Administration d'un vaccin combiné pour protéger les enfants contre la rougeole, les oreillons et la rubéole

La rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR) sont trois maladies infectieuses très dangereuses dont la morbidité, l'invalidité et la mort sont élevées dans les pays à faible revenus.

En fonction des preuves fournies par trois études de cohorte (3 104 participants), la vaccination avec une dose de vaccin ROR est efficace à au moins 95 % pour la prévention de la rougeole clinique chez les enfants d'âge préscolaire ; chez les enfants scolarisés et les adolescents, au moins une dose de vaccin ROR était efficace à 98 % pour la prévention de cas de rougeole confirmés en laboratoire ; une ou deux doses de vaccin ROR étaient respectivement efficaces à 92 % et 95 % pour la prévention de cas secondaires de rougeole.

Au moins une dose de vaccin ROR est efficace pour la prévention des oreillons cliniques chez les enfants et adolescents lorsqu'elle est préparée avec des souches Jeryl Lynn (efficacité du vaccin = 69 % à 81 %, une étude de cohorte et une étude cas-témoins, 1 656 participants), mais aussi lorsqu'elle est préparée avec une souche Urabe (efficacité du vaccin = 70 % à 75 %, une étude de cohorte et une étude cas-témoins, 1 964 participants). L'efficacité évaluée par rapport à des cas d'oreillons confirmés en laboratoire chez des enfants et adolescents était estimée entre 64 % et 66 % pour une dose et entre 83 % et 88 % pour deux doses de vaccin ROR contenant une souche Jeryl Lynn (deux études cas-témoins, 1 664 participants) et 87 % pour un vaccin ROR contenant une souche Urabe (une étude de cohorte, 48 participants). La vaccination ROR avec une souche Urabe assure une protection contre des cas secondaires d'oreillons (efficacité du vaccin = 73 %, une étude de cohorte, 147 participants).

Nous n'avons identifié aucune étude évaluant l'efficacité du vaccin ROR contre la rubéole clinique ou confirmée en laboratoire.

Les résultats issus de deux études de séries de cas réalisées à grande échelle incluant environ 1 500 000 enfants, auxquels le vaccin ROR contenant une souche Urabe ou Leningrad-Zagreb leur a été administré, montrent que ce vaccin peut être associé à la méningite aseptique ; alors que l'administration d'un vaccin contenant les souches Moraten, Jeryl Lynn, Wistar RA, RIT 4385 est associée à des convulsions fébriles chez les enfants de moins de cinq ans (une étude de cohorte personne-temps, 537 171 participants ; deux études de séries de cas auto-contrôlées, 1 001 participants). Le vaccin ROR peut également être associé au purpura thrombocytopénique idiopathique (deux études cas-témoins, 2 450 participants, une étude de séries de cas auto-contrôlée, 63 participants).

Nous avons évalué l'absence d'association significative entre l'immunisation ROR et les affections suivantes : autisme, asthme, leucémie, rhume des foins, diabète de type 1, troubles de la marche, maladie de Crohn, maladies démyélinisantes, infections bactériennes ou virales. La qualité méthodologique de plusieurs des études incluses rend plus difficile la généralisation de leurs résultats.

Le glossaire relatif aux termes de conception des études est disponible dans la revue intégrale.

Conclusions des auteurs: 

La conception et la notification des résultats sur la tolérance dans les études réalisées sur le vaccin ROR, avant et après sa mise sur le marché, sont clairement inadaptées. Les preuves concernant des événements indésirables suite à l'immunisation avec le vaccin ROR ne peuvent pas être séparées de son rôle pour la prévention des maladies ciblées.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR) sont des maladies graves potentiellement mortelles ou invalidantes. Toutefois, les débats publics concernant la tolérance du vaccin ROR trivalent et la baisse résultante de la couverture de vaccination dans plusieurs pays persistent, malgré son administration quasi universelle et son efficacité reconnue.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité et les effets indésirables associés au vaccin ROR chez les enfants âgés de moins de 15 ans.

La stratégie de recherche documentaire: 

Pour cette mise à jour, nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL) (The Cochrane Library 2011, numéro 2), qui contient le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les infections respiratoires aiguës, PubMed (de juillet 2004 à la semaine 2 de mai 2011) et Embase.com (de juillet 2004 à mai 2011).

Critères de sélection: 

Nous avons utilisé des essais prospectifs et rétrospectifs comparatifs évaluant les effets du vaccin ROR par rapport à un placebo, l'absence d'intervention ou une combinaison d'antigènes de la rougeole, des oreillons et de la rubéole sur des enfants de moins de 15 ans en bonne santé.

Recueil et analyse des données: 

Deux auteurs ont extrait des données et évalué la qualité méthodologique des études incluses, de façon indépendante. Un auteur a servi de médiateur en cas de désaccord.

Résultats principaux: 

Nous avons inclus cinq essais contrôlés randomisés (ECR), un essai clinique contrôlé (ECC), 27 études de cohorte, 17 études cas-témoins, cinq essais de séries temporelles, un essai de cas croisés, deux études écologiques, six études de séries de cas auto-contrôlées totalisant environ 14 700 000 enfants et évaluant l'efficacité et la tolérance du vaccin ROR. En fonction des preuves disponibles, une dose de vaccin ROR est efficace à au moins 95 % pour la prévention de la rougeole clinique et à 92 % pour la prévention de cas secondaires dans les foyers.

L'efficacité d'au moins une dose de ROR pour la prévention de la rougeole clinique chez les enfants est estimée entre 69 % et 81 % pour le vaccin préparé avec des souches Jeryl Lynn et entre 70 % et 75 % pour le vaccin contenant la souche Urabe. L'efficacité de la vaccination ROR contenant la souche Urabe a été démontrée à hauteur de 73 % pour la prévention de cas secondaires de rougeole. L'efficacité du vaccin ROR contenant la souche Jeryl Lynn pour la prévention des oreillons confirmés en laboratoire chez les enfants et les adolescents était estimée entre 64 % et 66 % pour une dose et 83 % à 88 % pour deux doses de vaccin. Nous n'avons pas identifié d'études évaluant l'efficacité du vaccin ROR pour la prévention de la rubéole.

Le risque le plus élevé d'association à la méningite aseptique était observé la troisième semaine après l'immunisation effectuée avec un vaccin ROR contenant la souche Urabe (risque relatif (RR) 14,28 ; intervalle de confiance (IC) à 95 % de 7,93 à 25,71) et la troisième (RR 22,5 ; IC à 95 % 11,8 à 42,9) ou cinquième (RR 15,6 ; IC à 95 % 10,3 à 24,2) semaine après l'immunisation pour le vaccin préparé avec la souche Leningrad-Zagreb. Un risque significatif d'association à des convulsions fébriles et à l'exposition ROR les deux semaines précédentes (RR 1,10 ; IC à 95 % 1,05 à 1,15) était évalué dans une étude de cohorte personne-temps réalisée à grande échelle totalisant 537 171 enfants âgés de trois mois à cinq ans. Un risque accru de convulsions fébriles a également été observé chez des enfants âgés de 12 à 23 mois (incidence relative (IR) 4,09 ; IC à 95 % 3,1 à 5,33) et de 12 à 35 mois (IR 5,68 ; IC à 95 % 2,31 à 13,97) au cours des six à onze jours après l'exposition au vaccin ROR. Un risque accru de purpura thrombocytopénique dans les six semaines suivant l'immunisation ROR chez les enfants âgés de 12 à 23 mois était évalué dans une étude cas-témoins (RR 6,3 ; IC à 95 % 1,3 à 30,1) et dans une petite étude de séries de cas auto-contrôlées (rapport des taux d'incidence (RTI) 5,38 ; IC à 95 % 2,72 à 10,62). Un risque accru de purpura thrombocytopénique dans les six semaines suivant l'exposition ROR était également évalué dans une autre étude cas-témoins totalisant 2 311 enfants et adolescents âgés de 1 mois à 18 ans (rapport de cotes (RC) 2,4 ; IC à 95 % 1,2 à 4,7). L'exposition au vaccin ROR avait peu de chances d'être associée à des cas d'autisme, d'asthme, de leucémie, de rhume des foins, de diabète de type 1, de troubles de la marche, de maladie de Crohn, de maladies démyélinisantes, d'infections bactériennes ou virales.

Notes de traduction: 

Translated by: French Cochrane Centre

Translation supported by: Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé Français

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.