Soulager la douleur de la femme lors d'un prélèvement d'ovocytes pour la procréation médicalement assistée

Problématique de la revue

Les auteurs de la revue Cochrane ont étudié l'efficacité et l'innocuité des méthodes utilisées pour soulager la douleur chez les femmes pendant le prélèvement d'ovocytes par voie transvaginale, technique utilisée pour prélever des ovules dans les ovaires afin de permettre la fécondation en dehors du corps.

Contexte

La sédation consciente comprend l'utilisation d'un ou de plusieurs médicaments pour produire un état de relaxation permettant la réalisation du traitement ; le contact verbal avec le patient est maintenu pendant toute la durée de la sédation. La sédation consciente et l'analgésie sont des méthodes utilisées pour soulager la douleur pendant le prélèvement des ovules dans le cadre des procédures de fécondation in vitro (c'est-à-dire, dans un environnement artificiel, par exemple un laboratoire). On craint cependant que les médicaments utilisés pour la sédation et le soulagement de la douleur aient un effet négatif sur les taux de grossesse.

Caractéristiques de l’étude

Les 24 essais contrôlés randomisés identifiés par cette revue ont impliqué 3 160 femmes et ont comparé les effets de 5 méthodes différentes de sédation consciente et de soulagement de la douleur, y compris l'anesthésie générale. Un essai contrôlé randomisé utilise des méthodes de recherche qui visent à réduire les biais lorsqu'un nouveau traitement est mis à l’épreuve en assignant des participants au hasard soit au traitement soit au traitement témoin. Les données sont à jour jusqu'en novembre 2017.

Résultats principaux

Les données probantes ne soutiennent pas une méthode ou une technique particulière au détriment d’une autre pour fournir une sédation consciente et une analgésie efficaces afin de soulager la douleur pendant et après le prélèvement des ovocytes. En comparaison avec l’utilisation d’une seule méthode, l'administration simultanée de sédatifs et d'analgésiques tels que les opiacés, renforcée par des techniques de bloc paracervical ou d'acupuncture, a permis de mieux soulager la douleur. Les données probantes étaient insuffisantes pour montrer de façon concluante si une des interventions a influencé les taux de grossesse. Toutes les techniques examinées étaient associées à un degré élevé de satisfaction des patients. Dans la pratique, il faudrait tenir compte des préférences des femmes et du choix des ressources disponibles pour le soulagement de la douleur.

Qualité des données probantes

La qualité des données probantes est généralement faible ou très faible, principalement en raison des mauvaises méthodes de compte-rendu et de la petite taille des échantillons qui ont enregistré un faible taux d'événements. Étant donné que l'expérience de la douleur et la conscience des stratégies d'adaptation varient d'une femme à l'autre, la méthode optimale pourrait être individualisée.

Conclusions des auteurs: 

Les données probantes ne soutiennent pas une méthode ou une technique particulière au détriment d’une autre pour fournir une sédation consciente et une analgésie efficaces afin de soulager la douleur pendant et après le prélèvement des ovocytes. En comparaison avec l’utilisation d’une seule modalité, l'utilisation simultanée de sédatifs et d'analgésiques comme les opiacés, renforcée par des techniques de bloc paracervical ou d'acupuncture, a procuré un meilleur soulagement de la douleur. Les données probantes étaient insuffisantes pour montrer de façon concluante si une des interventions a influencé les taux de grossesse. Toutes les techniques examinées étaient associées à un degré élevé de satisfaction des patients. Les préférences des femmes et la disponibilité des ressources pour le choix du soulagement de la douleur méritent d'être prises en compte dans la pratique.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Diverses méthodes de sédation consciente et d'analgésie (SCA) ont été utilisées lors du prélèvement d'ovocytes pour la PMA. Le choix de l'agent a été influencé d’une part par la qualité de la sédation et de l'analgésie, et d’autre part par les inquiétudes quant aux effets néfastes possibles sur les résultats de procréation.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et l'innocuité de différentes méthodes de sédation et d'analgésie consciente pour le soulagement de la douleur et les critères de jugement concernant la grossesse chez les femmes qui subissent un prélèvement d'ovocytes par voie transvaginale.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons fait des recherches dans le : registre spécialisé du groupe Cochrane sur la Gynécologie et la Fertilité ; CENTRAL ; MEDLINE ; Embase ; PsycINFO ; CINAHL, ainsi que dans les registres d'essais en novembre 2017. Nous avons également vérifié les références et contacté les auteurs des études pour trouver d'autres études.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus les essais contrôlés randomisés (ECR) comparant différentes méthodes et protocoles administratifs pour la sédation consciente et l'analgésie pendant le prélèvement des ovocytes.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons utilisé les procédures méthodologiques standard de Cochrane. Nos principaux critères de jugement ont été la douleur peropératoire et postopératoire. Les critères de jugement secondaires comprenaient : la grossesse clinique ; la satisfaction du patient ; les effets secondaires des analgésiques ; les complications postopératoires.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus 24 ECR (3 160 femmes) dans cinq comparaisons. Nous présentons ci-dessous les principales comparaisons. La qualité des éléments probants était généralement faible ou très faible, principalement en raison de la médiocrité et de l'imprécision des comptes rendus.

1. La SCA par rapport à d'autres interventions actives.

Tous les éléments de preuve à l'appui de cette comparaison étaient de très faible qualité.

SCA versus SCA plus acupuncture ou électroacupuncture

Les données montrent un soulagement de la douleur peropératoire plus efficace sur une échelle visuelle analogique (EVA) de 0 à 10 avec SCA plus acupuncture (différence moyenne (DM) 1,00, intervalle de confiance (IC) à 95 % 0,18 à 1,82, 62 femmes) ou électroacupuncture (DM 3,00, IC 95 % 2,23 à 3,77, 62 femmes).

Les données montrent également un soulagement postopératoire plus efficace de la douleur (0 à 10 EVA) avec SCA plus acupuncture (DM 0,60, IC à 95% -0,10 à 1,30, 61 femmes) ou électroacupuncture (DM 2,10, IC à 95% 1,40 à 2,80, 61 femmes).

Les données probantes étaient insuffisantes pour montrer si les taux de grossesse étaient différents entre la SCA et la SCA plus l'acupuncture (rapport des cotes 0,61, IC à 95 % 0,20 à 1,86, 61 femmes). La SCA seule peut être associée à moins de grossesses que la SCA plus l'électroacupuncture (rapport des cotes 0,22, IC à 95 % : 0,07 à 0,66, 61 femmes).

Les données probantes étaient insuffisantes pour montrer si les taux de vomissements étaient différents entre la SCA et la SCA plus l'acupuncture (rapport des cotes 1,64, IC à 95 % : 0,46-5,88, 62 femmes) ou l'électroacupuncture (rapport des cotes 1,09, IC à 95 % : 0,33-3,58, 62 femmes).

Les auteurs d’essais n'ont fourni aucune donnée utilisable pour d'autres critères de jugement d'intérêt.

La SCA contre l'anesthésie générale

Le soulagement postopératoire de la douleur était plus important dans le groupe SCA (0 à 3 Likert : différence moyenne (DM) 1,9, IC à 95 % 2,24 à 1,56, un ECR, 50 femmes).

Les données probantes étaient insuffisantes pour montrer si les groupes différaient dans les taux de grossesse (rapport des cotes 1,00, IC à 95 %, 0,43 à 2,35, deux ECR, 108 femmes, I2 = 0 %).

Les données probantes étaient insuffisantes pour montrer si les groupes différaient dans les taux de vomissements (rapport des cotes 0,46, IC à 95 % 0,08 à 2,75, un ECR, 50 femmes) ou d'obstruction des voies respiratoires (rapport des cotes 0,14, IC à 95 % 0,02 à 1,22, un ECR, 58 femmes). Moins de femmes avaient besoin d'une ventilation avec masque facial dans le groupe SCA (rapport des cotes 0,05, IC à 95 % : 0,01 à 0,20, un ECR, 58 femmes).

Les données probantes étaient également insuffisantes pour montrer si les taux de satisfaction des groupes différaient (rapport des cotes 0,66, IC à 95 %, 0,11 à 4,04, deux ECR, 108 femmes, I2 = 34 % ; données de très faible qualité).

Les auteurs d’essais n'ont fourni aucune donnée utilisable pour d'autres critères de jugement d'intérêt.

2. SCA + bloc paracervical (BPC) versus autres interventions.

SCA + BPC versus électroacupuncture + BPC

Les scores de douleur peropératoire étaient plus faibles dans le groupe SCA + BPC (0 à 10 VAS : DM -0,66, IC à 95 % -0,93 à -0,39, 781 femmes, I2 = 76 % ; données de faible qualité).

Les données probantes étaient insuffisantes pour montrer si les groupes différaient dans les taux de grossesse (rapport des cotes 0,96, IC à 95 %, 0,72 à 1,29, 783 femmes, I2 = 9 % ; données de faible qualité).

Les auteurs d’essais n'ont fourni aucune donnée utilisable pour d'autres critères de jugement d'intérêt.

SCA + BPC versus anesthésie générale

Les données probantes étaient insuffisantes pour montrer si les scores de douleur postopératoire différaient d'un groupe à l'autre (0 à 10 EVA : DM 0,49, IC à 95 % -0,13 à 1,11, 50 femmes ; données probantes de très faible qualité).

Les données probantes étaient insuffisantes pour montrer si les groupes différaient dans les taux de grossesse (rapport des cotes 0,70, IC à 95 %, 0,22 à 2,26, 51 femmes ; données probantes de très faible qualité).

Les auteurs d’essais n'ont fourni aucune donnée utilisable pour d'autres critères de jugement d'intérêt.

SCA + BPC versus rachianesthésie

Les scores de douleur postopératoire étaient plus élevés dans le groupe SCA + BPC (0 à 10 EVA : DM 1,02, IC à 95 %, 0,48 à 1,56, 36 femmes ; données probantes de très faible qualité).

Les données probantes étaient insuffisantes pour montrer si les groupes différaient dans les taux de grossesse (rapport de cotes 0,93, IC à 95 %, 0,24 à 3,65, 38 femmes ; données probantes de très faible qualité).

Les auteurs d’essais n'ont fourni aucune donnée utilisable pour d'autres critères de jugement d'intérêt.

SCA + BPC versus BPC

Les données probantes étaient insuffisantes pour montrer si les groupes différaient quant aux taux de grossesse (rapport de cotes 0,93, IC à 95 % 0,44 à 1,96, 150 femmes ; données probantes de faible qualité) ou quant à la satisfaction (rapport de cotes 1,63, IC à 95 % 0,68 à 3,89, 150 femmes, preuves de faible qualité).

Les auteurs d’essais n'ont fourni aucune donnée utilisable pour d'autres critères de jugement d'intérêt.

SCA + BPC versus SCA seule

Les données probantes étaient insuffisantes pour montrer si les groupes différaient dans les taux de grossesse (rapport de cotes 0,62, IC à 95 %, 0,28 à 1,36, un ECR, 100 femmes ; données probantes de très faible qualité). Les taux de nausées et de vomissements postopératoires étaient plus faibles dans le groupe SCA + BPC (rapport de cotes 0,42, IC à 95 % : 0,18 à 0,97, deux ECR, 140 femmes, I2 = 40 % ; données probantes de très faible qualité).

Les auteurs d’essais n'ont fourni aucune donnée utilisable pour d'autres critères de jugement d'intérêt.

Notes de traduction: 

Post-édition : Dan-Madalin Pavel - Révision : Klara Croonenbroeck (M2 ILTS, Université Paris Diderot)

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.