Effet des pilules contraceptives sur l'acné chez les femmes

L'acné est un problème de peau courant chez les femmes. Plusieurs traitements sont disponibles. Les pilules contraceptives combinées, qui sont composées d'œstrogène et de progestérone, sont souvent prescrites aux femmes ayant de l'acné. Cette revue a étudié dans quelle mesure les pilules contraceptives fonctionnaient bien pour traiter l'acné sur le visage.

En janvier 2012, nous avons effectué une recherche informatique des études sur les pilules contraceptives et le traitement de l'acné. Les résultats pouvaient être la quantité d'acné, la gravité de l'acné, et le nombre de femmes ayant abandonné précocement à cause de problèmes. Nous avons contacté des chercheurs afin de trouver d'autres essais. Nous avons inclus des essais randomisés, quelque soit la langue, qui comparaient deux types de pilules contraceptives, une pilule et un placébo ou un « factice », ou une pilule et un autre traitement pour l'acné.

La revue identifie aujourd'hui 31 essais totalisant 12 579 femmes. Dix études utilisaient des factices. Globalement, 24 paires de traitements ou placébos ont été comparées : 6 comparaient une pilule contraceptive et un placébo, 17 comparaient différents types de pilules contraceptives et 1 comparait une pilule contraceptive et un antibiotique. Les six pilules étudiées dans les essais avec les placébos fonctionnaient bien pour diminuer l'acné sur le visage. Lorsque nous avons comparé les pilules avec différentes hormones, nous n'avons pas observé de différences significatives et cohérentes.

Les conclusions n'ont pas changé lorsque nous avons ajouté les essais dans cette mise à jour. La plupart des essais comparaient deux types de pilules pour traiter l'acné. Des études de meilleure qualité sont nécessaires pour comparer une pilule contraceptive à une autre. Les études devraient utiliser des méthodes standards pour indiquer le degré de gravité de l'acné. La manière de comparer les pilules contraceptives à d'autres traitements pour l'acné comme les antibiotiques n'est pas claire. Étant donné que les pilules contraceptives améliorent l'acné, elles peuvent être utilisées pour traiter les femmes ayant de l'acné qui souhaitent également un moyen de contraception.

Conclusions des auteurs: 

Cette mise a jour a produit six nouveaux essais mais aucune modification dans les conclusions. Les six COC évalués dans les essais contrôlés par placébo sont efficaces pour réduire les lésions d'acné inflammatoires et non inflammatoires sur le visage. Quelques différences importantes et cohérentes ont été découvertes entre les types de COC dans leur efficacité pour traiter l'acné. Nous ne savons pas encore comment comparer les COC aux traitements pour l'acné alternatifs étant donné que seul un essai a abordé ce sujet. L'utilisation de méthodes standardisées pour évaluer la gravité de l'acné aiderait à synthétiser les résultats entre les essais et faciliterait l'interprétation.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'acné est un trouble cutané fréquent chez les femmes. Bien qu'aucune approche uniforme de la prise en charge de l'acné n'existe, les contraceptifs oraux combinés (COC), qui contiennent de l'œstrogène et de la progestérone, sont souvent prescrits aux femmes.

Objectifs: 

Déterminer l'efficacité des contraceptifs oraux combinés (COC) pour le traitement de l'acné du visage par rapport à un placébo ou à d'autres thérapies actives.

La stratégie de recherche documentaire: 

En janvier 2012, nous avons recherché les essais contrôlés randomisés sur les COC et l'acné dans les bases de données informatisées des registres des essais contrôlés du groupe Cochrane (CENTRAL), MEDLINE, EMBASE, POPLINE et LILACS. Nous avons également recherché les essais cliniques récents dans ClinicalTrials.gov et le système d’enregistrement international des essais cliniques (International Clinical Trials Registry Platform) (août 2011). Pour la revue initiale, nous avons contacté les chercheurs pour découvrir s'il y avait des essais non publiés ou des essais publiés que nous aurions pu manquer.

Critères de sélection: 

Nous avons tenu compte des essais contrôlés randomisés, quelque soit la langue, qui comparaient l'efficacité d'un COC contenant de l'œstrogène et de la progestérone par rapport à un placébo ou à une autre thérapie active pour traiter l'acné chez les femmes.

Recueil et analyse des données: 

Nous avons extrait les données sur le nombre de lésions faciales, à la fois totales et spécifiques (c'est-à-dire comédons ouverts ou fermés, papules, pustules et nodules) ; les degrés de gravité de l'acné ; les évaluations globales par le clinicien ou le participant et la discontinuation due aux effets indésirables. Les données ont été saisies et analysées dans RevMan. Pour les données continues, nous avons calculé la différence moyenne (DM) et les intervalles de confiance (IC) à 95 %. Pour les données dichotomiques, nous avons calculé le rapport des côtes de Peto (OR) et les IC à 95 %.

Résultats principaux: 

La revue inclut 31 essais, soit 12 579 participants au total. Sur les 24 comparaisons effectuées, 6 comparaient un COC à un placébo, 17 comparaient différents COC et 1 comparait un COC à un antibiotique. Sur les neuf essais contrôlés par placébo avec données à analyser, tous ont montré que les COC réduisaient le nombre de lésions d'acné, les degrés de gravité et l'acné auto-évaluée par rapport au placébo. Un groupe sous COC-lévonorgestrel avaient moins de lésions totales (DM -9,98 ; IC à 95 % -16,51 à -3,45), de lésions inflammatoires et non inflammatoires, et était plus susceptible d'avoir une évaluation clinique des lésions claires ou quasi-claires et une auto-évaluation du participant de l'amélioration des lésions acnéiques. Un COC à base d'acétate de noréthindrone avaient de meilleurs résultats pour l'évaluation globale clinique de l'absence d'acné à une acné modérée (OR 1,86 ; IC à 95 % 1,32 à 2,62). Dans deux essais combinés, un COC à base de norgestimate montraient une baisse des lésions totales (DM -9,32 ; IC à 95 % -14,19 à -4,45), une diminution des lésions inflammatoires et des comédons et une meilleure évaluation clinique de l'amélioration de l'acné. Pour deux essais combinés sur un COC à base de drospirénone, l'évaluation des enquêteurs d'une peau nette ou quasi-nette a favorisé le groupe sous drospirénone (OR 3,02 ; IC à 95 % 1,99 à 4,59). Dans un essai, le groupe sous COC à base de drospirénone a montré des changements en pourcentage plus importants (plus positifs) pour les lésions totales (DM 29,08 ; IC à 95 % 3,13 à 55,03), des lésions inflammatoires et non inflammatoires et des papules et comédons fermés. Une groupe sous COC à base de dienogest avait des pourcentages de baisse plus importants pour les lésions totales (DM -15,30 ; IC à 95 % -19,98 à -10,62) et les lésions inflammatoires et un nombre plus important de femmes a évalué une amélioration globale de l'acné sur le visage. Un groupe sous COC à base de CMA avait plus de « épondants », ceux avec une diminution de 50 % ou plus des papules et pustules faciales (OR 2,31 ; IC à 95 % 1,50 à 3,55).

Les différences dans l'efficacité comparative des COC contenant des types et des dosages différents de progestérone étaient moins claires et les données étaient limitées pour les comparaisons particulières. Les COC contenant de l'acétate de chlormadinone ou de l'acétate de cyprotérone avaient de meilleurs résultats sur l'acné que le lévonorgestrel. Un COC à base d'acétate de cyprotérone a donné des meilleurs résultats sur l'acné que celui à base de désogestrel, mais les études ont généré des résultats conflictuels. De même, le lévonorgestrel a montré une légère amélioration par rapport au désogestrel dans les résultats sur l'acné, mais ces derniers n'étaient pas cohérents. Un COC à base de drospirénone semblait plus efficace que le norgestimate ou l'acétate de nomégestrol plus 17β-estradiol mais moins efficace que l'acétate de cyprotérone.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.