La pose d'un stent prophylactique de routine réduit l'incidence de complications urologiques majeures chez les receveurs de greffe de rein

La greffe de rein est le traitement préféré pour les maladies rénales terminales car elle améliore la qualité de vie et prolonge l'espérance de vie du receveur. Les interventions dont le but consiste à réduire les inconvénients des complications après la greffe sont un des principaux domaines de recherche au sein de la communauté de greffage. Les complications urologiques majeures (CUM) (comme par exemple fuites d'urine, obstructions) peuvent survenir immédiatement après la greffe. Cette revue avait pour but de déterminer les bénéfices et inconvénients de la pose d'un stent de routine chez les receveurs de greffe de rein pour prévenir les complications urologiques. Sept études (1154 patients) ont été identifiées. L'incidence des CUM s'est considérablement réduite avec la pose de stents prophylactiques. Les infections des voies urinaires (IVU) étaient plus fréquentes chez les patients avec stent ; cependant, l'ajout de la prophylaxie antibiotique n'a pas produit de différence dans l'incidence des IVU entre les deux groupes. Des études supplémentaires sont nécessaires pour examiner la pose d'un stent prophylactique sélectif par opposition à un stent universel pour les questions non résolues de qualité de vie et de coûts.

Conclusions des auteurs: 

La pose de stents prophylactiques de routine réduit l'incidence des CUM. Les études comparant la pose de stents sélectifs et la pose de stents prophylactiques universels, bien que difficiles à concevoir et à analyser, pourraient faire face aux questions non résolues de la qualité de vie et des coûts.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les complications urologiques majeures (CUM) suite à une greffe de rein contribuent à la morbidité du patient et mettent en risque la fonction de la greffe. La plupart résulte de l'anastomose vésico-urétérale et se présente précocement après le greffage. Les stents urétéraux ont été utilisés avec succès pour traiter de telles complications. Un nombre de centres a adopté une politique de pose de stent prophylactique universel au moment de transférer le greffon pour réduire l'incidence de fuites d'urine et la sténose urétérale. Les stents sont liés à des complications spécifiques et certains centres préconisent une politique qui consiste à ne poser des stents que sur certaines anastomoses spécifiques.

Objectifs: 

Examiner les bénéfices et inconvénients de la pose de stents urétéraux de routine pour prévenir les complications urologiques chez les receveurs de greffes de rein.

La stratégie de recherche documentaire: 

On a cherché le registre spécialisé Cochrane rénal (jusqu’au 8 janvier 2013) par contact avec la recherche de coordonnateur de l’essai en utilisant des termes de recherche pertinents à cet examen.

Critères de sélection: 

Tous les ECR et quasi-ECR ont été inclus dans notre méta-analyse.

Recueil et analyse des données: 

Quatre relecteurs ont évalué les études de qualité en suivant quatre critères (assignation secrète, assignation en aveugle, intention de traiter et état complet du suivi). L'incidence des CUM en a été le résultat primaire. La survie du greffon et du patient et l'incidence des événements indésirables (infection des voies urinaires (IVU), hématurie, symptômes d'irritation, douleurs et migration du stent) constituaient des résultats additionnels d'intérêt. Les analyses statistiques ont été réalisées en utilisant le modèle à effets aléatoires et les résultats ont été exprimés sous la forme de risque relatif (RR) avec des intervalles de confiance (IC) à 95%.

Résultats principaux: 

Sept ECR (1154 patients) d'une qualité faible à modérée ont été identifiés. L'incidence des CUM se réduisit considérablement (RR de 0,24, IC à 95 % de 0,07 à 0,77, P = 0,02, nombre de sujets à traiter : 13) avec la pose d'un stent prophylactique universel. Ces résultats étaient subordonnés à la réalisation de l'opération par le même chirurgien ou de la présence de celui-ci pendant les opérations. Deux patients perdirent leurs greffes suite à des complications causées par des voies urinaires infectieuses au sein du groupe à qui on a posé des stents. En général, les IVU étaient plus fréquentes chez les patients avec stent (RR de 1,49, IC à 95 % de 1,04 à 2,15), sauf lorsque le cotrimoxazole de 480/mg/d leur était prescrit : dans ces cas-là, l'incidence était équivalente (RR de 0,97, IC à 95 % de 0,71 à 1,33) : En règle générale, les stents semblent être bien tolérés, malgré le fait que des études ont indiqué que l'emploi de stents plus longs (≥ 20 cm) pendant une durée plus longue (> 6 semaines) peut causer des problèmes avec l'incrustation et la migration.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.