Mouvements passifs continus après une chirurgie de remplacement du genou

Cette traduction n'est pas à jour. Veuillez cliquer ici pour voir la dernière version de cette revue en anglais.

Ce résumé d'une revue Cochrane présente nos connaissances concernant les effets des mouvements passifs continus (MPC) en tant que traitement visant à améliorer l'amplitude de mouvement et les capacités fonctionnelles après une chirurgie de remplacement du genou.

Chez les personnes ayant subi une chirurgie de remplacement du genou :

- Les mouvements passifs continus amélioraient légèrement l'amplitude de mouvement ;

- Les mouvements passifs continus n'auraient aucun impact sur la durée de séjour hospitalier ;

Dans de nombreux cas, nous ne disposons pas d’informations précises concernant les effets secondaires et les complications. Ceci s'applique en particulier aux complications rares mais graves. 

Qu'est-ce que l'arthrose et que sont les mouvements passifs continus (MPC) ?

L'arthrose du genou peut rendre l'articulation du genou douloureuse et instable. La chirurgie de remplacement du genou est un traitement qui permet parfois d'améliorer cette condition. L'un des effets secondaires de la chirurgie du genou est la raideur du genou. Lorsque les genoux sont raides, il peut être difficile de se lever à partir d'une position assise. Jusqu'à un an après l'opération, certaines personnes marchent et montent les escaliers plus lentement qu'avant la chirurgie.

Cette situation a motivé le développement d'un traitement connu sous le nom de mouvements passifs continus (MPC). Les mouvements passifs continus sont une manière d'appliquer un mouvement régulier au genou à l'aide d'une machine. Le mouvement est passif, ce qui signifie que c'est la machine qui bouge le genou sur la base d'un programme de mouvements préréglés. L'amplitude de mouvement du genou est testée au moyen d'un mouvement de flexion. La flexion est un mouvement qui déplace les deux extrémités d'une partie du corps articulée pour les rapprocher l'une de l'autre. Dans ce cas, la flexion du genou permet de savoir dans quelle mesure le talon peut être déplacé en direction des fessiers. Cette distance est mesurée en degrés.

Meilleure estimation de ce qui arrive aux personnes soumises à des MPC après une chirurgie de remplacement du genou :

Amplitude de mouvement - Flexion active du genou

- Les personnes non soumises à des MPC pouvaient bouger leur genou de 75 degrés en moyenne.

- Les personnes soumises à des MPC pouvaient bouger leur genou de 78 degrés en moyenne, soit 3 degrés de plus.

Amplitude de mouvement - Flexion passive du genou

- Les personnes non soumises à des MPC pouvaient bouger leur genou de 82 degrés en moyenne.

- Les personnes soumises à des MPC pouvaient bouger leur genou de 84 degrés en moyenne, soit 2 degrés de plus.

Durée du séjour à l'hôpital

- Les personnes non soumises à des MPC passaient 13 jours en moyenne à l'hôpital. La durée était sensiblement la même pour les personnes soumises à des MPC.

Capacités fonctionnelles

- Nous n'avons pas pu obtenir d'estimation globale précise des variations des capacités physiques dans le cadre de cette revue.

Conclusions des auteurs: 

Les effets des mouvements passifs continus sur l'amplitude de mouvement du genou sont trop petits pour justifier leur utilisation. Des preuves de faible qualité indiquent que les mouvements passifs continus réduisent le besoin subséquent de manipulation sous anesthésie.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

L'arthroplastie totale du genou est une intervention courante pour les patients atteints d'arthrite. La réhabilitation postopératoire inclut souvent des mouvements passifs continus. L'efficacité des mouvements passifs continus n'est cependant pas établie avec certitude.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité des mouvements passifs continus suite à une arthroplastie totale du genou chez les personnes souffrant d'arthrite.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons consulté le registre Cochrane central des essais contrôlés (CENTRAL) (Bibliothèque Cochrane 2009, Numéro 3), MEDLINE (de janvier 1966 à janvier 2009), EMBASE (de janvier 1980 à janvier 2009), CINAHL (de janvier 1982 à janvier 2009), AMED (de janvier 1985 à janvier 2009) et PEDro (jusqu'en janvier 2009).

Critères de sélection: 

Les essais contrôlés randomisés où le groupe expérimental était soumis à des mouvements passifs continus et où le groupe expérimental et le groupe témoin recevaient des soins et un traitement postopératoire similaires suite à une arthroplastie totale du genou pour le traitement de l'arthrite.

Recueil et analyse des données: 

Deux évaluateurs ont sélectionné les essais à inclure de manière indépendante. Ils ont ensuite procédé à l'extraction des données et à l'évaluation de la qualité des essais. Les critères de jugement principaux étaient l'amplitude de la flexion active du genou, l'amplitude de la flexion passive du genou, l'amplitude de l'extension active du genou, l'amplitude de l'extension passive du genou, la durée du séjour à l'hôpital, les capacités fonctionnelles et l'incidence de la manipulation sous anesthésie. Les critères de jugement secondaires étaient la douleur, le gonflement et la force des quadriceps. Les effets ont été évalués sous forme de différences moyennes pondérées ou de différences moyennes standardisées avec des intervalles de confiance (IC) à 95 %. Des méta-analyses ont été effectuées à l'aide de modèles à effets aléatoires pour les variables continues.

Résultats principaux: 

Vingt essais contrôlés randomisés portant sur 1 335 participants étaient conformes aux critères d'inclusion. Des preuves de haute qualité indiquent que les mouvements passifs continus augmentent l'amplitude de flexion passive du genou (différence moyenne de 2 degrés, IC à 95 %, entre 0 et 5) et l'amplitude de flexion active du genou (différence moyenne de 3 degrés, IC à 95 %, entre 0 et 6). Ces effets sont cependant trop petits pour présenter une importance clinique. Des preuves de faible qualité indiquent que les mouvements passifs continus n'ont aucun impact sur la durée du séjour à l'hôpital (différence moyenne -0,3 jour ; IC à 95 %, entre -0,9 et 0,2) mais réduisent la nécessité de manipulation sous anesthésie (risque relatif de 0,15 ; IC à 95 %, entre 0,03 et 0,70).

Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens.