Mesures physiques pour traiter la dépression chez les patients sous dialyse

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

La dépression est le problème psychologique le plus courant au sein de la population sous dialyse chronique et porte atteinte à leur bien-être physique, mental et social. L'objectif de cette revue était de déterminer l'efficacité de mesures physiques (telles que des antidépresseurs, un traitement électro-convulsif) pour traiter les patients dialysés déprimés. Seule une étude à court terme et de petite taille a été identifiée après une recherche extensive dans la littérature. Cette étude n'a trouvé aucune différence entre le groupe de traitement et le groupe témoin de personnes traitées pour la dépression. Des études à long terme et plus étendues sont nécessaires dans ce domaine.

Conclusions des auteurs: 

Des conclusions définitives sur l'efficacité de méthodes de traitement physiques ne peuvent être tirées puisque nous n'avons identifié qu'un petit ECR de courte durée. Des ECR à plus long terme et plus étendus sont nécessaires dans ce domaine. Il est admis que les outils de dépistage de la dépression actuels sont peu spécifiques chez les malades en raison du chevauchement des symptômes somatiques de la maladie médicale. La mise au point d'un outil de diagnostic valide serait utile.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La dépression est le problème psychologique le plus courant au sein de la population sous dialyse chronique. Le diagnostIC à dépression chez les patients sous dialyse chronique est altéré par le fait que de nombreux symptômes de l'urémie ressemblent aux composants somatiques de la dépression. La dépression porte atteinte à leur bien-être physique, psychologique et social. En outre, l'occurrence fréquente de problèmes cardiovasculaires et les conséquences pharmacocinétiques d'une insuffisance rénale rendent le traitement médicamenteux de la dépression difficile.

Objectifs: 

L'objectif de cette revue systématique était d'évaluer l'efficacité et la sécurité de mesures physiques dans le traitement de la dépression chez des patients dialysés pour une insuffisance rénale de phase terminale.

La stratégie de recherche documentaire: 

Une stratégie de recherche exhaustive a été utilisée pour identifier tous les essais contrôlés randomisés (ECR) portant sur le traitement de la dépression chez les patients sous dialyse chronique. Les bases de données suivantes ont été consultées : MEDLINE, EMBASE, PSYCHINFO et The Cochrane Library. Les auteurs des études incluses ont été contactés et les références bibliographiques des ECR identifiés et les revues narratives pertinentes ont été analysées.

Critères de sélection: 

ECR comparant des médicaments et un placebo ou l'absence de traitement, ou une comparaison de médicaments par rapport à l'association d'un traitement électro-convulsif et de médicaments.

Recueil et analyse des données: 

Les données ont été résumées par deux investigateurs indépendamment dans un formulaire standard, puis saisies dans Review Manager 4.2. Le rapport de risque (RR) pour les données dichotomiques et la différence moyenne pour les données continues ont été calculés, avec des intervalles de confiance de 95 % (IC à 95 %).

Résultats principaux: 

Un seul essai, avec un total de 12 patients, et d'une durée de huit semaines a été identifié. L'essai comparait la fluoxétine et un placebo chez des patients déprimés sous dialyse chronique. Cette étude n'a montré aucune différence significative au niveau des scores de dépression entre le groupe de traitement et le groupe témoin ou en termes d'innocuité.

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.