Oxyde nitrique analgésique psychotrope pour les états de sevrage alcoolique

L'alcoolisme est un problème mondial et les maladies liées à l'alcool touchent environ 5 à 10 % de la population mondiale. L'une des conséquences les plus graves de l'alcoolo-dépendance est le syndrome de sevrage. La présente revue a évalué les effets de l'oxyde nitrique analgésique psychotrope (ONAP) pour le traitement du sevrage alcoolique. Tous les essais ont été réalisés en milieu hospitalier, bien que l'ONAP soit aussi administré en milieu ambulatoire. La revue a mis en lumière le fait que l'ONAP est aussi efficace que les sédatifs pour la prise en charge des états de sevrage alcoolique légers à modérés. Toutefois, elle ne fournit pas de preuves probantes concernant les effets bénéfiques ou les dangers liés à l'administration d'ONAP par rapport aux sédatifs pour la prise en charge du sevrage alcoolique aigu. D'autres essais de bonne qualité sont nécessaires avant que ces résultats puissent être confirmés.

Conclusions des auteurs: 

Les résultats indiquent que l'ONAP peut être un traitement efficace de l'état de sevrage alcoolique léger à modéré. La rapidité de l'effet thérapeutique du traitement par ONAP, associée aux exigences sédatives minimales, peut permettre aux patients d'entamer plus rapidement la phase de traitement psychologique par rapport à ceux suivant des schémas posologiques sédatifs, ce qui accélère la guérison des patients. Notre revue ne fournit pas de preuves probantes en raison de la taille d'échantillon réduite des essais inclus. Notre revue ne mentionne pas non plus les sources de préoccupations selon lesquelles l'ONAP serait plus dangereux que les benzodiazépines. Les cliniciens souhaitant administrer de l'ONAP peuvent initialement le faire dans le cadre d'un essai.
D'autres essais de bonne qualité sont nécessaires pour confirmer ces résultats et examiner si un traitement par ONAP présente moins d'effets indésirables que d'autres traitements pour les états de sevrage alcoolique. Des études sont également nécessaires pour examiner un éventuel rapport coût-efficacité de l'ONAP en réduisant le nombre d'hospitalisations onéreuses et en diminuant la supervision après son administration.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'alcoolisme est un problème mondial et les maladies liées à l'alcool touchent environ 5 à 10 % de la population mondiale. L'une des conséquences les plus graves liées à l'alcoolo-dépendance est le syndrome de sevrage, contre lequel les benzodiazépines sont le traitement le plus utilisé à l'heure actuelle. Une méthode alternative aux benzodiazépines utilise l'oxyde nitrique analgésique psychotrope (ONAP).

Objectifs: 

Évaluer les effets de l'ONAP pour le traitement des états du sevrage alcoolique.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (The Cochrane Library, numéro 2, 2005), MEDLINE, EMBASE, CINAHL (tous jusqu'à mai 2005). Nous avons consulté les sites Internet, les listes bibliographiques des articles pertinents, ainsi que les résumés de conférences internationales sur l'alcoolisme. Nous avons contacté des chercheurs dans le domaine et dans le secteur industriel afin d'identifier des essais non publiés. Aucune restriction de langue ou de publication n'a été appliquée.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés incluant des participants alcoolo-dépendants volontaires. L'ONAP était comparé à l'oxygène et/ou à des schémas posologiques de benzodiazépines.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont indépendamment évalué la qualité méthodologique des essais et extrait des données.

Résultats principaux: 

Cinq études, 212 participants, ont été inclus. L'ONAP montrait une amélioration des symptômes (RR 1,35 ; IC à 95 % 1,01 à 1,79), de la posologie et de la durée du médicament sédatif, ainsi que de la fonction psychomotrice (DMP - 8,71 ; IC à 95 % - 13,71 à - 3,71). Une heure après l'intervention, aucune différence significative n'a été trouvée pour les cas de dépression (DMP - 2,40 ; IC à 95 % - 8,70 à 3,89) et d'anxiété (DMP - 3,70 ; IC à 95 % - 10,53 à 3,12). Aucune des études incluses n'a signalé d'effets indésirables significatifs liés à l'un des traitements.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.