Stratégies psychologiques pour réduire la douleur et la détresse des enfants et des adolescents qui reçoivent une injection

Bilan

Les stratégies psychologiques aident à réduire la douleur, la détresse et la peur des aiguilles chez les enfants. La distraction et l'hypnose sont utiles, bien que la respiration spécifique (comme le gonflage d'un ballon) et la combinaison de plusieurs stratégies psychologiques puissent également aider.

Contexte

Les stratégies psychologiques affectent la façon dont les enfants pensent ou ce qu'ils font avant, pendant ou après l'injection. Elles peuvent être utilisées par les enfants ou avec le soutien des parents ou du personnel médical, comme les infirmières, les psychologues ou les spécialistes de la vie infantile. L'information s'applique aux enfants âgés de deux à 19 ans qui sont en bonne santé ou malades et qui subissent toutes sortes d'interventions à l'hôpital, dans une clinique ou à l'école.

Résultats principaux

Pour cette mise à jour, en septembre 2017, nous avons cherché des essais cliniques portant sur des stratégies psychologiques pour réduire la douleur et la détresse des enfants et des adolescents face à une aiguille. Nous avons trouvé 59 essais portant sur 5550 enfants et adolescents. Vingt de ces essais étaient nouveaux pour cette mise à jour. Nous avons trouvé six stratégies psychologiques, dont quatre aident à réduire la douleur et la détresse des enfants pendant la piqûre. Il s'agit notamment de la distraction, de l'hypnose, de la respiration et de la combinaison de plusieurs stratégies (" combinées cognitives et comportementales "). Les moyens de distraire les enfants et les adolescents pendant qu'ils se piquent comprennent la lecture, le visionnement d'un film, l'écoute de musique, les jeux vidéo ou la réalité virtuelle. L'hypnose implique une relaxation profonde et l'imaginaire et est généralement enseignée à un enfant par un professionnel qualifié. Parmi les exemples de stratégies qui peuvent être combinées, mentionnons la distraction, la respiration, la relaxation, les pensées positives, le fait que l'enfant apprenne ou pratique les étapes de l'intervention à l'aide d'une aiguille et l'encadrement des parents sur les moyens de soutenir leur enfant. D'autres stratégies psychologiques ont été testées mais ne semblent pas utiles en soi. Par exemple, les enfants n'éprouvent pas moins de douleur ou de détresse lorsqu'on leur dit seulement ce qui va se passer avant ou pendant l'injection (" fournir des informations ou une préparation ou les deux ") ou lorsqu'on leur suggère simplement que quelque chose est fait pour les aider. Une autre stratégie consiste à aider les enfants à se souvenir plus positivement de leurs aiguilles antérieures. Il n'y a pas encore assez d'informations pour savoir si cela est utile.

Qualité des preuves

Nous avons évalué la qualité des données probantes des études selon quatre catégories: très faible, faible, modéré ou élevé. La qualité des données issues de cet examen est de très faible à faible, car les résultats peuvent être biaisés si l'on inclut seulement un petit nombre d'enfants ou si les enfants savent quelle intervention psychologique ils ont reçue. Cela signifie que nous sommes incertains des résultats.

Conclusions des auteurs: 

Nous avons identifié des preuves à l'appui de l'efficacité des interventions de distraction, d'hypnose, de TCC combinée et de respiration pour réduire la douleur ou la détresse causée par l'aiguille chez les enfants, ou les deux. L'efficacité des interventions combinées de TCC et de respiration artificielle a été étayée par de nouvelles données depuis la dernière mise à jour de notre revue, en raison de la disponibilité de nouvelles preuves. La qualité des essais et de l'ensemble des données probantes demeure faible à très faible, ce qui souligne la nécessité d'améliorer la rigueur méthodologique et les rapports sur les essais. Malgré des données probantes de faible qualité, les avantages potentiels d'une réduction de la douleur ou de la détresse, ou les deux, appuient les données probantes en faveur de l'utilisation de ces interventions dans la pratique clinique.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Il s'agit de la deuxième mise à jour de cette étude Cochrane (numéro 4, 2006). La douleur et la détresse causées par les interventions liées à l'utilisation d'une aiguille sont courantes durant l'enfance et peuvent être réduites par des interventions psychologiques (stratégies cognitives ou comportementales, ou les deux). Notre première mise à jour (numéro 10, 2013) a montré l'efficacité de la distraction et de l'hypnose pour la douleur et la détresse liées à l'aiguille chez les enfants et les adolescents.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité des interventions psychologiques contre la douleur et la détresse liées aux aiguilles chez les enfants et les adolescents.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté six bases de données électroniques à la recherche d’éssais pertinents : Cochrane Central Register of Controlled Trials (CENTRAL) ; MEDLINE ; PsycINFO ; Embase ; Web of Science (ISI Web of Knowledge) ; et Cumulative Index to Nursing and Allied Health Literature (CINAHL). Nous avons envoyé des demandes d'études supplémentaires à des listes de diffusion électroniques sur la douleur pédiatrique et la santé des enfants. Nous avons également effectué des recherches dans les registres pour trouver les essais cliniques pertinents : clinicaltrials.gov ; et World Health Organization International Clinical Trials Registry Platform (www.who.int.trialsearch). Nous avons effectué des recherches jusqu'en septembre 2017 pour trouver les documents publiés depuis la dernière mise à jour de la revue en 2013.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés (ECR) avec au moins cinq participants par groupe d'étude, comparant une intervention psychologique avec un groupe témoin ou de comparaison. Les essais ont porté sur des enfants âgés de 2 à 19 ans qui avaient subi une intervention médicale liée à l'utilisation d'une aiguille.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont extrait des données et évalué les risques de biais à l'aide de l'outil Cochrane " Risk of bias ". Nous avons examiné la douleur et la détresse auto-évaluées par l'enfant, rapportée par un observateur dans leur globalité et/ou mesurées à l’aide d’indicateurs de comportement (résultats primaires). Nous avons également examiné tous les résultats physiologiques et les événements indésirables signalés (résultats secondaires). Nous avons utilisé la méta-analyse pour évaluer l'efficacité des interventions psychologiques identifiées par rapport à un comparateur (c.-à-d. aucun traitement, autre traitement actif, traitement habituel ou liste d'attente) pour chaque résultat séparément. Nous avons utilisé le logiciel Review Manager 5 pour calculer les différences moyennes normalisées (SMD) avec des intervalles de confiance (IC) à 95 % et GRADE pour évaluer la qualité des données probantes.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 59 essais (20 nouveaux pour cette mise à jour) avec 5550 participants. Les procédures impliquant des aiguilles comprenaient principalement la ponction veineuse, l'insertion intraveineuse et les injections de vaccins. Les études portaient sur des enfants âgés de 2 à 19 ans, et peu d'essais étaient axés sur les adolescents. Les interventions psychologiques les plus courantes étaient la distraction (n = 32), la thérapie cognitivo-comportementale combinée (TCC ; n = 18) et l'hypnose (n = 8). La préparation/information (n = 4), la respiration (n = 4), la suggestion (n = 3) et l'altération de la mémoire (n = 1) étaient également incluses. Les groupes témoins étaient souvent des " soins standard ", qui variaient d'une étude à l'autre. Dans toutes les études, le risque de biais pour plusieurs domaines étaient à risque élevé ou incertain, notamment la dissimulation de l'attribution, la mise en aveugle des participants et l'évaluation des résultats, ainsi que la présentation sélectives. Nous avons dégradé la qualité des données probantes en grande partie en raison d’importantes limitations des études, de l'incohérence et de l'imprécision.

Des données de très faible à faible qualité corroborent l'efficacité de la distraction pour la douleur autodéclarée (n = 30, 2 802 participants ; SMD -0,56, IC à 95 % -0,78 à -0,33) et la détresse (n = 4, 4 426 participants ; SMD -0,82, IC à 95 % -1,45 à -0,18), la douleur déclarée par les observateurs (n = 11, 1512 participants ; SMD -0,62, IC à 95 %-1,00 à -0,23) et la détresse (n = 5, 1067 participants ; SMD -0,72, IC à 95 % −1.41 à −0.03), et de détresse comportementale (n = 7, 500 participants ; SMD -0,44, IC à 95 % -0,84 à -0,04). La distraction n'était pas efficace pour la douleur comportementale (n = 4, 309 participants ; DMS -0,33, IC à 95 % -0,69 à 0,03). Les données probantes de très faible qualité indiquent que l'hypnose est efficace pour réduire la douleur autodéclarée (n = 5, 176 participants ; SMD -1,40, IC à 95 % -2,32 à -0,48) et la détresse (n = 5, 176 participants ; SMD -2,53, IC à 95 % -3,93 à -1,12), et les troubles du comportement (n = 6, 193 participants ; SMD -1,15, IC à 95 % -1,76 à -0,53) mais pas la douleur comportementale (n = 2, 69 participants ; SMD -0,38, IC à 95 % -1,57 à 0,81). Aucune étude n'a évalué l'hypnose pour la douleur signalée par l'observateur et une seule étude a évalué la détresse signalée par l'observateur. Des données de très faible à faible qualité ont confirmé l'efficacité de la TCC combinée pour la douleur déclarée par les observateurs (n = 4, 385 participants ; SMD -0,52, IC à 95 % -0,73 à -0,30) et la détresse comportementale (n = 11, 1105 participants ; SMD -0,40, IC à 95 % -0,67 à -0,14), mais non la douleur déclarée (n = 14, 1359 participants ; SMD -0,27, IC à 95 % -0,58 à 0,03), la détresse déclarée (n = 6, 234 participants ; SMD -0,26, IC à 95 % -0,56 à 0,04), la détresse signalée par un observateur (n = 6 765 participants ; DSM 0,08, IC à 95 % -0,34 à 0,50) ou la douleur comportementale (n = 2, 95 participants ; DSM -0,65, IC à 95 % -2,36 à 1,06). Des données de très faible qualité ont démontré l'efficacité des interventions respiratoires pour les douleurs autodéclarées par les enfants (n = 4, 298 participants ; DSM -1,04 ; IC à 95 % : -1,86 à -0,22), mais il y avait trop peu d'études pour la méta-analyse concernant d’autres critères de jugement. Des données probantes de très faible qualité n'ont révélé aucun effet sur la préparation ou l'information (n = 4, 313 participants) ni sur la suggestion (n = 3, 218 participants) d'un résultat de douleur ou de détresse. Avec un essai seulement, nous n'avons pu tirer aucune conclusion sur l'altération de la mémoire. Des instances de difficultés respiratoires n'ont été signalés qu'au cours d'une seule intervention respiratoire.

Notes de traduction: 

Traduction révisée par Aïda Bafeta pour Cochrane France

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.