Dispositifs de libération prolongée de fluor pour la lutte contre la carie dentaire

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Question de la revue

Nous avons mené cette étude pour évaluer les effets de différents types de dispositifs de libération prolongée de fluor sur la prévention, l'arrêt ou l'inversion de la progression de la carie dentaire sur tous les types de surfaces des dents de lait et des dents définitives.

Contexte

La carie dentaire est pas uniformément répartie parmi la population : certains groupes risquent davantage de développer des caries que d'autres. Par exemple, des recherches menées en Écosse ont montré que 50 % des caries dentaires concernaient 11 % des enfants de cinq ans mais seulement 6 % des enfants de 14 ans. À la lumière de cette répartition inégale, il est souvent suggéré que l'on pourrait offrir à ces petits pourcentages d'enfants des mesures ciblées de prévention des caries, qui pourraient avoir un grand effet potentiel moyennant un coût réduit. L'une de ces mesure de prévention consiste à utiliser des dispositifs de libération prolongée de fluor (par exemple des billes de verre à dissolution lente libérant du fluorure).

Caractéristiques des études

Cette revue des études existantes a été menée par des auteurs du groupe Cochrane sur la santé bucco-dentaire ; les preuves sont à jour à la date du 8 août 2013. Nous avons effectué des recherches dans les bases de données scientifiques pour trouver des essais cliniques menés chez des enfants ou des adultes traités avec des dispositifs de libération prolongée de fluor en comparaison avec un autre type de traitement avec du fluor (par exemple des dentifrices, bains de bouche, gels ou vernis), un placebo (traitement factice) ou aucun traitement (soins habituels). Les traitements devaient être utilisés et surveillés pendant au moins un an.

Principaux résultats

Nous avons trouvé une étude qui avait randomisé 174 enfants recevant soit des billes de verre dissolution lente libérant du fluorure, soit ou des perles de placebo. L'essai avait été mené dans une école du centre-ville, dans une zone où l'eau du robinet était peu fluorée. Seuls 48 % des enfants ont gardé les billes et ont pu être inclus dans l'analyse.

Les preuves ne sont pas suffisantes pour déterminer si les dispositifs de libération prolongée de fluor (comme des billes de verre) aident à réduire la carie dentaire. La rétention des billes pose problème.

Qualité des preuves

Les preuves relatives aux incréments de carie, aux effets secondaires et à la rétention a été considérées comme de très faible qualité.

Conclusions des auteurs: 

Il n'y a pas suffisamment de preuves pour déterminer l'effet inhibiteur des caries des billes de verre libérant progressivement du fluor. Les preuves disponibles sont de très mauvaise qualité et le bénéfice pour l'enfant moyen est potentiellement surestimé. Il n'est pas certain que les résultats soient transposables à la population en général ; l'étude portait sur les enfants d'un quartier défavorisé où l'eau potable était peu fluoré, enfants qui étaient considérés comme à risque élevé de caries. En outre, les preuves ont été obtenues seulement sur les enfants chez lesquels les billes de verre étaient encore en place au bout de deux ans (48 % de tous les enfants disponibles) ; les enfants qui avaient perdu rapidement leurs dispositifs de libération prolongée de fluor n'ont peut-être pas tiré le même bénéfice de ceux-ci.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les dispositifs de libération prolongée de fluor (fluorure) ont été envisagés comme méthode potentiellement économique de réduire les caries dentaires chez les sujets à haut risque.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et l'innocuité de différents types de dispositifs de libération prolongée de fluor sur la prévention, l'arrêt ou l'inversion de la progression des lésions carieuses sur tous types de surfaces des dents primaires (dents de lait) et définitives.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans les bases de données électroniques suivantes : registre des essais du groupe Cochrane sur la santé bucco-dentaire (jusqu'au 13 août 2013), registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (2014, numéro 7), MEDLINE via OVID (de 1946 au 13 août 2014) et EMBASE via OVID (de 1980 au 13 août 2014). Nous avons cherché des essais dans le registre des essais des US National Institutes of Health (NIH) et le système d'enregistrement international des essais cliniques (ICTRP) de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Nous n'avons imposé aucune restriction de langue ou de date de publication pour notre recherche dans les bases de données électroniques.

Cette revue a été publiée une première fois en 2006. Pour la mise à jour de 2013, nous avons trouvé 302 résumés mais aucun d'entre eux ne répondait aux critères d’inclusion de la revue.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés (ECR) en parallèle comparant des dispositifs de libération prolongée de fluor (fluorure) avec un autre traitement par un fluorure, un placebo, ou aucune intervention, dans tous les groupes d'âge. Les principaux critères d'évaluation recherchés étaient les changements du nombre de dents ou surfaces cariées, manquantes et obturées (DCMO/SCMO pour les dents définitives ou dcmo/scmo pour les dents primaires) ainsi que la progression des lésions carieuses à travers l'émail et jusqu'à la dentine.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons effectué la collecte et l'analyse des données en utilisant les méthodes standard pour les revues Cochrane. Au moins deux auteurs de la revue ont effectué indépendamment toutes les étapes essentielles de la revue : tri des résumés, application des critères d'inclusion, extraction des données, évaluation du risque de biais. Nous avons résolu les divergences par la discussion ou par l'arbitrage d'un troisième ou d'un quatrième auteur.

Résultats principaux: 

Nous n'avons trouvé aucun élément de preuve comparant les dispositifs de libération prolongée de fluor à d'autres types de traitement au fluor.

Nous avons trouvé un seul ECR en double insu portant sur 174 enfants et comparant un dispositif de libération prolongée de fluorure (perles de verre contenant du fluorure, fixées aux faces vestibulaires des premières molaires définitives sur le maxillaire droit) avec un contrôle (perles de verre sans fluorure, fixées aux faces vestibulaires des premières molaires définitives du maxillaire droit). Le risque de biais de cette étude a été jugé élevé. L'étude a recruté des enfants de sept écoles dans une zone défavorisée où l'eau était peu fluorée. L'âge moyen était de 8,8 ans au début de l'étude et 10,9 ans à la fin. Le score DCMO des dents définitives ou dcmo des dents primaires était supérieur à un au début de l'étude et supérieur à un million d'unités formant colonies de Streptococcus mutans par millilitre de salive.

Bien que 132 enfants aient encore été inclus dans l'essai à l'achèvement de celui-ci au bout de deux ans, l'examen et l'analyse statistique ont été réalisés uniquement sur les 63 enfants (31 dans le groupe d'intervention, 32 dans le groupe témoin) qui avaient conservé les perles (taux de rétention de 47,7 % à deux ans). Parmi ces 63 enfants, l'augmentation rapportée des caries a été jugée plus faible, de façon statistiquement significative, dans le groupe d'intervention que dans le groupe témoin (DCMO : différence moyenne -0,72, intervalle de confiance (IC) à 95 % de -1,23 à -0,21 ; SCMO : différence moyenne -1,52, IC à 95 % de -2,68 à -0,36, preuves de très faible qualité). Bien que cette différence soit cliniquement significative, elle n'est avérée que pour les enfants ayant conservé les billes de fluorure, or plus de 50 % des enfants n'ont pas gardé celles-ci.

Le rapport de l'essai ne rapporte aucun effet indésirable. Aucune preuve n'a été rapportée pour les autres résultats recherchés dans cette revue (évolution vers des lésions carieuses, douleurs dentaires, données de recours aux soins de santé).

Notes de traduction: 

Traduction réalisée par Cochrane France

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.