La chirurgie peut améliorer les taux de survie en cas de cancer bronchique non à petites cellules limité au poumon et aux ganglions environnants touchés

La résection chirurgicale est actuellement considérée comme le meilleur traitement pour certains types de cancers se limitant au poumon et aux ganglions environnants avec des cellules tumorales (ganglions). Il n'existe pas de preuve solide montrant que l'opération du cancer du poumon améliore la survie par rapport à d'autres types de traitements comme la radiothérapie ou la chimiothérapie. L'opération implique souvent également l'extraction des ganglions qui drainent le poumon atteint de la tumeur. Certaines preuves montrent que l'élimination complète de tous les ganglions pourrait améliorer la survie par rapport à l'élimination d'un nombre limité de ganglions uniquement. Les individus atteints de petits cancers localisés au niveau du poumon semblent avoir un risque accru de récurrence locale s'ils sont traités par résection limitée, par rapport à une résection plus extensive du poumon impliqué. Une recherche plus poussée est nécessaire pour mieux comprendre les types de patients qui pourraient bénéficier le plus de l'opération.

Conclusions des auteurs: 

Les conclusions sur l'efficacité de l'opération en CBNPC sont limitées par le volume et la qualité de la base de preuves actuelle, cependant la résection du cancer du poumon associée à la dissection complète des ganglions médiastinaux est associée à une amélioration modeste de la survie, par rapport à la résection du cancer du poumon associée au prélèvement systématique des ganglions médiastinaux, chez les patients atteints de CBNPC en stade I à IIIA. Les preuves actuelles suggèrent qu'en CBNPC en stade IIIA N2, la chimiothérapie suivie de l'opération est aussi efficace que la chimiothérapie suivie de la radiothérapie radicale et que la chimiothérapie et la radiothérapie concurrentes radicales sont aussi efficaces que la chimio-radiation d'induction suivie par l'opération en termes de survie générale.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La résection chirurgicale (généralement la lobectomie) est considérée comme le meilleur traitement pour de nombreux individus atteints de cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) en phase précoce. Cependant, la majorité des preuves sont de type observationnel.

Objectifs: 

Déterminer si, chez des patients atteints de CBNPC en phase précoce, la résection chirurgicale du cancer améliore le taux de mortalité liée à la maladie et toutes causes confondues, par rapport à l'absence de traitement, à la radiothérapie ou à la chimiothérapie.

La stratégie de recherche documentaire: 

Pour cette mise à jour, nous avons effectué une nouvelle recherche en octobre 2009, au moyen de la stratégie de recherche suivante issue du plan de la revue initiale. Registre Cochrane central des essais contrôlés (CENTRAL) (accès viala librairie Cochrane, 2009, Numéro 3), MEDLINE (accès via PubMed) et EMBASE (accès via Ovid).

Critères de sélection: 

Essais contrôlés randomisés comparant la chirurgie seule (ou associée à un autre traitement) et un traitement non chirurgical et des essais randomisés comparant différentes approches chirurgicales.

Recueil et analyse des données: 

Un hazard ratio combiné a été calculé lorsque cela était possible. Des tests d'hétérogénéité statistique ont été réalisés.

Résultats principaux: 

Treize essais portant sur 2 290 patients ont été inclus. Certaines des études incluses ont été considérées comme présentant un risque élevé de biais. Aucune étude ne comprenait un groupe de contrôle non traité. Dans une analyse combinée de trois essais, la survie générale était supérieure chez des patients atteints de CBNPC au stade I à IIIA résectable ayant subi une résection et une dissection complète des ganglions médiastinaux, par rapport aux patients ayant subi une résection et un prélèvement des ganglions (hazard ratio 0,63, IC à 95% entre 0,51 et 0,78, P ≤ 0,0001) ; il n'y avait pas d'hétérogénéité statistiquement significative. Un autre essai a mis en évidence un taux supérieur de récurrence locale chez les patients atteints de CBNPC en stade I traités par résection limitée par rapport à la lobectomie. Un essai de petite taille a mis en évidence un avantage au niveau de la survie en faveur de la chimiothérapie suivie par l'opération, par rapport à la chimiothérapie suivie par la radiothérapie chez les patients atteints de CBNPC en stade IIIA. Cependant, aucun des autres essais de la revue n'a mis en évidence d'amélioration significative de la survie générale des patients traités par chirurgie par rapport à un traitement non chirurgical.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.