Médicaments pour contrôler le mouvement du sel dans les poumons chez les personnes atteintes de mucoviscidose

Généralement, le sel est absorbé à partir du liquide à la surface des poumons pour empêcher les fluides de s'y accumuler. Dans le cas de la mucoviscidose, trop de sel est absorbé et il reste peu de liquide à la surface des voies aériennes. En conséquence, les personnes atteintes de mucoviscidose ont des difficultés à dégager leurs poumons des sécrétions collantes. Les poumons sont donc ouverts aux infections. Les médicaments appliqués directement aux poumons peuvent empêcher une absorption excessive de sel. Cela peut conduire à une meilleure évacuation du mucus et une baisse des infections et lésions pulmonaires. La revue inclut cinq études totalisant 226 participants. Toutes les études ont examiné les médicaments à courte durée d'action appliqués directement aux poumons par rapport à un placebo. Lorsque les résultats de trois études sur six mois ont été combinés, le groupe placebo a montré un taux de déclin de la capacité vitale forcée plus lent que le groupe de traitement. Cependant, chacun d'eux présentait des résultats différents. Une autre étude a montré que les personnes recevant un inhibiteur des canaux sodiques avant de recevoir une solution saline hypertonique n'ont pas obtenu une meilleure fonction pulmonaire ou une meilleure élimination du mucus que celles recevant un placebo avant une solution saline hypertonique. Nous n'avons trouvé aucune preuve indiquant que des inhibiteurs des canaux sodiques, à courte durée d'action, administrés directement dans les poumons, amélioraient l'état respiratoire des personnes atteintes de mucoviscidose. Quelques preuves limitées semblaient même indiquer un déclin de la fonction pulmonaire. Des essais portant sur les inhibiteurs des canaux sodiques à action prolongée sont en cours.

Conclusions des auteurs: 

Nous n'avons trouvé aucune preuve indiquant que l'administration topique d'un inhibiteur des canaux sodiques à courte durée d'action améliorait l'état respiratoire des personnes atteintes de mucoviscidose et avons trouvé des preuves limitées d'une détérioration de la fonction pulmonaire.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les personnes atteintes de mucoviscidose présentent un transport de sel de sodium accru sur l'épithélium de leurs voies aériennes. L'absorption excessive de sodium entraîne la déshydratation du liquide qui recouvre la surface des voies aériennes et constitue (avec l'anomalie de la secrétion du chlore) un défaut primaire chez les personnes atteintes de mucoviscidose.

Objectifs: 

Déterminer si l'administration topique de médicaments qui bloquent le transport de sodium améliore l'état respiratoire des personnes atteintes de mucoviscidose.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre d’essais cliniques du groupe Cochrane sur la mucoviscidose et autres maladies génétiques comprenant des références identifiées lors de recherches exhaustives dans des bases de données électroniques, ainsi que des recherches manuelles de revues pertinentes et de résumés d’actes de conférence. Nous avons contacté les chercheurs principaux connus pour travailler dans ce domaine, d’anciens auteurs et des groupes pharmaceutiques fabricant des agents de transport d'ions pour obtenir des données non publiées ou des données de suivi.

Date de la recherche la plus récente effectuée dans le registre du groupe : 19 décembre 2013.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés (ECR) ou les essais contrôlés quasi-randomisés, publiés ou non publiés, portant sur les inhibiteurs des canaux sodiques comparés à un placebo ou à un autre inhibiteur des canaux sodiques ou au même inhibiteur des canaux sodiques à un schéma posologique différent.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont extrait les données de façon indépendante. La méta-analyse était limitée en raison des plans d'étude différents.

Résultats principaux: 

Cinq ECR, portant sur un total de 226 participants et examinant l'administration topique de l'amiloride, un inhibiteur des canaux sodiques à courte durée d'action, comparé à un placebo, ont été identifiés comme pouvant être inclus dans la revue. Dans trois études sur six mois, une différence significative a été observée en termes de différence de variation relative de CVF en faveur du placebo (différence moyenne pondérée 1,51 % (intervalle de confiance à 95 % -2,77 à -0,25)), même si l'hétérogénéité était évidente. Une étude de deux semaines a démontré qu'un prétraitement par une solution saline hypertonique avec de l'amiloride n'a pas entraîné d'amélioration significative de la fonction respiratoire ou de l'élimination du mucus, contrairement à un prétraitement avec un placebo. Aucune différence significative n'a été identifiée concernant les autres résultats cliniquement pertinents.

Notes de traduction: 

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.