Rispéridone pour le traitement du trouble du spectre autistique

La rispéridone est un antipsychotique utilisé pour soulager les symptômes et améliorer le comportement des patients autistes. Cette revue portant sur trois essais contrôlés randomisés conclut que la rispéridone pourrait avoir des effets bénéfiques sur divers aspects de l'autisme, y compris l'irritabilité, le comportement répétitif et l'hyperactivité. Néanmoins, toutes les études étaient de taille relativement limitée et utilisaient différentes méthodes pour évaluer l'efficacité, ce qui rendait les comparaisons difficiles. De plus, des effets secondaires étaient identifiés, en particulier une prise de poids. D'autres études sont donc nécessaires afin de déterminer les éventuels bénéfices du traitement à long terme par rapport aux risques potentiels.

Conclusions des auteurs: 

La rispéridone peut être bénéfique pour certaines caractéristiques de l'autisme. Néanmoins, les données disponibles sont limitées et les études évaluées portent sur des effectifs réduits. En outre, aucune mesure de résultats standardisée commune ne permettait de comparer les résultats de manière appropriée, et ces études ne réalisaient pas de suivi à long terme. Des recherches supplémentaires sont nécessaires afin de déterminer l'efficacité de la rispéridone dans la pratique clinique.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le trouble du spectre autistique couvre une large gamme de problèmes comportementaux et de communication. Différentes thérapies sont utilisées pour aborder les caractéristiques principales et secondaires de l'autisme. Les médicaments antipsychotiques atypiques, notamment la rispéridone, sont utilisés pour améliorer les symptômes et le comportement et se sont avérés bénéfiques, en particulier dans certains aspects de la maladie. Néanmoins, compte tenu de la nature de ce trouble chez les jeunes patients, les risques de ces traitements potentiellement longs doivent être mis en rapport avec les bénéfices attendus.

Objectifs: 

Déterminer l'efficacité et l'innocuité de la rispéridone chez les patients atteints de trouble du spectre autistique.

La stratégie de recherche documentaire: 

Bases de données électroniques: Des recherches ont été effectuées dans CENTRAL (registre Cochrane des essais contrôlés), 2006 (numéro 3) ; MEDLINE (1966 à avril 2006) ; EMBASE (1980 à avril 2006) ; PsycINFO (1887 à avril 2006) ; CINAHL (1982 à avril 2006) ; LILACS (1982 à avril 2006) ; Clinicaltrials.gov (États-Unis) (accès en avril 2006) ; ZETOC (de 1993 à avril 2006) ; et le National Research Register (NRR) (Royaume-Uni) 2006 (numéro 1). Des données supplémentaires ont été obtenues en contactant des sociétés pharmaceutiques et les auteurs des essais publiés.

Critères de sélection: 

Tous les essais contrôlés randomisés comparant de la rispéridone à un placebo chez des patients présentant un diagnostic de trouble du spectre autistique. Tous les essais devaient utiliser au moins une mesure de résultats standardisée pour le groupe expérimental et le groupe témoin.

Recueil et analyse des données: 

Les données ont été évaluées et analysées par les évaluateurs de manière indépendante. Les données ont été évaluées à la fin de chaque essai contrôlé randomisé. Les données non publiées ont également été prises en compte et analysées.

Résultats principaux: 

Seuls trois essais contrôlés randomisés ont été identifiés. Une méta-analyse a pu être effectuée pour trois critères de jugement. Certaines preuves de bénéfices associés à la rispéridone étaient observées en termes d'irritabilité, de comportement répétitif et de retrait social. Ces bénéfices doivent cependant être mis en rapport avec les effets indésirables, dont le plus important est la prise de poids.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.