Oxygénothérapie à pression normale et oxygénothérapie hyperbare pour la migraine et les céphalées en grappe

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

La migraine et les céphalées en grappe sont graves et incapacitantes. L'oxygénothérapie hyperbare (OH) et l'oxygénothérapie normobare (ON) sont toutes deux envisagées comme des traitements efficaces pour mettre un terme aux crises aiguës et prévenir les futures crises. L'OH consiste à faire inhaler au patient de l'oxygène pure dans une chambre prévue à cet effet. Dans notre revue, nous avons trouvé quelques preuves faibles suggérant que l'OH aide les personnes souffrant de migraines aiguës et peut-être de céphalées en grappe et que l'ON pourrait aider les personnes souffrant de céphalées en grappe. Nous n'avons trouvé aucune preuve du fait que ces traitement pourraient prévenir des crises futures. Attendu que de nombreuses migraines peuvent être traitées simplement par un traitement médicamenteux approprié, des recherches complémentaires sont nécessaires pour déterminer quels sont les patients les plus appropriés (le cas échéant) pour recevoir une OH.

Conclusions des auteurs: 

Certaines preuves ont démontré que l'OH est efficace pour mettre un terme à une migraine aiguë dans une population non sélectionnée, et des preuves faibles ont démontré que l'ON est également efficace pour la céphalée en grappe. Attendu du coût et la faible disponibilité de l'OH, des recherches supplémentaires devraient être menées auprès de patients ne répondant pas au traitement standard. L'ON est économique, sûre et facile à appliquée. Elle continuera donc probablement à être utilisée malgré les preuves limitées de cette revue.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La migraine et les céphalées en grappe sont graves et incapacitantes. La migraine touche jusqu'à 18 % des femmes, alors que les céphalées en grappe sont bien moins courantes (0,2 % de la population). De nombreux traitements aigus et prophylactiques sont disponibles. L'oxygénothérapie hyperbare (OH) consiste à administrer de manière thérapeutique de l'oxygène pur à une pression environnementale supérieure à l'atmosphère ; l'oxygénothérapie normobare (ON) consiste à administrer de l'oxygène à la pression de l'atmosphère.

Objectifs: 

Évaluer la sécurité et l'efficacité de l'OH et de l'ON pour traiter et prévenir la migraine et les céphalées en grappe.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté les bases de données suivantes en mai 2008 : CENTRAL, MEDLINE, EMBASE, CINAHL, DORCTIHM, ainsi que les références bibliographiques des articles pertinents. Nous avons réalisé une recherche manuelle dans des journaux pertinents et pris contact avec des investigateurs.

Critères de sélection: 

Essais randomisés comparant l'OH ou l'ON entre elles, avec d'autres traitements actifs, avec un placebo (intervention fictive) ou à l'absence de traitement chez des patients souffrant de migraine ou de céphalée en grappe.

Recueil et analyse des données: 

Trois réviseurs ont évalué la qualité des études et extrait les données indépendamment.

Résultats principaux: 

Neuf essais de petite taille portant sur 201 participants ont été inclus. Cinq essais comparaient l'OH versus un traitement fictif pour la migraine aiguë ; deux essais comparaient l'OH versus un traitement fictif pour la céphalée en grappe ; et deux essais évaluaient l'ON pour la céphalée en grappe.

La combinaison des données de trois essais a suggéré que l'OH était efficace pour soulager les migraines par rapport à un traitement fictif (risque relatif (RR) 5,97, intervalle de confiance (IC) de 95 % entre 1,46 et 24,38, P = 0,01). Il n'a pas été démontré que l'OH pouvait prévenir les épisodes migraineux, réduire l'incidence des nausées et des vomissements ou réduire le recours à un médicament de secours. Une tendance à un résultat plus favorable a été observée dans un essai unique évaluant l'OH pour mettre fin à une céphalée en grappe (RR 11,38, IC à 95 % entre 0,77 et 167,85, P = 0,08), mais la puissance de cet essai était faible.

L'ON était efficace pour mettre fin à une céphalée en grappe par rapport à une intervention fictive dans une étude unique de petite taille (RR 7,88, IC à 95 % entre 1,13 et 54,66, P = 0,04), mais pas supérieure à l'administration d'ergotamine dans un autre essai de petite taille (RR 1,17, IC à 95 % entre 0,94 et 1,46, P = 0,16). Soixante-dix-sept pour cent des patients ont répondu à l'ON dans ces deux essais.

Aucun effet indésirable grave pour l'OH et l'ON n'a été rapporté.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.