erreur de traduction ou dans le texte d'origine ? Merci d'adresser vos commentaires à : traduction@cochrane.fr

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.