Blocage sympathique anesthésique local contre l'algoneurodystrophie

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

L'efficacité du blocage sympathique anesthésique local sur l'algoneurodystrophie est inconnue. Le système nerveux sympathique est impliqué dans la pathologie de l'algodystrophie sympathique (ADS) et la causalgie qui sont aujourd'hui conceptualisées comme des variantes d'une même entité : l'algoneurodystrophie (SDRC). Par conséquent le blocage du système nerveux central sympathique est largement utilisé pour traiter ce syndrome de douleur. Les réviseurs ont cherché à évaluer l'efficacité du blocage sympathique avec un anesthésique local. Cette revue systématique révèle la rareté des preuves publiées en faveur de l'utilisation du blocage sympathique par anesthésique local en tant que traitement clé du SDRC et soulève des questions quant à son utilité.

Conclusions des auteurs: 

Cette revue systématique révèle la rareté des preuves publiées en faveur de l'utilisation du blocage sympathique par anesthésique local en tant que traitement clé du SDRC. Les deux études randomisées qui satisfaisaient aux critères d'inclusion avaient des tailles d'échantillon très petites ; aucune conclusion ne peut donc être tirée quant à l'effet de cette procédure. Il est nécessaire de réaliser des essais contrôlés randomisés pour étudier la valeur du blocage sympathique par anesthésiques locaux pour le traitement du SDRC.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

Le blocage par anesthésique local de la chaîne sympathique est largement utilisé pour traiter l'algodystrophie sympathique (ADS) et la causalgie. Ces deux syndromes de douleur sont aujourd'hui conceptualisés comme des variantes d'une seule entité : l'algoneurodystrophie (SDRC). une méta-analyse a récemment été publiée sur le sujet. Cependant, cette étude n'évaluait que les études en anglais et a donc peut-être omis des essais contrôlés randomisés.

Objectifs: 

Cette revue systématique poursuivait trois objectifs : déterminer la probabilité du soulagement de la douleur après un blocage sympathique par anesthésiques locaux chez des patients atteints de SDRC ; évaluer la durée pendant laquelle le bénéfice persiste ; et évaluer l'incidence d'événements indésirables de la procédure.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté le registre Cochrane sur la douleur et les soins palliatifs, le registre Cochrane central des essais contrôlés, MEDLINE, EMBASE, LILACS et des actes de conférence des congrès mondiaux de l'Association internationale pour l'étude de la douleur. Nous avons également examiné les bibliographies des articles identifiés pour obtenir des études supplémentaires.

Critères de sélection: 

Nous avons inclus les essais contrôlés randomisés (ECR) qui évaluaient l'effet du blocage sympathique par des anesthésiques locaux chez des patients enfants ou adultes pour traiter l'ADS, la causalgie ou le SDRC.

Recueil et analyse des données: 

Les résultats d'intérêt étaient le nombre de patients ayant obtenu un soulagement de la douleur d'au moins 50 % après le blocage sympathique (30 minutes à 2 heures) et 48 heures ou plus après. Nous avons également évalué la présence d'effets indésirables dans chaque bras de traitement. Un modèle à effets aléatoires a été utilisé pour combiner les études.

Résultats principaux: 

Deux études croisées en double aveugle randomisées de petite taille évaluant 23 sujets ont été identifiées. L'effet combiné des deux essais a donné un risque relatif (RR) d'atteindre un soulagement de la douleur d'au moins 50 % 30 minutes à 2 heures après le blocage sympathique de 1,17 (IC à 95 % entre 0,80 et 1,72). Il n'a pas été possible de déterminer l'effet du blocage sympathique sur le soulagement de la douleur à long terme car les auteurs des deux études ont évalué des critères de résultat différents.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.