Prise en charge chirurgicale versus conservatrice d'une fracture de l'odontoïde (une lésion cervicale grave)

Les sept os constituant la région cervicale de la colonne vertébrale sont connus sous le nom de vertèbres cervicales. La première vertèbre, l'atlas, est chargée de soutenir le crâne. On trouve ensuite l'axis, la deuxième vertèbre, qui présente une saillie dirigée vers le haut connue sous le nom d'apophyse odontoïde, qui sert de pivot à l'atlas pour permettre à la tête de tourner. Une fracture de l'apophyse odontoïde est une lésion grave et souvent mortelle. Les survivants présentent un risque de détérioration progressive de la moelle épinière entraînant une paralysie. Les patients victimes de ces fractures reçoivent souvent un traitement conservateur consistant à stabiliser le cou dans des appareils tels qu'une halo-veste (cadre externe) et/ou une minerve rigide pendant plusieurs mois. Une autre option consiste à stabiliser chirurgicalement les parties fracturées. L'objectif de cette revue était d'examiner les preuves issues d'essais contrôlés randomisés comparant un traitement chirurgical à un traitement conservateur dans ce type de fractures afin d'identifier l'approche offrant les meilleurs résultats. Malgré des recherches exhaustives, les auteurs de revue n'ont identifié aucune preuve issue d'essais contrôlés randomisés achevés permettant d'identifier la prise en charge la plus efficace (chirurgicale ou conservatrice).

Conclusions des auteurs: 

Aucune preuve issue d'essais bien contrôlés ne permet d'établir la supériorité du traitement chirurgical dans les fractures de l'odontoïde. Un essai contrôlé randomisé multicentrique de bonne qualité et présentant une puissance statistique suffisante est nécessaire afin de comparer le traitement chirurgical au traitement conservateur.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les fractures de l'apophyse odontoïde de la deuxième vertèbre cervicale peuvent entraîner une instabilité, des dommages neurologiques et le décès du patient. Les traitements peuvent être conservateurs (appareils d'immobilisation externe) ou chirurgicaux (fixation interne par fusion postérieure ou vis antérieure).

Objectifs: 

Comparer le traitement chirurgical au traitement conservateur dans les fractures de l'apophyse odontoïde.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les traumatismes ostéo-articulaires et musculaires (septembre 2010), le registre Cochrane central des essais contrôlés (Bibliothèque Cochrane 2010, numéro 3), MEDLINE (de 1950 à la 5ème semaine d'août 2010), EMBASE (de 1980 à la semaine 35 de 2010), LILACS (septembre 2010) ainsi que les références bibliographiques des articles et les registres d'essais en cours.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés et quasi-randomisés comparant un traitement chirurgical à un traitement conservateur dans les fractures de l'odontoïde.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs de revue ont examiné les résultats des recherches de manière indépendante afin d'identifier les essais éligibles.

Résultats principaux: 

Nous avons identifié le rapport intérimaire d'une étude qui semblait remplir nos critères d'inclusion, mais nous attendons des informations supplémentaires de la part des auteurs de l'essai avant de présenter des conclusions définitives. Nous avons exclu une étude enregistrée comparant un traitement chirurgical à un traitement conservateur car elle ne randomisait pas l'attribution des traitements.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.