Le traitement de la méralgie paresthésique, une affection causant engourdissement et parfois douleur à la cuisse

La méralgie paresthésique est une affection clinique fréquente causée par une lésion du nerf cutané latéral de la cuisse, entraînant douleur, engourdissement et picotement sur l'avant et l'extérieur de la cuisse. Le diagnostic est facile à poser de manière clinique. Bien que n'étant pas mortelle, cette affection peut causer une grande gêne à la personne touchée. Un certain nombre d'interventions sont d'usage courant et nous voulions examiner dans la littérature les données relatives à leur efficacité. Nous n'avons pas trouvé d'essais contrôlés randomisés (ECR) dans la revue initiale ou lors de la mise à jour des recherches en 2010 et 2012. Dans des études observationnelles, les injections locales de corticoïdes et les opérations chirurgicales se sont avérées être des traitements efficaces. Une certaine étude observationnelle a cependant également montré que la méralgie paresthésique s'améliore spontanément dans la majorité des cas. Il y a besoin d'ECR sur les traitements de la méralgie paresthésique.

Conclusions des auteurs: 

En l'absence d'essais contrôlés randomisés ou quasi-randomisés publiés, la base factuelle objective pour les choix de traitement de la méralgie paresthésique est faible. Des études observationnelles de bonne qualité font état de taux d'amélioration élevés comparables de la méralgie paresthésique après injection locale de corticoïdes et interventions chirurgicales (décompression du nerf ou neurectomie). Toutefois, un résultat similaire a été rapporté sans aucune intervention dans une étude d'histoire naturelle.

Lire le résumé complet...
Contexte: 

La méralgie paresthésique est un syndrome clinique pour lequel un certain nombre de traitements sont d'usage courant, notamment des mesures conservatrices, l'injection de corticoïdes avec anesthésique local et la chirurgie. Nous avions pour objectif d'examiner les preuves de l'efficacité relative de ces interventions. Cette revue a été publiée pour la première fois en 2008. Les recherches ont été mises à jour en 2010 et 2012.

Objectifs: 

Évaluer l'efficacité relative des traitements couramment utilisés pour la méralgie paresthésique.

La stratégie de recherche documentaire: 

Nous avons recherché des études contrôlées randomisées dans le registre spécialisé du groupe Cochrane sur les affections neuro-musculaires (1er octobre 2012), CENTRAL (2012, numéro 9 dans The Cochrane Library), MEDLINE (de janvier 1966 à octobre 2012), EMBASE (de janvier 1980 à octobre 2012) et CINAHL Plus (de janvier 1937 à octobre 2012). Des études non randomisées ont été identifiées par une recherche dans MEDLINE (de janvier 1966 à octobre 2012) et EMBASE (de janvier 1980 à octobre 2012). Nous avons également examiné les bibliographies de ces études.

Critères de sélection: 

Nous ne sommes pas parvenus à identifier d'essais contrôlés randomisés (ECR) ou quasi-randomisés. Nous avons donc cherché des études observationnelles de bonne qualité répondant aux critères suivants :
(1) Au moins cinq cas de méralgie paresthésique.
(2) Suivi d'au moins trois mois après l'éventuelle intervention.
(3) Suivi d'au moins 80 % des cas.

Recueil et analyse des données: 

De manière indépendante, trois auteurs ont extrait les données pertinentes de chaque étude remplissant les critères de sélection et les ont reportées dans un formulaire d'extraction de données.

Résultats principaux: 

Nous n'avons trouvé aucun essai contrôlé randomisé ou quasi-randomisé dans la revue initiale ou lors des mises à jour en 20011 et 2012. Des études observationnelles de bonne qualité ont décrits des cas de guérison ou d'amélioration :
(1) Une étude décrit une amélioration spontanée de la méralgie paresthésique dans 20 cas sur 29 (69 %).
(2) Quatre études évaluant l'injection d'un corticostéroïde et d'un anesthésique local ont constaté la guérison ou une amélioration dans 130 cas sur un total combiné de 157 cas (83 %).
(3) Les traitements chirurgicaux se sont avérés bénéfiques dans 264 des 300 cas (88 %) traités par décompression (neuf études), et 45 des 48 cas (94 %) traités par neurectomie (trois études).
(4) Quatre-vingt-dix-neuf des 102 patients (97 %) atteints de méralgie paresthésique iatrogénique avaient guéri complètement (trois études).

Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.