Les interventions pour améliorer la confiance des patients dans les médecins et les groupes des médecins

La confiance joue un rôle essentiel dans la relation médecin-patient, et est associée à une augmentation de la satisfaction du patient, de l'observance du traitement et de la continuité des soins, bien que la confiance aveugle puisse parfois contribuer à une mauvaise qualité des soins. Nous souhaitions savoir s'il existait des moyens efficaces de renforcer la confiance des patients dans les médecins, via l'implication des médecins (par ex. formation) ou des patients (par exemple en fournissant des informations).

Nous avons effectué des recherches dans de nombreuses bases de données différentes le 18 mars 2013 et identifié 10 études diverses, toutes des essais cliniques contrôlés randomisés, avec 11 063 participants, qui remplissaient les critères d'inclusion de la revue. Sept de ces essais étaient nouveaux pour cette mise à jour. Dans l'ensemble, ils n'ont pas fourni suffisamment de preuves concernant l'influence sur la confiance d'une intervention donnée. Tous ont été réalisés aux États-Unis. Deux études recevaient un financement gouvernemental, sept autres étaient financées par des associations caritatives et une par une organisation de soins de santé intégrés (Health Maintenance Organisation ou HMO).

Les interventions étaient de trois grands types ; dans trois essais, une formation supplémentaire était fournie au médecin, quatre portaient sur l'éducation des patients et dans les trois autres, des informations supplémentaires étaient fournies concernant les médecins en termes d'incitations financières ou de style de consultation.

Deux essais ont testé des interventions portant sur la formation des médecins afin d'améliorer les comportements connus pour être associés à la confiance. Les interventions n'ont apporté aucun changement dans la confiance des patients dans leur médecin. Le troisième essai de ce type a montré que la formation des oncologues dans les compétences de communication avait entraîné une légère augmentation de la confiance.

Deux essais examinaient les visites éducatives de groupe pour les patients diabétiques sans assurance. Le premier a montré une petite augmentation de la confiance, mais aucun changement n'a été constaté dans le deuxième. Un autre essai a examiné les effets de trois types de visites d'introduction éducatives sur la confiance des nouveaux patients dans les médecins travaillant pour leur organisme de santé. La confiance dans les médecins augmentait avec un type de visite, dans lequel les patients étaient reçus en groupe. Cependant, cette option était la moins suivie par rapport aux visites individuelles avec un médecin ou avec un médecin et un professionnel en éducation pour la santé. Enfin, le dernier essai de ce type explorait la fourniture d'informations et d'une occasion de discuter des options afin d'aider les patients à prendre une décision sur la prise de statines. Cela n'a pas augmenté de façon significative la confiance.

Deux essais exploraient la divulgation aux patients des incitations accordées aux médecins pour une pratique médicale rentable à travers les plans d'assurance. Un de ces essais n'a entraîné aucune réduction et une possible augmentation de la confiance. Cependant, l'information sur le plan mettait l'accent sur la réduction des examens inutiles, plutôt que sur la réduction des coûts. L'autre essai n'a montré aucune diminution de la confiance avec la divulgation. Dans le dernier essai, les patients et médecins étaient assortis en fonction de leurs croyances concernant les soins. Bien que certains aspects de la relation médecin-patient aient été améliorés, il n'y avait pas d'impact significatif sur la confiance. Il n'y avait aucune preuve d'effets délétères dans aucune des études.

La revue a été limitée par le manque de cohérence entre les mesures de la confiance, les calendriers et les populations. Nous avons mis en évidence les types d'essais supplémentaires nécessaires pour étudier l'impact sur la confiance des patients de la formation spécifique des médecins ou de l'adoption d'une approche centrée sur le patient ou le partage des décisions. En particulier, il est nécessaire de réaliser des études internationales sur de plus longues périodes de suivi et dans différents systèmes de santé.

Conclusions des auteurs : 

Dans l'ensemble, les preuves restent insuffisantes pour conclure qu'une intervention donnée peut augmenter ou diminuer la confiance dans les médecins. Cela peut être dû en partie à la sensibilité des instruments de mesure de la confiance, et à un effet plafond, la confiance dans les médecins étant généralement élevé. Il se pourrait que les mesures actuelles de la confiance ne soient pas suffisamment sensibles. D'autres essais sont nécessaires pour étudier l'impact sur la confiance des patients de la formation spécifique des médecins ou de l'adoption d'une approche centrée sur le patient ou le partage des décisions, en particulier dans les domaines du choix du prestataire de soins de santé et de l'enrôlement dans un organisme de santé. Les essais internationaux seraient particulièrement bienvenus. La revue a été limitée par le manque de cohérence entre les mesures de la confiance, les calendriers et les populations.

Lire le résumé complet...
Contexte : 

La confiance joue un rôle essentiel dans la relation médecin-patient, et est associée à une augmentation de la satisfaction, de l'observance du traitement et de la continuité des soins. Notre revue de 2006 avait trouvé peu de preuves que les interventions amélioraient la confiance des patients dans leur médecin ; par conséquent, la recherche devait être mise à jour afin de déterminer s'il existait d'autres preuves sur les effets d'interventions améliorant potentiellement la confiance dans les médecins ou les groupes de médecins.

Objectifs : 

Mettre à jour de notre revue précédente évaluant les effets des interventions visant à améliorer la confiance des patients dans les médecins ou dans un groupe de médecins.

Stratégie de recherche documentaire : 

En 2003, nous avons effectué des recherches dans le registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL, Bibliothèque Cochrane), MEDLINE, EMBASE, Health Star, PsycINFO, CINAHL, LILACS, African Trials Register, African Health Anthology, Dissertation Abstracts International et les références bibliographiques des études sélectionnées pour l'inclusion. Nous avons également contacté des chercheurs actifs dans le domaine. Nous avons mis à jour et relancé les recherches dans les bases de données originales disponibles (registre Cochrane des essais contrôlés (CENTRAL, Bibliothèque Cochrane numéro 2, 2013), MEDLINE (OvidSP), EMBASE (OvidSP), PsycINFO (OvidSP), CINAHL (Ebsco)) ainsi que dans Proquest Dissertations et Current Contents pour la période de 2003 au 18 mars 2013.

Critères de sélection : 

Essais contrôlés randomisés (ECR), essais contrôlés quasi randomisés, études contrôlées avant et après et séries chronologiques interrompues portant sur des interventions (informatives, éducatives, comportementales, organisationnelles) s'adressant aux médecins ou aux patients (ou soignants) et évaluant la confiance au titre de critère de jugement principal ou secondaire.

Recueil et analyse des données : 

Deux auteurs de la revue ont indépendamment extrait les données et évalué le risque de biais des études incluses. Lorsqu'ils étaient mentionnés, nous avons extrait les données sur les effets indésirables. Nous avons synthétisé les données de manière narrative.

Résultats principaux : 

Nous avons inclus 10 essais contrôlés randomisés (y compris 7 nouveaux essais) portant sur 11 063 patients. Ces études avaient toutes été réalisées en Amérique du Nord, et toutes à l'exception de deux portaient sur les soins primaires. Comme attendu, il y avait une hétérogénéité considérable entre les études. Les interventions étaient de trois types principaux ; dans trois essais, une formation supplémentaire était fournie au médecin, quatre portaient sur l'éducation des patients et dans les trois autres, des informations supplémentaires étaient fournies concernant les médecins en termes d'incitations financières ou de style de consultation. De plus, plusieurs mesures différentes de la confiance ont été utilisées.

Les études ont donné des résultats contradictoires. Les essais dans lesquels une augmentation de petite taille mais statistiquement significative de la confiance incluaient : un essai sur la divulgation des incitations financières du médecin ; un essai dans lequel le choix du médecin était proposé selon la concordance des croyances sur les soins du patient et du médecin ; un essai sur des visites de groupe pour de nouveaux membres d'une organisation de soins de santé intégrés (Health Maintenance Organisation) ; un essai sur la formation des oncologues dans les compétences de communication ; et un essai sur des visites de groupe pour les patients diabétiques. Cependant, aucun impact sur la confiance n'a été constatée dans un essai ultérieur à plus grande échelle sur des visites de groupe pour des personnes diabétiques sans assurance, ni avec une aide à la décision pour faciliter le choix des statines, dans un autre essai sur la divulgation des incitations financières ou sur la formation spécifique des médecins afin d'augmenter la confiance ou la compétence culturelle. Il n'y avait aucune preuve d'effets délétères dans aucune des études.

Notes de traduction : 
Tools
Information
Share/Save

Les traductions sur ce site ont été rendues possibles grâce à la contribution financière du Ministère français des affaires sociales et de la santé et des instituts publics de recherche canadiens. Cliquez ici pour plus d'informations à propos de notre projet de traduction.