Administration tardive d'érythropoïétine pour éviter la transfusion de globules rouges chez les bébés prématurés et/ou de faible poids de naissance

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Question de la revue

Nous avons examiné les preuves concernant l'efficacité et l'innocuité de l'administration tardive d'un traitement par l'érythropoïétine huit à 28 jours après la naissance dans la réduction du recours aux transfusions de globules rouges (GR) chez les nouveau-nés prématurés et/ou de faible poids de naissance.

Contexte

Le pourcentage de globules rouges en circulation (hématocrite) baisse après la naissance chez tous les nourrissons. Cela est particulièrement vrai chez les prématurés en raison de leur mauvaise réponse à l'anémie et à la quantité de sang prélevée pour les examens nécessaires. Un faible niveau plasmatique d'érythropoïétine (une substance dans le sang qui stimule la production de globules rouges) chez les prématurés pourrait justifier l'utilisation d'érythropoïétine pour prévenir ou traiter l'anémie.

Date de recherche

Les preuves sont à jour jusqu'à juillet 2013.

Caractéristiques des études

À ce jour, 1 591 nourrissons prématurés (de huit à 28 jours d'âge) ont été recrutés dans 30 études sur l'administration tardive d'EPO pour réduire le recours aux transfusions de globules rouges et prévenir l'exposition aux donneurs.

Sources de financement de l'étude

Nous n'avons reçu, à titre d'évaluateurs, aucun financement pour cette revue et nous n'avons aucun conflit d'intérêts à déclarer.

Résultats principaux

Le risque de nécessiter une transfusion de globules rouges est réduit suite à l'initiation du traitement par l'EPO. Toutefois, le bénéfice global de l'EPO est réduit, car beaucoup de ces nourrissons avaient été exposés à du sang de donneurs avant de prendre part à ces essais. Le traitement tardif par l'EPO n'a pas eu d'effets importants sur le décès ou les complications courantes de l'accouchement prématuré, sauf pour les tendances à un risque accru de la rétinopathie du prématuré. La rétinopathie du prématuré est une maladie de l'œil qui affecte les bébés nés avant terme. Elle est supposée être due à la croissance désorganisée des vaisseaux sanguins de la rétine, ce qui peut causer des cicatrices et un décollement de la rétine. La rétinopathie du prématuré peut être légère et disparaître spontanément, mais elle peut entraîner la cécité dans les cas graves.

Qualité des preuves

Les études étaient de qualité variable et les informations importantes concernant la génération de séquences aléatoires et l'assignation secrète ou non étaient souvent manquantes. Les échantillons étaient de petite taille et les résultats à long terme (18 à 24 mois d'âge corrigé) n'étaient pas rapportés.

Conclusions des auteurs: 

L'administration tardive d'EPO réduit le recours à une ou plusieurs transfusions de GR et le nombre de transfusions de GR par nourrisson (< 1 transfusion par nourrisson), mais pas le volume total (ml/kg) de GR transfusé par nourrisson. L'exposition à un donneur n'avait probablement pas été évitée puisque la plupart des études portaient sur des nourrissons ayant reçu des transfusions de GR avant de participer à l'essai. L'administration tardive d'EPO ne réduit ni n'accroit de manière significative les effets indésirables cliniquement importants, à l'exception d'une tendance à un risque accru pour la RDP. Il n'est pas nécessaire d'effectuer des recherches supplémentaires sur l'utilisation du traitement tardif par l'EPO pour la prévention de l'exposition aux donneurs. Les efforts de recherche devraient se concentrer sur la limitation de l'exposition aux donneurs durant les premiers jours de la vie des nouveau-nés malades, lorsque les besoins de GR sont plus patents et ne peuvent être évités par un traitement tardif d'EPO. L'utilisation de sacs satellites (une unité de sang de donneur divisée en nombreuses petites parties aliquotes) pourrait réduire l'exposition aux donneurs.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Un taux plasmatique bas d'érythropoïétine (EPO) chez le prématuré pourrait justifier l'utilisation d'EPO pour prévenir ou traiter l'anémie.

Objectifs: 

Evaluer l'efficacité et l'innocuité d'un traitement tardif par l'érythropoïétine (EPO) entre huit et 28 jours après la naissance dans la réduction des transfusions de globules rouges (GR) chez les bébés prématurés et/ou de faible poids de naissance.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL), MEDLINE, EMBASE et CINAHL en juillet 2013. Des recherches supplémentaires ont notamment été effectuées dans les rencontres annuelles 2000 - 2013 des Pediatric Academic Societies (Abstracts2ViewTM) et les registres d'essais cliniques (www.clinicaltrials.gov, www.controlled-trials.com et who.int/ictrp/en). Pour cette mise à jour, nous avons transféré une étude de la revue traitant de l'administration précoce d'EPO dans cette revue portant sur l'administration tardive d'EPO.

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés ou quasi randomisés de traitements d'EPO débutés tardivement (âge ≥ huit jours) versus placebo ou absence d'intervention chez les nouveau-nés prématurés (< 37 semaines) et/ou de faible poids de naissance (< 2 500 g).

Recueil et analyse des données: 

La collecte et l'analyse des données ont été effectuées selon les méthodes du groupe thématique Cochrane sur la néonatologie.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 30 études (31 comparaisons) randomisant 1 591 nouveau-nés prématurés. Les recherches dans la littérature en 2013 n'ont pas permis d'identifier de nouvelles études à inclure. Pour cette mise à jour, nous avons transféré une étude portant sur 230 nourrissons de la revue sur l'EPO précoce dans cette revue sur l'EPO tardif.

La plupart des essais inclus avaient de petits effectifs. La méta-analyse a montré un effet significatif sur le recours à une ou plusieurs transfusions de GR (20 études (n = 1 142) ; risque relatif (RR) typique de 0,71, intervalle de confiance (IC) à 95 % de 0,64 à 0,79 ; différence de risques (DR) typique -0,17, IC à 95 % -0,22 à -0,12 ; nombre habituel de sujets à traiter pour obtenir un résultat bénéfique supplémentaire (NST) 6, IC à 95 % 5 à 8). Il y avait une hétérogénéité modérée pour ce critère de jugement (RR de I² = 68 % ; DR de I² = 60 %). Des résultats similaires ont été obtenus dans les analyses secondaires basées sur différentes combinaisons de doses élevées ou basses d'EPO et de supplémentation en fer. Il n'y avait pas de réduction significative du volume total (ml/kg) de sang transfusé par nourrisson [différence moyenne (DM) typique -1,6 ml/kg, IC à 95 % -5,8 à 2,6) ; 5 études, 197 nourrissons]. L'hétérogénéité était grande pour ce critère de jugement (I² = 92 %). Une réduction significative du nombre de transfusions par nourrisson a été observée (11 études portant sur 817 nourrissons ; DM typique -0,22, IC à 95 % -0,38 à -0,06). L'hétérogénéité était grande pour ce critère de jugement (I² = 94 %).

Trois études portant sur 404 nourrissons avaient rendu compte de la rétinopathie du prématuré (RDP) (tous les stades ou stade pas rapportés), avec un RR typique de 1,27 (IC à 95 % 0,99 à 1,64) et une DR typique de 0,09 (IC à 95 % -0,00 à 0,18). Il y avait une grande hétérogénéité pour ce critère de jugement tant pour le RR (I² = 83 %) que la DR (I² = 82 %). Trois essais impliquant 442 nourrissons avaient rendu compte de la RDP (stade ≥ 3). Le RR typique était de 1,73 (IC à 95 % 0,92 à 3,24) et la DR typique de 0,05 (IC à 95 % -0,01 à 0,10). Pour ce critère de jugement, l'hétérogénéité était minimale pour le RR (I² = 18 %), mais élevée pour la DR (I² = 79 %). Il n'y avait pas de différence significative dans les autres résultats cliniques. Aucune réduction de l'entérocolite nécrosante n'a été observée malgré une réduction du recours aux transfusions de GR. Les critères de jugements relatifs au développement neurologique à long terme n'étaient pas rapportés.

Notes de traduction: 
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.