Acupuncture pour le traitement de l'épilepsie

Les personnes épileptiques sont actuellement traitées au moyen d'antiépileptiques mais un nombre significatif de sujets continuent de présenter des crises et beaucoup souffrent d'effets indésirables associés aux médicaments. On constate donc un intérêt, grandissant pour les traitements alternatifs, notamment pour l'acupuncture. Dix-sept essais contrôlés randomisés totalisant 1538 participants ont été inclus dans la présente revue systématique (recherche de littérature réalisée le 3 juin 2013).

Par rapport à l'utilisation de plantes médicinales chinoises, l'acupuncture par aiguilles + des plantes médicinales chinoises n’était pas efficace pour atteindre un contrôle satisfaisant des crises (au moins 50 % de réduction de la fréquence des crises). Si normalement 500 patients sur 1000 traités avec des herbes chinoises seules ont obtenu un contrôle satisfaisant des crises, nous avons estimé que 485 à 655 patients sur 1000 traités par acupuncture à aiguilles + des plantes chinoises pourraient atteindre un contrôle satisfaisant des crises. Par rapport au valproate, l'acupuncture par aiguilles + valproate n'était pas efficace pour atteindre une absence de crises épileptiques ou un contrôle satisfaisant des crises. Si normalement 136 patients sur 1000 traités avec du valproate seul ont obtenu une absence de crises, nous avons estimé qu'environ 97 à 177 patients sur 1000 traités avec l'acupuncture + valproate pourraient atteindre l'absence de crises; si normalement 556 sur 1000 patients traités avec du valproate seul ont obtenu un contrôle satisfaisant des crises, nous avons estimé qu'environ 289 à 1000 patients sur 1000 traités avec l'acupuncture + valproate pourraient atteindre un contrôle satisfaisant des crises. Par rapport à la phénytoïne, l'acupuncture par aiguilles n'était pas efficace pour atteindre un contrôle satisfaisant des crises. Si normalement 700 patients sur 1000 traités à la phénytoïne seule ont obtenu un contrôle satisfaisant des crises, nous avons estimé qu'environ 322 à 1000 patients sur 1000 traités avec l'acupuncture seule devraient atteindre un contrôle satifaisant des crises. Par rapport au valproate, l'acupuncture par aiguilles n'était pas efficace pour éliminer les crises, mais elle pourrait avoir été plus efficace pour le contrôle satisfaisant des crises. Si 136 patients sur 1000 traités avec du valproate seul ont normalement obtenu une absence de crises, nous avons estimé qu'environ 126 à 445 patients sur 1000 traités avec l'acupuncture seule devraient atteindre l'absence de crises; si normalement 556 sur 1000 patients traités avec du valproate seul ont obtenu un contrôle satisfaisant des crises, nous avons estimé qu'environ 583 à 923 patients sur 1000 traités avec l'acupuncture seule devraient atteindre un contrôle satisfaisant des crises. Par rapport aux antiépileptiques, l'implantation de catgut aux points d'acupuncture + médicaments antiépileptiques n'était pas efficace pour éliminer les crises, mais elle pourrait avoir été plus efficace pour atteindre un contrôle satisfaisant des crises. Si normalement 127 patients sur 1000 traités avec des médicaments antiépileptiques seuls ont obtenu une absence de crises, nous avons estimé qu'environ 118 à 309 patients sur 1000 traités avec l'implantation de catgut aux points d'acupuncture + des médicaments antiépileptiques devraient atteindre l'absence de crises; si normalement 444 patients sur 1000 traités avec des médicaments antiépileptiques seuls ont obtenu un contrôle satisfaisant des crises, nous avons estimé qu'environ 475 à 840 patients sur 1000 traités avec l'implantation de catgut aux points d'acupuncture + médicaments antiépileptiques devraient atteindre un contrôle satisfaisante des crises. Par rapport au valproate, l'implantation de catgut pourrait avoir été plus efficace pour obtenir l’absence de crises, mais pas un contrôle satisfaisant des crises. Si normalement 82 patients sur 1000 traités avec du valproate seul ont obtenu une absence de crises, nous avons estimé qu'environ 132 à 406 patients sur 1000 traités avec l'implantation seule de catgut aux points d'acupuncture serait en capacité d’atteindre une absence de crises; si normalement 721 patients sur 1000 traités avec du valproate seul ont obtenu un contrôle satisfaisant des crises, nous avons estimé qu'environ 677 à 1000 patients sur 1000 traités avec l'implantation seule de catgut aux points d'acupuncture devrait atteindre un contrôle satisfaisant des crises.

L'acupuncture n'a pas eu d'événements indésirables en excès par rapport au traitement de contrôle dans les essais inclus. Cependant, les essais inclus étaient de petite taille, hétérogènes et présentaient un risque élevé de biais. On ignore encore si l'acupuncture est efficace et sûre pour le traitement des patients épileptiques.

Conclusions des auteurs: 

Les ECR disponibles sont de petite taille, hétérogènes et présentent un risque élevé de biais. Les preuves actuelles ne permettent pas de recommander l'acupuncture dans le traitement de l'épilepsie.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'acupuncture est de plus en plus utilisée chez les patients épileptiques. On ignore cependant si les preuves existantes sont suffisamment rigoureuses pour recommander son utilisation. Cette revue est une mise à jour d'une revue Cochrane publiée pour la première fois en 2008.

Objectifs: 

Déterminer l'efficacité et l'innocuité de l'acupuncture chez les patients épileptiques.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre du groupe Cochrane sur l'épilepsie (juin 2013) et le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) dans The Cochrane Library (2013, numéro 5), MEDLINE, EMBASE, CINAHL, AMED et d'autres bases de données (depuis leur création jusqu'en juin 2013). Nous avons examiné les références bibliographiques des essais pertinents. Aucune restriction de langue n'a été appliquée.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés (ECR) comparant l'acupuncture à un placebo (traitement simulé), à des antiépileptiques ou à une absence de traitement; ou en comparant de l'acupuncture + d’autres traitements par rapport à ces mêmes autres traitements chez des patients de tous âges atteints de n'importe quel type d'épilepsie.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons utilisé des procédures méthodologiques standard prévues par la Collaboration. Cochrane.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 17 ECR avec 1538 participants d’une grande amplitude d’âges et atteints principalement de crises d’épilepsie généralisées. La durée du traitement variait de 7,5 semaines à 1 an. Tous les essais inclus présentaient un risque de biais élevé et un suivi de courte durée. Par rapport à l'utilisation de plantes médicinales chinoises, l'acupuncture par aiguilles + des plantes médicinales chinoises n’était pas efficace pour atteindre une réduction d'au moins 50 % de la fréquence des crises (80 % dans le groupe témoin versus 90 % dans le groupe d'intervention, RR de 1,13, IC à 95 % 0,97 à 1,31, 2 essais; risque présumé de 500 pour 1000, risque correspondant de 485 à 655 pour 1000). Par rapport au valproate, l'acupuncture par aiguilles + valproate n'était pas efficace pour atteindre l'absence de crises convulsives (44 % dans le groupe témoin versus 42,7 % dans le groupe d'intervention, RR de 0,97, IC à 95 % 0,72 à 1,30, 2 essais; risque présumé de 136 pour 1000, risque correspondant de 97 à 177 pour 1000) ou à une réduction d’au moins 50 % de la fréquence des crises (69,3 % dans le groupe témoin versus 81,3 % dans le groupe d'intervention, RR de 1,34, IC à 95 % 0,52 à 3,48, 2 essais; risque présumé de 556 pour 1000, risque correspondant de 289 à 1000 pour 1000), mais peut avoir obtenu une meilleure qualité de vie (QdV) après le traitement (score QOLIE-31 (un score plus élevé indiquant une meilleure QdV) moyenne de 170,22 points dans le groupe témoin par rapport à 180,32 points dans le groupe d'intervention, DM de 10,10 points, IC à 95 % 2,51 à 17,69 points, 1 essai). Par rapport à la phénytoïne, l'acupuncture par aiguilles n'était pas efficace pour atteindre une réduction d'au moins 50 % de la fréquence des crises (70 % dans le groupe témoin versus 94,4 % dans le groupe d'intervention, RR de 1,43, IC à 95 % 0,46 à 4,44, 2 essais; risque présumé de 700 pour 1000, ce qui correspond risque de 322 à 1000 pour 1000). Par rapport au valproate, l'acupuncture par aiguilles n'était pas efficace pour éliminer les crises (14,1 % dans le groupe témoin versus 25,2 % dans le groupe d'intervention, RR de 1,75, IC à 95 % 0,93 à 3,27, 2 essais; risque présumé de 136 pour 1000, risque correspondant de 126 à 445 pour 1000) mais pourrait être efficace pour atteindre une réduction d'au moins 50 % de la fréquence des crises (55,3 % dans le groupe témoin versus 73,7 % dans le groupe d'intervention, RR de 1,32, IC à 95 % 1,05 à 1,66, 2 essais; risque présumé de 556 pour 1000, risque correspondant de 583 à 923 pour 1000) et une meilleure qualité de vie après le traitement (QOLIE-31 score moyen de 172,6 points dans le groupe témoin par rapport à 184,64 points dans le groupe d'intervention, DM de 12,04 points, IC à 95 % 4,05 à 20,03 points, 1 essai). Par rapport aux antiépileptiques, l'implantation de catgut aux points d'acupuncture + médicaments antiépileptiques n'était pas efficace pour éliminer les crises (13 % dans le groupe témoin versus 19,6 % dans le groupe d'intervention, RR de 1,51, IC à 95 % 0,93 à 2,43, 4 essais; risque présumé de 127 pour 1000, risque correspondant de 118 à 309 pour 1000) mais pourrait être efficace pour atteindre une réduction d'au moins 50 % de la fréquence des crises (63,1 % dans le groupe témoin versus 82 % dans le groupe d'intervention, RR de 1,42, IC à 95 % 1,07 à 1,89, 5 essais; risque présumé de 444 pour 1000, risque correspondant de 475 à 840 pour 1000) et une meilleure qualité de vie après le traitement (score QOLIE-31 (un score plus élevé indiquant une plus mauvaise qualité de vie) moyenne de 53,21 points dans le groupe témoin par rapport à 45,67 points dans le groupe d'intervention, DM de -7,54 points, IC à 95 % -14,47 à -0,61 points, 1 essai). Par rapport au valproate, l'implantation de catgut pourrait être efficace pour l’absence de crises (8 % dans le groupe témoin versus 19,7 % dans le groupe d'intervention, RR de 2,82, IC à 95 % 1,61 à 4,94, 4 essais; risque présumé de 82 pour 1000, risque correspondant de 132 à 406 pour 1000) et plus la qualité de vie après le traitement (score QOLIE-31 (un score plus élevé indiquant une meilleure qualité de vie) moyen de 172,6 points dans le groupe témoin par rapport à 191,33 points dans le groupe d'intervention, DM de 18,73 points, IC à 95 % 11,10 à 26,36 points, 1 essai), mais pas une réduction d’au moins 50 % de la fréquence des crises (65,6 % dans le groupe témoin versus 91,7 % dans le groupe d'intervention, RR de 1,31, IC à 95 % 0,94 à 1,84, 4 essais; risque présumé de 721 pour 1000, risque correspondant de 677 à 1000 pour 1000). L'acupuncture n'a pas eu un excès d'événements indésirables par rapport au traitement de contrôle dans les essais inclus.

Notes de traduction: 
Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.