Supplémentation orale en potassium dans l'hypertension chez l'adulte

La présente revue examine si la prise de suppléments de potassium peut être recommandée pour le traitement de l'adulte ayant une pression artérielle élevée sans raison connue. Les résultats des essais variaient sensiblement : certains essais ont trouvé que le potassium diminuait davantage la pression artérielle par rapport à un médicament factice (placebo), alors que d'autres n'ont trouvé que très peu de différences entre le potassium et un placebo. Dans l'ensemble, aucune diminution significative de la pression artérielle n'a été trouvée suite à la prise de suppléments de potassium.

La plupart des essais étaient de qualité médiocre. Par conséquent, leurs résultats risquaient de ne pas être fiables. La durée des essais n'était pas suffisamment longue ou leur taille suffisamment grande pour évaluer si les suppléments de potassium réduisent les risques de décès, les crises cardiaques ou les AVC, qui peuvent être les conséquences d'une pression artérielle élevée. Les études signalant des effets indésirables n'ont trouvé aucun effet secondaire grave lié à la prise de suppléments de potassium.

La présente revue ne confirme pas si les suppléments de potassium peuvent diminuer une pression artérielle élevée et ne recommande donc pas leur prise pour le traitement de l'hypertension. D'autres essais impliquant un grand nombre de participants avec des suivis de longue durée seront nécessaires pour déterminer si les suppléments de potassium peuvent ou non, diminuer une pression artérielle élevée.

Conclusions des auteurs: 

La supplémentation en potassium n'a aucun effet statistiquement significatif sur la pression artérielle. En raison du nombre réduit de participants dans les deux essais de qualité élevée, la courte durée du suivi and l'hétérogénéité inexpliquée entre les essais, les preuves concernant les effets de la supplémentation en potassium sur la pression artérielle ne sont pas concluantes. D'autres ECR de meilleure qualité et d'une durée plus longue seront nécessaires afin de clarifier si la supplémentation en potassium peut réduire la pression artérielle et améliorer les résultats sur la santé.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Les preuves épidémiologiques concernant les effets du potassium sur la pression artérielle sont contradictoires.

Objectifs: 

Évaluer les effets de la supplémentation en potassium sur les résultats sur la santé et la pression artérielle chez les personnes ayant une pression artérielle élevée.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons effectué des recherches dans la Cochrane Library, MEDLINE, EMBASE, Science Citation Index, ISI Proceedings, ClinicalTrials.gov, Current Controlled Trials, CAB abstracts et les listes bibliographiques des revues systématiques, les méta-analyses et les essais contrôlés randomisés (ECR) inclus dans la revue.

Critères de sélection: 

Les critères d'inclusion étaient les suivants : 1) Des ECR de conception parallèle ou croisée comparant des suppléments oraux de potassium à un placebo, à l'absence de traitement ou à des soins standard ; 2) Un traitement et un suivi allant jusqu'à ≥ 8 semaines ; 3) Des participants âgés de plus de 18 ans, avec une pression artérielle systolique (PAS) ≥ 140 mmHg ou une pression artérielle diastolique (PAD) ≥ 85 mmHg élevée ; 4) Une PAS et une PAD signalées à la fin du suivi. Nous avons exclu les essais dans lesquels : les participants étaient des femmes enceintes ; prenaient un médicament antihypertenseur qui changeait au cours de l'étude ; ou une supplémentation en potassium était combinée à d'autres interventions.

Recueil et analyse des données: 

Deux relecteurs ont indépendamment extrait des données et évalué la qualité méthodologique des essais. Les désaccords ont été résolus par des discussions ou par l'intervention d'un troisième relecteur. Des méta-analyses à effets aléatoires, ainsi que des analyses de sensibilité, ont été réalisées.

Résultats principaux: 

Six ECR (n = 483), avec un suivi de 8 à 16 semaines, répondaient à nos critères d'inclusion. Une méta-analyse de cinq essais (n = 425) avec des données adéquates indiquait que la supplémentation en potassium comparée à un groupe témoin générait des diminutions importantes, mais statistiquement non significatives, de la PAS (différence moyenne : - 11,2, IC à 95 % : - 25,2 à 2,7) et de la PAD (différence moyenne : - 5,0, IC à 95 % : - 12,5 à 2,4). L'hétérogénéité substantielle entre les essais n'était pas due à la dose de potassium, la qualité des essais ou la pression artérielle à l'inclusion.

L'exclusion d'un essai réalisé auprès d'une population africaine dont la pression artérielle était très élevée à l'inclusion générait des diminutions globales plus réduites de la pression artérielle (différence moyenne de la PAS : - 3,9, IC à 95 % : - 8,6 à 0,8 ; différence moyenne de la PAD : - 1,5, IC à 95 % : - 6,2 à 3,1). Une analyse de sensibilité approfondie restreinte à deux essais de qualité élevée (n = 138) a également trouvé des diminutions non significatives de la pression artérielle (différence moyenne de la PAS : - 7,1, IC à 95 % : - 19,9 à 5,7 ; différence moyenne de la PAD : - 5,5, IC à 95 % : - 14,5 à 3,5).

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.