Administration prophylactique d'antibiotiques pour réduire la morbidité et la mortalité chez les nouveau-nés ventilés

Les preuves issues d'essais randomisés sont insuffisantes pour recommander ou déconseiller l'utilisation systématique d'antibiotiques préventifs chez les nouveau-nés portant une sonde respiratoire. Les nouveau-nés ont parfois besoin d'un tube dans la trachée pour les aider à respirer. Les bébés portant une sonde respiratoire peuvent développer une infection et tomber malades. Certaines personnes pensent que des antibiotiques devraient être administrés à tous les bébés portant une sonde respiratoire afin de réduire le risque d'infection. Néanmoins, les antibiotiques peuvent avoir des effets indésirables. Ces effets pourraient potentiellement l'emporter sur les bénéfices du traitement. Les évaluateurs n'ont pas identifié de preuves suffisantes pour recommander ou déconseiller l'utilisation systématique d'antibiotiques chez tous les bébés portant une sonde respiratoire.

Conclusions des auteurs: 

Les preuves issues d'essais randomisés sont insuffisantes pour recommander ou déconseiller l'utilisation d'antibiotiques prophylactiques lors de l'initiation de la ventilation mécanique chez les nouveau-nés, ou la poursuite des antibiotiques lorsque les cultures initiales ont exclu la présence d'une infection chez les nouveau-nés sous ventilation mécanique.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'intubation est associée à une multiplication bactérienne dans les voies respiratoires et pourrait donc accroître le risque d'infection. L'infection pourrait prolonger l'utilisation d'une ventilation mécanique et accroître le risque de maladie pulmonaire chronique. L'utilisation d'antibiotiques prophylactiques a été préconisée chez tous les nouveau-nés sous ventilation mécanique afin de réduire le risque de colonisation et prévenir le développement de l'infection. Néanmoins, il se pourrait que les effets délétères de ce traitement l'emportent sur les effets bénéfiques.

Objectifs: 

Évaluer les effets des antibiotiques prophylactiques sur la mortalité et la morbidité des nouveau-nés intubés et ventilés sans signes d'infection. Deux politiques d'administration prophylactique d'antibiotiques chez des nourrissons intubés et ventilés ont été examinées dans le cadre de deux comparaisons individuelles :
1) chez les nourrissons intubés pour une ventilation mécanique, une politique consistant à administrer des antibiotiques prophylactiques pour la durée de l'intubation versus placebo ou absence de traitement
2) chez les nourrissons intubés et ventilés ayant reçu des antibiotiques dès l'intubation mais dont les cultures initiales visant à exclure une sepsie étaient négatives, une politique consistant à poursuivre versus arrêter les antibiotiques prophylactiques.

La stratégie de recherche documentaire: 

MEDLINE (janvier 1950 à mars 2007), CINAHL (1982 à mars 2007), le registre Cochrane central des essais contrôlés (Bibliothèque Cochrane, numéro 1, 2007), le registre spécialisé du groupe de revue Cochrane sur la néonatologie ainsi que les références bibliographiques des articles ont été consultés. Ces recherches ont été mises à jour en novembre 2010.

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés de qualité suffisante randomisant des nouveau-nés sous ventilation mécanique pour des antibiotiques prophylactiques par rapport à un placebo ou une absence de traitement.

Recueil et analyse des données: 

Deux évaluateurs ont évalué la qualité des essais de manière indépendante.

Résultats principaux: 

Deux études remplissaient les critères d'inclusion de la revue. L'une était de qualité insuffisante pour permettre des conclusions significatives. L'autre, de qualité moyenne, ne rapportait aucune différence significative entre le groupe de traitement et le groupe témoin concernant les critères de jugement documentés, mais les taux de septicémie n'étaient pas rapportés.

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.