Traitement de la thrombophlébite superficielle de la jambe

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

La thrombophlébite superficielle (TS) est un processus inflammatoire relativement courant associé à un caillot sanguin (thrombus) qui affecte les veines superficielles des jambes. Les symptômes et les signes comprennent une douleur locale, des démangeaisons, une sensibilité, un rougissement de la peau et un durcissement des tissus environnants. Il existe des preuves suggérant une association entre la TS et la thromboembolie veineuse (TEV). Le traitement vise à soulager les symptômes locaux et à prévenir l'extension du caillot dans une veine profonde ou la récurrence et le développement d'événements plus graves provoqués par la TEV. Cette revue a inclus 26 essais contrôlés randomisés impliquant 5 521 participants. Le traitement allait d'injections sous-cutanées de fondaparinux à de l'héparine de bas poids moléculaire, de l'héparine non fractionnée, des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) par voie orale, un traitement topique et une chirurgie. Une étude à grande échelle, représentant plus de la moitié des patients inclus dans la revue, a montré que le traitement au fondaparinux pendant six semaines était associé à une réduction significative de la TEV symptomatique, de l'extension et de la récurrence de la TS, sans augmentation des saignements par rapport au placebo. L'héparine de bas poids moléculaire et les AINS ont réduit l'incidence de l'extension ou de la récurrence de la TS sans aucun effet significatif sur la TEV symptomatique. Les traitements topiques ont soulagé les symptômes locaux, mais les essais ne rendaient pas compte de la progression vers une TEV. Le traitement chirurgical et le port de bas de contention étaient associés à un taux plus faible de TEV et de progression de la TS comparé aux bas de contention seuls. La qualité méthodologique de la plupart des essais était médiocre.

Conclusions des auteurs: 

Une dose prophylactique de fondaparinux administrée pendant six semaines semble être une option thérapeutique valable pour la TS des jambes. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour évaluer le rôle des nouveaux inhibiteurs directs par voie orale de la thrombine et du facteur X activé, de la HBPM, des AINS ; la durée de traitement et les doses optimales ; et pour évaluer si une thérapie combinée peut être plus efficace qu'un traitement unique. Des études conçues et réalisées de manière adéquate sont nécessaires pour clarifier le rôle des traitements topiques et chirurgicaux.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le traitement optimal de la thrombophlébite superficielle (TS) des jambes reste mal défini. S'il améliore ou soulage les symptômes douloureux locaux, le traitement doit avoir pour but d'éviter une thromboembolie veineuse (TEV) qui pourrait compliquer l'évolution naturelle de la TS. Ceci est une mise à jour d'une revue publiée pour la première fois en 2007.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et l'innocuité des traitements topiques, médicaux et chirurgicaux chez les patients atteints de TS des jambes.

La stratégie de recherche documentaire: 

Pour cette mise à jour, le groupe Cochrane sur les maladies vasculaires périphériques a effectué des recherches dans son registre spécialisé (dernière recherche effectuée le mardi 29 novembre 2011) et dans CENTRAL (2011, numéro 4). Nous avons effectué des recherches manuelles dans les références bibliographiques des articles pertinents et les actes de conférence.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés (ECR) évaluant les traitements topiques, médicaux et chirurgicaux pour la TS de la jambe qui incluaient des participants ayant reçu un diagnostic clinique de TS des jambes ou un diagnostic objectif de thrombus dans la veine superficielle.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont évalué l'inclusion des essais dans la revue, extrait les données et évalué la qualité des études. Les données ont été extraites des études incluses de façon indépendante et tous les désaccords ont été résolus par consensus.

Résultats principaux: 

Vingt-six études impliquant 5 521 participants atteints de TS aux jambes ont été incluses dans cette revue. La qualité méthodologique de la plupart des essais était médiocre. Le traitement allait du fondaparinux à de l'héparine de bas poids moléculaire (HBPM), de l'héparine non fractionnée (HNF), des agents anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), un traitement topique, un traitement oral, un traitement intramusculaire, un traitement intraveineux et une chirurgie. Dans un ECR contrôlé par placebo portant sur environ 3 000 patients, le fondaparinux a été associé à une réduction significative de la TEV symptomatique (RR 0,15 ; IC à 95 % 0,04 à 0,50), de l'extension (RR 0,08 ; IC à 95 % 0,03 à 0,22) et de la récurrence de la TS (RR 0,21 ; IC à 95 % 0,08 à 0,54) avec des taux comparables de saignements majeurs (RR 0,99 ; IC à 95 % 0,06 à 15,86) par rapport au placebo. Tant les doses prophylactiques que thérapeutiques de HBPM (RR 0,40 ; IC à 95 % 0,22 à 0,72 et RR 0,42 ; IC à 95 % 0,23 à 0,75, respectivement) et les AINS (RR 0,41 ; IC à 95 % 0,23 à 0,75) ont réduit l'extension et la récurrence de la TS comparé au placebo, sans effets significatifs sur la TEV symptomatique ni saignements majeurs. Globalement, les traitements topiques ont amélioré les symptômes locaux. Cependant, aucune donnée n'a été fournie sur les effets de ces traitements sur la TEV et l'extension de la TS. Le traitement chirurgical, combiné à des bas de contention, dans les cas de TS a été associé à un taux de TEV et une progression de la TS plus faibles comparé aux bas de contention seuls.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.